Accueil » Races Equines

Mieux connaître le Haflinger

Par Franck Régnier,
de l’Association Française du Haflinger

N°4 Octobre 2009
Imprimer cet article
Puissant et musclé, le Haflinger représente le type même du poney pour adultes, brillant en attelage et polyvalent pour toute forme de loisir. Une race aboutie, à mieux connaître.
Haflinger
Polyvalence, intelligence le Haflinger est un compagnon plein de personnalité © Association Française du Haflinger

Après avoir été utilisé pour l’agriculture, les transports en montagne et l’armée, le Haflinger est principalement reconverti de nos jours dans l’équitation de loisirs. En effet, en raison de sa force et de son gabarit, ce grand poney peut parfaitement être monté par des adultes, et est particulièrement bien adapté à l’attelage. Il est doté d’un excellent caractère tout en étant généreux dans l’effort.

Le Noriker et le sang oriental

Au Moyen Age, il existait dans le Nord de l’Europe une race de chevaux lourds appelés « Noriker » (qui existe encore nos jours) très adaptée aux gros travaux agricoles et à la traction sur les routes de fonds de vallées, mais pas du tout à l’aise en moyenne et haute montagne. Plus au sud, on trouvait une race de chevaux de petite taille, plus proches du type oriental, vifs, au pied sûr et capables de se débrouiller dans les terrains escarpés. Des croisements avec le Noriker ont permis d’alourdir ces petits chevaux pour leur permettre de monter la marchandise et le matériel dans les montagnes.
Plus récemment, vers les années 1870, un croisement avec des étalons Arabes sur les juments orientales est effectué pour améliorer cette race de poneys du Tyrol. Le but est de les destiner au travail agricole et aux transports d’artillerie pour l’armée. Un modeste agriculteur de Schluderns près de Hafling achète une petite jument de Galicie « croisée Arabe avec une raie de mulet ». Il la fait saillir par un demi-sang Arabe. En 1874, elle donnera naissance à un poulain alezan crins lavés. L’Empereur d’Autriche-Hongrie, séduit par ce poulain, le nomme étalon fondateur de la race de Hafling sous le nom de Folie 249. En 1897, après dix-neuf années en carrière de reproduction, Folie est réformé et c’est dans sa production que sont désormais recherchés d’autres géniteurs. Après une sélection sévère, quatre étalons descendants de Folie sont choisis pour fonder les quatre premières lignées (N, S, B et W). Plus tard trois autres étalons sont sélectionnés pour fonder trois nouvelles lignées (A, M et ST). Ainsi, le 2 mai 1898, un décret du Ministère de l’Agriculture instaure la dénomination « Haflinger » : ce terme n’est pas employé au début pour décrire la race mais se rapporte au genre d’activité de ces chevaux.

Felhi No avec Hervé Rouyat
Certains Haflinger se montrent polyvalents pour différentes formes de loisirs. Ici l’étalon Felhi No monté par Hervé Rouyat. © Association Française du Haflinger

Les souches italiennes

A l’issue du Traité de Paix de Saint Germain en Laye en 1919, le Tyrol est séparé en deux. La partie nord appartient à l’Autriche et la partie sud devient italienne. Ainsi la ville de Hafling, au sud du Tyrol, est rebaptisée Avelengo et le nom italien de la race Haflinger devient race Avelignese. Les chevaux sont les mêmes. La race frôle de la catastrophe, puisque les juments sont du côté Italien et les étalons se trouvent en Autriche.
Malgré cette séparation, il reste quand même six étalons privés en Italie. Grâce à la qualité de la jumenterie, le Tyrol du Sud va pouvoir produire six géniteurs exceptionnels dont on retrouve les bases de l’élevage dans le monde entier à l’heure actuelle. Mais à la fin des années 1920, le Tyrol du sud est pauvre et ne peut empêcher le départ de ses meilleures génitrices d’abord vers le Tyrol du nord puis vers la Bavière, perdant les bonnes souches femelles. Aujourd’hui l’Italie doit retourner chercher en Autriche et en Allemagne les descendants de sa bonne jumenterie perdue…

Halfinger
Puissant et généreux, le Haflinger est un remarquable poney d’attelage, capable de briller au plus haut niveau de compétition. © L. Bataille

Du Tyrol…à la France

En 1926 est établi le premier registre d’élevage qui recense les premières juments Haflinger appelées OHAST, Original HAflinger STuten (Stuten signifie juments en allemand). En 1927, le ministre autrichien de l’agriculture obtient de l’Italie la permission d’importer de bonnes juments du Tyrol du Sud. Les autrichiens choisissent des Haflinger plutôt vigoureux et nobles tandis que les allemands préfèrent le type lourd pour le travail agricole des terres grasses de Bavière. Et en 1936, la Bavière se lance dans l’élevage de Haflinger afin de produire des chevaux de montagne pour l’armée. Mais pendant ce temps, l’Italie se vide de sa bonne génétique….
A la fin des années 1930, la demande en chevaux pour l’armée étant très forte, le Haflinger se développe considérablement en quantité, mas la qualité de la sélection est en forte baisse. Les conséquences des guerres mondiales permettront dans un premier temps une accélération de la sélection, puis l’augmentation des effectifs et la mise en place des structures nécessaires dès 1945…

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier