Accueil » Entretien du cheval

L’orge germée (II) : la méthode pratique

Le mois dernier, nous vous avons présenté un aliment du cheval peu connu et d’une extraordinaire richesse nutritive : l’orge germée.

Ce mois-ci, nous vous donnons, étape par étape, tous les conseils pratiques pour obtenir une germination optimale et un produit ayant toutes les qualités souhaitées.

Il est certain que faire germer est un travail non négligeable, qui nécessite surtout de la présence et de la régularité, mais dont on est très largement récompensé.

La première des victoires et non des moindres consiste à savoir exactement ce que l’on donne aux chevaux, de façon certaine et qualitative puisque l’orge est facile à se procurer à bas prix et localement, quand on n’est pas en mesure de la produire soi même.

Orge germée
Les chevaux adorent l’orge germée, aussi appétente que nutritive. © Yves Riou

Le produit consommé est chimiquement plus proche de la plantule végétale que du sac d’amidon que représente un grain d’orge sec. Le cheval n’est pas naturellement équipé ; du point de vue digestif, pour la transformation de l’amidon brut bien que des peuples cavaliers nomades donnent l’orge entière et sans trempage à leurs chevaux.

Dans un élevage de chevaux recevant de l’orge germée, l’équilibre alimentaire général crée un climat de quiétude particulier

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

13 commentaire(s) »

laureofarabs :
Le 05/09/2012 à 07h21

Convaincus par les écrits de Eric Ancelet, nous désirons mettre en place ce type d'alimentation pour notre élevage.

sylviemaupoint :
Le 07/09/2012 à 10h28

J'utilise depuis 3 ans l'orge germée dans la ration de mes chevaux avec satisfaction, mais je n'ose pas le faire pour ma vielle jument de 26 ans qui ne peut plus mâcher sa ration. Dépourvue de quasiment toutes ses molaires et pré-molaires, elle ne peut avaler que des granulés et des floconnés détrempés.
Y aurait il un intérêt à lui donner de l'orge germé, même si on peut supposer que le grain sera très peu mastiqué ?
Par avance, merci de vos conseils

mitoux :
Le 10/09/2012 à 11h55

Bonjour,
L'orge germée doit elle être complétée par des vitamines et minéraux pour équilibrer la ration ou cela est inutile?
Merci

mariebx :
Le 12/09/2012 à 07h26

Bonjour,
Question pratique : Où trouve-t-on ce type de seau ?
Merci

yann :
Le 12/09/2012 à 14h49

Merci pour ces questions qui sont preuve de votre intérêt, pour ce mode d'alimentation.

Pour Sylvie,
J'ai une jument poulinière PSar de 23 ans qui n'a plus que 4 molaires. Son alimentation est donc difficile. Elle mettait énormément de temps pour consommer sa ration lorsque je lui donnais de l'orge trempée, ce qui incitait les autres poulinières à tenter de lui en voler une partie. Elles sont au pré, nuit et jour. Depuis que j'ai mis en place un système de germination très proche de celui décrit dans l'article, je la nourri à l'orge germée (4 litres germés (soit environ 3 litres sec) en complément, le soir seulement) et elle reprend du poids progressivement. D'autre part elle prend maintenant sa ration à la même vitesse que les autres, ce qui évite les conflits. Apparemment, elle ne rencontre aucune difficulté de digestion.

Yves Riou.

yann :
Le 12/09/2012 à 15h06

Pour Mitoux.

La pratique de Françoise Bessières depuis de nombreuses années est de ne pas donner de compléments alimentaires pour l'ensemble de son élevage. Cependant, par son expérience professionnelle elle détecte occasionnellement des carences à leur début, qui correspondent dans la majeure partie des cas à des phases de croissance chez les jeunes, et souvent aux changements de saisons (Sevrage, fin d'automne par exemple). Elle met en place alors un apport ponctuel d'oligos éléments en accord avec son véto sous forme de cure, pour les poulains en difficulté.
De façon générale, son véto n'intervient que pour des problèmes traumatiques, castrations etc....de façon générale son élevage est bien portant, et même plutôt un peu "rond". Notons que les rations de foins de prairies naturelles, sont complétées par du foin de légumineuses : trèfle, luzernes. L'ensemble est produit sur l'exploitation.

Yves Riou.

yann :
Le 12/09/2012 à 15h18

Pour Marie,
Les seaux que vous voyez sur les images sont récupérés auprès de rayons poissonnerie en grande surface. Il s'agit de seaux contenant de la brandade de morue. Pour ma part j'utilise des seaux un peu plus grands utilisés pour la commercialisation de chaux vive. Sans trop les remplir. Une usine de production se trouve pas trop loin de mon domicile où je les achète neufs. J'en utilise cependant qui sont recyclés.
Il me paraît probable que vous pourrez en trouver aussi chez des distributeurs spécialisés dans l'emballage alimentaire...mais il se peut qu'ils vous demandent de prendre une quantité très importante.

Yves Riou.

yann :
Le 12/09/2012 à 15h34

Pour Laure of arabs.
J'ai découvert l'existence des écrits de Mr Ancelet en cours de rédaction de l'article. Pour le moment, je n'ai pas eu l'occasion de lire ses livres. Mais c'est bien dans mon intention.
La méthode de germination décrite est celle pratiquée au quotidien par Françoise Bessières depuis de nombreuses années. Méthode qu'elle a affinée au contact de nombreux éleveurs traditionnels, décédés maintenant.
En plus de la qualité de l'apport nutritionnel, ce qui lui tient à coeur c'est le contrôle réel de l'alimentation de ses chevaux et l'économie du procédé. Elle n'envisage absolument pas d'en changer.

Yves Riou.

vixou :
Le 18/09/2012 à 14h24

VIXOU
L'orge germée est-il un aliment échauffant ? Par rapport à du floconné de base par exemple. J'aimerai bien essayer et avoir une idée de la quantité à donner avec du foin pour avoir des chevaux énergiques mais calmes. Mes chevaux ne travaillent pas beaucoup et sortent surtout en extérieur. Merci d'avance pour vos précieux conseils.

yann :
Le 19/09/2012 à 10h45

Pour Vixou.
Vous avez une première partie démontrant les qualités nutritives de l'orge germée, dans le numéro précédent. L'orge y est considérée comme une céréale froide et équilibrée. C'est de notoriété publique.
La germination ne change rien à ce constat.
En ce qui concerne les rations. Pour vous donner une idée, je donne à une jument PSar (environ 370 kg) suitée d'une pouliche de 4 mois une ration journalière d'environ 4 litres d'orge germée. Cette poulinière vit au pré nuit et jour, et l'herbe n'est pas vraiment abondante et nourrissante en ce moment en région toulousaine. Sa pouliche participe à cette consommation et reçoit dans un seau séparé environ 1 à 2 litres en sus de la ration de la mère. Disons qu'elles se partagent un peu moins de 6 litres/jour.
La pouliche est très forte et autonome depuis 3 semaines. Le sevrage pourrait être pratiqué si nécessaire. J'attends une vraie repousse pour le faire. Le facteur psychologique a aussi son importance.
Yves Riou.

laetitia :
Le 19/09/2012 à 16h31

Oui il est important (et intéressant !) de lire la première partie de cet article, parue le mois dernier dans la rubrique "Entretien" et qui reste dans les Archives de Cheval Savoir. Allez dans le menu, cliquez sur l'onglet "archives" puis sur la couverture du n°34 et ensuite vous aurez tous les articles parus dans ce numéro. Bonne lecture !

La Rédaction

laureofarabs :
Le 10/07/2013 à 15h43

Bonjour,

j suis heureuse de pouvoir partager notre expérience.

Cela fait près de 6 mois que nous sommes progressivement passés à l'orge germée et trempée, pour les 25 chevaux de l'élevage.

En préambule, c'est très important de modifier sur trente à quarante jours leur alimentation. Nous avons donc retiré une poignée de la ration Baileys et ajouté une poignée de germé tous les 4 jours afin d'arriver à la ration maximale de graines germées préconisées par Eric Ancelet soit une valeur absolue de 500 gr de grain sec.

Il faut comprendre que la quantité MAXIMALE de céréales assimilables par jour représente 4 à 5% du poids vif du cheval, dont les besoins sont prioritairement couverts par le foin ou l'herbe et l'apport d'acides aminés (avec l'AlgOhm par exemple au quotidien). Ainsi selon le poids de nos petits arabes, entre 1,5 et 2 kgs de grain sec par jour, dont seulement 0,5 kg de grain sec mis à germer.

En période froide, nous obtenons le stade optimal à J+3: une nuit de trempage, plus deux autres nuits avec lavage trois fois par jour et l'été J+2.

Je me permets de vous livrer nos calculs poids sec, volume germé:
500 gr d'orge sec représente un volume de 0,8 à 1 litre (selon le grain que nous recevons...)
Au stade optimal de germination (donc avant l'apparition du germe vert...), ces 500 gr d'orge sec pèsent 775 gr et représentent une ration d'un volume de 1,75 litres. C'est la ration maximale en germé assimilable sans risque.

J'insiste d'une part sur l'hygiène à apporter: rinçage des grains deux à trois fois par jour (rapide au moment de vos propres repas...) et rinçage des bassins de trempage et de germination,
et d'autre part sur l'apport d'acides aminés en complément.

Sur les quelques individus qui semblaient "tirer" un peu, nous avons donc ajouté en orge trempée (une nuit de trempage), entre 1 et 2 litres d'orge trempé.

Comme les chevaux vivent tous en groupe, certains reçoivent leur ration dans une musette (celles de Kramer Equitation sont résistantes!).

Encore merci pour votre article qui nous a finalement décidés à sauter le pas!!

Laurence...Of Arabians

:
Le 10/07/2013 à 23h28

Laurence,
Je suis très heureux de vous avoir encouragé à passer à l'orge germée au moins pour partie. je viens vous faire part d'une opinion personnelle concernant les quantités qui peuvent être donnée selon que l'on est en germée ou trempée.
La germination provoque une transformation radicale qui schématiquement change l'amidon en végétal. Dans le cadre de l'orge germée la digestibilité est donc radicalement différente de celle de l'orge trempée.Je ne perçois pas alors les mêmes limites.
L'orge trempée (processus anaérobie) donnée en trop grande quantité représente un effort d'assimilation très important. Il convient donc de respecter la limitation à 4% de poids vif (350 à 400 kg)...ce qui représenterait déjà une masse très conséquente !!!
Avec de l'orge germée, il m'est arrivé d'aller sans difficulté jusqu'à 4 ou 5 litres/jour ou même davantage.
D'autre part cette transformation apporte aussi de nombreux acides aminés. A mes yeux, orge trempée ou germée sont deux aliments totalement différents même s'ils sont issus de la même céréale.

Dans le cadre de chevaux en difficulté, ma tendance naturelle est d'augmenter l'orge germée et de réduire de façon très significative, sinon radicale l'orge trempée. Qui dit "important effort digestif", dit "consommation élevée d'énergie pour le convalescent". Enfin, dans le cas de chevaux vraiment stressés l'orge trempée devrait être évitée. Le risque d'ulcère "pourrait" - au conditionnel - être renforcé. Il est clair que les chevaux qui consomment exclusivement de l'orge germée ne baillent pas après leur ration...au contraire ils ont la pêche !

Notez également que la germination dans l'obscurité génère des acides aminés différents d'une germination en pleine lumière. Une thèse pakistanaise le démontre dans le cadre de la nutrition humaine.

Pour ma part, j'estime qu'au printemps et en début d'été la nourriture est suffisamment abondante pour des chevaux en liberté sur de grands espaces. J'ai donc temporairement arrêté l'orge qu'elle soit germée ou trempée. En fonction des variations climatiques, je reprendrai progressivement.Il me semble évident que c'est surtout en hiver que les chevaux ont besoin des apports nutritifs exceptionnels de l'orge germée...
Merci du partage de votre expérience.
YR




Article publié le 02-09-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés