Accueil » Vos Questions, leurs réponses

Cicatrisation des plaies et antiseptiques iodés

Réponse du Dr. Jacques Laurent.


N°34 Juillet Aout 2012
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Dans le livre de Nancy S. Loving (manuel vétérinaire...) il est marqué que sur les plaies, la polyvidone iodée est le plus efficace à une concentration inférieure à 1% et le Dr.Loving conseille donc de diluer la Bétadine® dermique dans une solution d'eau salée. Elle parle un peu plus loin de l'effet bénéfique des pommades gel à base de polyvidone iodée sur la fabrication de tissu de granulation dans les plaies. Sur ma Bétadine-gel, la concentration en polyvidone est annoncée à 10%...
Que comprendre?

Mme. Aude C. (par courriel)

Incontestablement, aujourd’hui, les dérivés iodés et les dérivés guanidiques (chlorexidine) représentent les champions des antiseptiques.
Malheureusement, comme pour tous les anti-bactériens, anti-viraux ou antimycotiques, ces produits sont soumis aux mêmes règles des mécanismes de résistance des micro-organismes qu’ils combattent.

La povidone La povidone
La povidone en solution liquide est un excellent antiseptique. © L.Bataille

S’il est vrai que ces mécanismes de résistance sont complexes, il est certain aussi qu’il existe une relation entre la concentration de l’antiseptique et le niveau de résistance de la population bactérienne locale ; en pratique, des concentrations faibles favorisent sans aucun doute l’apparition de résistances à ces produits.

«Est-ce à dire qu’entre réparation tissulaire et désinfection, il faut choisir ?»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

zaude :
Le 25/08/2012 à 13h12

Merci beaucoup pour cette mise au clair!

question subsidiaire : observe-t-on à l'hôpital le développement de résistances aux désinfectants?

oceane :
Le 12/09/2012 à 16h53

Zaude:

Cela dépend des désinfectants utilisés, en effet ils ont tous selon leur famille un spectre d'action bien différent.
En milieu hospitalier on observe surtout des résistances de la part des prions car les désinfectants actifs dessus sont souvent contrindiqués (grands brules, nourrisson, sensibilités...)

Mais les résistances sont plus importantes et dangereuses avec l'utilisation d'antibiotiques qu'avec les désinfectant externes.

La lutte contre les infections comprend de nombreux éléments.

Dans notre cas il est primordial de :

- NETTOYER la plaie et une zone large autour ainsi que de la dégager (tonte, rasoir...). En effet une plaie sale ne peut pas être désinfectée car notamment se re-contamine immédiatement. Utiliser de l'eau claire et bétadine scrub ou savon classique le cas échéant. Rincer

- DESINFECTER comme décrit dans l'article. pour les plaies profondes remplir la plaie a l'aide d'une seringue sans aiguille contenant de la povidone iodée diluée dans du sérum physiologique. Eviter la re-contamination en opérant avec des mains propres (lavées avec une solution hydroalcoolique par exemple) et des ustensiles stériles (compresses stériles, non tissées pour les yeux)

NB : Les dérivés iodés sont quasi les seuls à pouvoir être utilisés au contour des yeux et présente un spectre d'action tres large

NB : La chlorhexidine et totalement contrindiquée dans la desinfection des oreilles car est nocive pour le cerveau.

- PROTEGER si possible en placant une compresse imbibée de bétadine et à l'aide d'un bandage auto adhésif (protege des mouches, boue..)

Il est possible pour les plaies profondes ou étendues ou suivant les antécédents du cheval et avec un avis vétérinaire d'utiliser un antibiotique type AVEMIX en préventif.

Les plaies profondes proches d'un os necessitent la visite d'un vétérinaire

Océane (étudiante en Pharmacie)

Article publié le 22-08-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés