Accueil » Entretien du cheval

L’orge germée : un énorme atout nutritif (I)

Dans l’alimentation du cheval, l’orge intervient traditionnellement en complément des aliments de base, principalement pour les poulinières suitées, les jeunes en croissance où en cours de débourrage etc.

Il existe une méthode peu pratiquée, qui transforme en quelque sorte le grain d’orge en or, c’est la germination.
Nous vous proposons une étude en deux volets sur cette méthode et la manière de l’appliquer.

En élevage traditionnel et sous nos climats, l’alimentation du cheval est essentiellement composée d’herbe (prairies permanentes naturelles) et de foins selon les saisons, les programmes d’élevage ou d’entraînement. Différents fourrages complémentaires à base de légumineuses sont les bienvenus comme des foins de luzerne, ou de trèfle apportés ponctuellement, pour enrichir la ration quotidienne.

L’orge
L’orge fraîchement germée, un trésor nutritif. © Yves Riou

Généralement, cette base lorsqu’elle est abondante et diversifiée, permet de fonctionner ainsi une grande partie de l’année, pour les chevaux ne fournissant que peu ou pas de travail.

«La germination fait évoluer les composants alimentaires de l’orge brute, en nutriments très facilement digestibles»

L’orge intervient traditionnellement en complément de ces bases, lorsqu’il faut complémenter, principalement pour les poulinières suitées, les jeunes en croissance où en cours de débourrage etc. Et à la mauvaise saison.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

7 commentaire(s) »

philippeboiret :
Le 27/08/2012 à 17h29

Très intéressant.
J'attends la suite et je testerai sur mes chevaux.
Merci pour ce sujet.

elliot :
Le 25/09/2012 à 09h08

Pour ceux qui ne connaissent pas l"énorme VALEUR NUTRITIVE de l'Orge Germée.
La préparation demande de la rigueur et du temps, car ce n'est pas un aliment industriel en vrac. Mais quel Bonheur pour les chevaux !

korrigan :
Le 26/09/2012 à 22h34

Je suiis impatient de connaitre
le procede de germination

optimumhorse :
Le 06/06/2013 à 08h51

Bonjour,

Je suis nouvelle abonnée et lis donc cette article avec (beaucoup) de retard. Mais, je l'ai trouvé très intéressant. Cependant, en me penchant sur la possibilité de l'intégrer à la ration de mes chevaux, je me suis retrouvée fasse à un léger obstacle; je ne trouve nul part les teneurs analytiques de l'orge germée. On retrouve par ci par là quelques données sur les vitamines ou l'UFC, mais rien ne permettant de faire un vrai calcul de ration. Par exemple, je ne trouve rien sur le rapport Ca/P, ou Zn/Cu, qui restent des informations importantes pour le bon équilibre des rations!

Je me doute que ces valeurs dépendent du stade de germination, mais en considérant le stade optimum (3 à 5 mm de radicelle, cf votre article suivant), sauriez-vous où je peux trouver les informations que je cherche?

Merci d'avance

optimumhorse :
Le 10/07/2013 à 11h19

Bonjour à tous,

Suite à la question que j'ai posée ici, et du peu d'information technique que je trouvais sur le net, j'ai contacté l'IFCE afin d'obtenir quelques renseignements.
Il en ressort que très peu d'étude on était faite sur l'orge germée pour les chevaux.

Je cite la réponse faite par Laetita Marnay (IFCE)

"Nous n'avons rien trouvé matière de recherches concernant le cheval, les travaux se sont axées sur la valorisation par les ruminants ou les autres espèces de rente (volaille, cochons). L'ensemble n'est pas en faveur de cette technique. "

Complément fait par Catherine Trillaud Geyl (IFCE) et conforté par William Martin Rosset (INRA):
"l'article de Demarquilly et ceux de Peer et Leeson qui montrent aussi bien chez le mouton que chez le porc que la germination s'accompagne d'une perte importante de MS (environ 25%) d'une augmentation de la teneur en cellulose et d'une diminution de la digestibilité de la MO et de l'Energie
A part une augmentation de la teneur en vitamine et de certains minéraux, je pense que tu peux conclure que c'est pas mal de travail pour peu d'effets positifs, avec en prime un risque de développement de moisissures si la germination n'est pas menée correctement et que donc il vaut mieux distribuer de l'orge aplatie! "

Il n'existe, à leur connaissance, aucune donnée sur les valeurs nutritionnel de l'orge germée, qui dépend fortement du stade de germination

Laetitia Marnay a ajouté:
"les auteurs que j'ai lus parlent également de bénéfices cités par le "terrain" mais pas mesurés d'une part, et parfois liés au fait que l'orge germée était RAJOUTEE à la ration existante et non substituée, du coup, effectivement, il y a un effet (!) ... lorsque les chercheurs ont voulu mesurer les effets réels, notamment sollicités par les vendeurs de systèmes de germination. Les effets notés en matière de minéraux par Peer et Leeson semblait dire que les augmentation de teneur en Cu et Zn observées viendraient probablement d'ions contenus dans les plateaux de germination galvanisés, l'augmentation en sodium était liée à la teneur de l'eau utilisée pour l'"arrosage" et que la baisse en phosphore était peut être liée à un "lessivage" (se solubilise et part dans l'eau de trempage...). Leur conclusion générale semble être "la germination : moins ça dure longtemps, meilleures sont les valeurs nutritionnelles avec J1>J4...

Si on peut y voir un intérêt, c'est l'absence de poussière et le côté rafraîchissant par rapport à de l'orge aplatie, sauf que, donnée trop tôt, la coque du grain n'est pas assez amollie pour que l'intérieur soit accessible aux enzymes ; donnée plus tard : impact sur valeur alimentaire + risque sanitaire/moisissures."

J’espère que cela pourra aider d'autres personnes.

Et je suis toujours preneuse d'autres informations!!

Cordialement

:
Le 11/07/2013 à 00h14

Chère Optimumhorse !

La vie nous amène quelquefois à connaître des réactions épidermiques, des expériences sensitives, qui ne trompent pas.
Essayez de trouver un éleveur qui travaille avec de l'orge germée et visitez le au moment où il donne ses rations. Indépendamment de toute thèse de doctorat vétérinaire, vous constaterez la différence....avec vos 5 sens.
Sur la base de cette première expérience, tentez ensuite la chance et faites un essai en vrai grandeur avec un ou deux chevaux, pendant quelques semaines vous leur ferez plaisir et à vous aussi.
La germination a quelque chose de magique ! Et c'est parfaitement naturel, je vous le garanti ! En plus c'est vivant !

Pour ma part, lorsque j'ai besoin d'un conseil, et c'est très fréquent, je rencontre d'abord de vieux éleveurs, des gens pratiques et concrets. Les réponses que j'ai obtenues sont constantes : C'est beaucoup de travail, mais c'est bien !
J'ai essayé et je peux vous dire qu'ils avaient raison.
Et je suis rassuré de savoir exactement ce que mes chevaux dévorent !

Ensuite si vous y tenez toujours, je vous ferai parvenir mes sources qui sont libre d'accès sur le net. C'est promis, mais vivez le truc d'abord !
Courage vivons !
YR



:
Le 11/07/2013 à 09h09

Bonjour, et merci de votre réponse!!

Tout d'abord sachez que j'ai remplacé un repas/jour de mes chevaux par de l'orge germée depuis un petit mois environ, suite aux nombreux avis positifs et surtout à une leptospirose de mon vieux cheval qui lui a fait perdre beaucoup de poids...

Je n'ai pas particulièrement de préjugé, et quand je me suis adresser à d'autres éleveurs, ils étaient plutôt d'avis que "le traditionnel (orge aplatie/avoine floconné/foin/CVM) y'a que ça de vrai" et "c'est bien un truc de jeune de vouloir réinventer l'alimentation...". Cela ne m'as pas empêcher de me lancer dans ma petite production d'orge germée (et oui, pas de préjugé mais un peu tête de mule...).

Il est vrai que mes chevaux ne rechignent pas leur ration (mais ils ne l'ont jamais fait auparavant) et que mon vieux reprend doucement de l'état (peut-être plus vite avec l'orge germé que le traditionnel???). Maintenant, on peut nourrir des chevaux avec 15kg de carottes par jour, ils seront très heureux et pourront peut-être même grossir (j'y connais rien en teneur de carotte...), cela n'en fera pas pour autant une ration correcte et équilibrée, c'est pourquoi je recherchais les valeurs énergétiques de l'orge germée, pour, au minimum, adapter le reste de la ration...N'ayant aucune réponse sur ce forum, ou ailleurs, je me suis tournée vers l'IFCE et l'INRA, qui, vous me l'excuserez, ne sont pas les derniers des idiots... J'ai publié leurs réponses ici(avec leur accord, bien entendu), afin d'en faire profiter le plus grand nombre. Chacun en tirera ses propres conclusions.

Pour ma part, je pense continuer l'orge germée, au moins pour l'été, car cela est très frais. Par contre, il est possible qu’après je repasse au traditionnel, car je ne suis pas persuadée que le "jeu n'en vaille la chandelle". Mais peut-être que d'ici là mes chevaux seront transformés et j'adopterais définitivement l'orge germée!!

Encore merci pour votre réponse et votre avis!
Et je veux bien vos sources, si vos recherches ont été plus fructueuses que les miennes!

Article publié le 26-08-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés