Accueil » Tribune Cheval Savoir

L’équitation de Charlotte Dujardin : une évolution du dressage ?

Les deux médailles d’or –individuelle et par équipe- gagnées en dressage par la jeune cavalière anglaise Charlotte Dujardin, méritent que l’on s’attarde un instant sur le résultat de cette nouvelle venue au plus haut niveau.
Nelly Valère, Conseiller technique de Cheval Savoir, nous livre ses commentaires et son ressenti.

On comptait depuis dix-huit mois sur les prestations d’une nouvelle venue dans le monde du dressage : l’ascension a été fulgurante, et la réussite couronnée par deux médailles d’or aux Jeux Olympiques de Londres pour le compte de son pays, la Grande Bretagne : une médaille par équipe aux côtés de son coach, Carl Hester, et une en individuel, détrônant la cavalière numéro un du Dressage, Adelinde Cornelissen.

Charlotte Dujardin
Aux Jeux Olympiques de Londres, Charlotte Dujardin laisse éclater sa joie… © Kit Houghton/FEI

Le 9 août dernier donc, Charlotte Dujardin, jeune femme de 26 ans, pleure de joie aux abords de la carrière olympique et sur les écrans du monde entier. Pourtant, une polémique peu agressive, certes, mais dérangeante pour les aficionados, se fraie un passage dans les lignes de la presse spécialisée : l’anglaise Charlotte, malgré son nom très français, est sacrée Championne Olympique sur son sol natal, la Grande Bretagne, organisatrice des Jeux ! Favoritisme ? Injustice faite à celle qui avait succédé à Edouard Gal en haut de la ranking list du Dressage ?

Les juges ont donc octroyé une médaille d’or à une équitation plus conforme aux critères de l’académisme et les deux médailles suivantes à une équitation « contre la main » !

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(36,45$ US. 35,95$ Canadien; 35,80 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître (onze numéros par an)
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 1000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

6 commentaire(s) »

eleonore :
Le 24/09/2012 à 09h25

On trouve dans sport.fr ce commentaire:
"Le cavalier doit avoir un corps souple pour justement donner l'idée de facilité", ajoute le technicien( Alain Franqueville ndlr), comparant la discipline à la danse classique. Le cheval de dressage, plus musclé que son homologue du concours complet, est un athlète de quelque 600 kg qu'il faut contrôler avec l'ensemble du corps. Les bras d'abord qui tirent avec les rênes chacun l'équivalent de 50 kilos, calcule un dresseur. Les jambes, qui adhèrent à la monture et donnent discrètement des indications, tandis que l'amplitude et le rebond du cheval font travailler les abdominaux"

En savoir plus:
http://www.sport.fr/equitation/jo-2012-les-britanniques-ambitionnent-l-or-274415.shtm#ixzz27MtCEm3b

A regarder les vidéos, il est clair que les deux médailles argent et bronze ont été gagnées conformément à ce que ce « dresseur » avance : un sport, en effet, surtout pour les bras ! Quant au cheval de dressage plus musclé que le cheval de complet...on dira très différemment, plutôt!
Je suis par ailleurs désolée de voir assimiler la discipline de ce dressage à la danse classique que je connais bien...à commencer par la crispation de mâchoire notoirement évincée de tout mouvement, comme d'ailleurs de toute expression corporelle artistique, chant y compris !
Il faut aller sur la retransmission de toute l'épreuve finale sur youtube, et regarder les images en gros plan de la bouche de Parzival à la fin de la reprise de la médaillée d'argent. Ce sont des images anglaises, certes, et on a omis d'en montrer l'équivalent sur Mistral, médaille de bronze.

nellyvalere :
Le 24/09/2012 à 09h37

J'aimerais ajouter au commentaire d'Eléonore, qu'on pense trop souvent que l'offense faite à la bouche des chevaux est un simple problème de maltraitance; c'en est un, mais c'est aussi la marque imparable de ce qu'on appelle une équitation "contre la main", et que si l'équitation se pratiquait selon les règles académiques qui sont elles-mêmes conformes aux lois biomécaniques équines, il n'y aurait pas de maltraitance, à ce niveau du moins. Donc, commençons par respecter les lois biomécaniques du cheval: première victoire contre la maltraitance.

radoflip :
Le 26/09/2012 à 09h17

Je pense, pour ma part, que la reprise de Charlotte reste une très belle prestation...
Je pense que "détailler les erreurs" serait vraiment chercher la petite bête à un moment où on commence enfin à revoir un cavalier qui travaille "dans le bon sens" et non contre son cheval!!!!!
Lorsqu'on obtient 90%, on peut se dire que l'on frôle la perfection, même si l'on sait que la perfection n'existe pas, surtout parce qu'on monte un être vivant qui "existe sous notre selle"...
Selon moi, il est un peu "mauvaise langue" de dire que la victoire a été descernée à Charlotte car elle était "chez elle"...
Je trouve sans consteste que sa reprise surplombait de loin ses adversaires... tous bons cavaliers soient-ils!

philippeboiret :
Le 26/09/2012 à 12h55

Merci Nelly pour cet article qui aborde un point marquant du jugement à Londres.
Je pense qu'il serait intéressant de connaître le point de vue des juges.
La nécessite de noter des reprises avec des équitations si différentes doit être un challenge particulièrement délicat.

nellyvalere :
Le 11/10/2012 à 11h37

J'aurais bien aimé pouvoir confronter mes propres impressions et allégations à des avis motivés de nos lecteurs, qu'ils acquiessent à mes propositions, ou qu'ils leur soient contraires... Ou des questions sur des propositions qui semblent obscures...
En bref, y a-t-il des commentaires qui restent timidement au fond des larynx?
merci d'avance!

philippeboiret :
Le 11/10/2012 à 12h34

Désolé Nelly, je reste sur votre avant dernier paragraphe et votre commentaire sur le jugement.
Eurodressage vient de publier une étude très intéressante sur les jugements à Londres (voir : http://www.eurodressage.com/equestrian/2012/10/10/david-stickland-olympic-dressage-score-analysis ).
Le graphique comparant figure par figure les scores de Valegro et de Parzival montre que ce dernier n'est le mieux noté que pour le pas allongé, les arrêts et plus particulièrement les piaffers (sur la libre, si je comprends bien).
On m'a appris que le piaffer était la "figure" par excellence de l'équitation académique. Et donc selon les juges Parzival piaffe mieux que Valegro ????
Amicalement

Article publié le 22-09-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés