Accueil » Instruction

Les effets de rênes : nouvelle approche

L’apprentissage des « cinq effets de rênes » répertoriés par l’Armée a fait partie de l’instruction équestre pendant des générations. Certains de ces effets –comme la rêne d’ouverture et la rêne d’appui, sont encore couramment enseignés, d’autres ont pratiquement disparu ou devraient être sérieusement revisités !

Yves Katz, apôtre d’une l’équitation où la gestuelle globale prend le pas sur des aides traditionnellement décortiquées, propose ici une nouvelle approche.

L’équitation évolue, ses techniques et son enseignement aussi… Est ce un bien, est ce un mal ? Tel n’est pas le sujet de cet article.
Dans des articles précédents, que l’on peut retrouver dans la rubrique « Instruction » de la bibliothèque de Cheval Savoir, j’évoquais les changements de direction et les différentes manières de les demander.

Yves Katz
Yves Katz, enseignant BEES 2, de formation classique, bouscule les idées reçues et propose une approche moderne et instinctive de l’équitation, fondée sur la collaboration avec le cheval. © L.Bataille

Il y a une quinzaine d’années, les manuels d’équitation répertoriaient cinq catégories d’effets de rênes, à savoir : la rêne directe d‘ouverture, la rêne contraire (ou rêne d’appui), la rêne directe d’opposition, les rênes contraires d’opposition en avant et en arrière du garrot). Je ne les détaillerai pas car on peut en trouver la description dans beaucoup de manuels.

«Inviter le cheval à suivre son encolure est un non-sens puisque l’encolure sert à équilibrer le cheval et non pas à le faire tourner»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

dreamoiseau :
Le 12/09/2012 à 13h48

Je crois que c'est la première fois que je lis une explication aussi détaillée sur la façon correcte d'agir avec les mains. Et je suis ravi de voir cette saleté de classification des effets de rêne rejetée. A bas les 5 effets de rêne, et vive la rêne droite et la rêne gauche !

Une petite chose m"tonne, pourtant, je m'attendais à trouver en quelque sorte une "confirmation" ou plutôt un avis commun avec Patrice Franchet d'Eperey qui explique que le tourner juste se fait d'abord en donnant le pli PUIS en enveloppant de la rêne extérieure. Là, si je comprends bien, c'est l'inverse : orienter les épaules, PUIS donner le pli à l'intérieur. Je sais bien qu'en art équestre, la vérité d'un jour peut-être moins vraie un autre ou avec un autre cheval, mais si on pare d'absolu, de référence, d'objectif, cette opposition me surprend.

Mais quoi qu'il en soit, ces explications décomposées peuvent m'aider avec la jument que je monte en ce moment, en comparaison de laquelle de la fibre de carbone passe pour du caramel mou.

oceane :
Le 12/09/2012 à 19h30

Je pense que ce sont ces bases qui devraient être enseignées aux jeunes et rappelées aux cavaliers confirmés plutôt que d'apprendre tous les aplombs du cheval par exemple! En effet je vois beaucoup de jeunes cavaliers tournant vers la droite en passant la rene intérieure au dessus du garrot et vers la gauche et l'arrière ce qui casse l'encolure a droite et fait tourner le cheval de force tout en procurant une impression d"'incurvation" au cavalier. Enfin bref, un massacre.
Expliqué tres clairement et simplement, merci

educaval :
Le 20/09/2012 à 17h01

Dreamoiseau:les explications de Franchet d'Esperey sont justes.. la différence tient au fait que nous ne nous adressons pas aux mêmes "types" de chevaux. Personnellement, tout ce que je conseille se rapporte à un cheval en cours d'éducation. Et je pense que le pli n'a pas la priorité par rapport au changement de direction. Du côté où le cheval est le plus à l'aise , le pli sera facile à obtenir puisque les masses musculaires extérieures s'allongent sans difficulté. De l'autre côté, il faudra travailler l'engagement juste du postérieur intérieur sur la courbe (sans se soucier du pli) afin que le cheval étende ses masses musculaires, ce qui permettra dans un deuxième temps de ployer le cheval correctement sur la courbe. Car avec un cheval en cours d'éducation, le pli résulte de l'allongement des muscles opposés au pli demandé, alors qu'avec un cheval mis, en main, le pli s'obtient par raccourcissement des muscles du côté du pli. C'est tout du moins ainsi que je procède.

Océane: l'incurvation concerne tout le cheval et est plus une question de sensation qu'un ajustement de toute la tige vertébrale du cheval sur une courbe (ce qui n'est pas possible au vu du jeu qui existe entre les différentes vertèbres). Le pli, lui, ne concerne que l'encolure et est trop souvent exagéré? Voilà pourquoi je pense qu'il vaut mieux apprendre, tant au cheval qu'au cavalier, à changer de direction en mobilisant les épaules, en utilisant la gestuelle corporelle et en n'ayant que des touches légères avec les mains...
Equestrement, yves KATZ, BEES2

Article publié le 22-08-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés