Accueil » Leur avis sur...

Le sanglage

Avec Laurent Goffinet, Isa Danne, Max Thirouin, Olivier Dumoulin, et Nicolas Touzaint. Coordination Laetitia Bataille.


N°35 Septembre 2012
5 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Chacun sait qu’un bon sanglage est indispensable à la sécurité du cavalier. Mais le sanglage se doit aussi d’être confortable pour le cheval –et à cet égard, il y beaucoup à dire ! Et d’ailleurs, les chevaux le disent eux-mêmes, pour peu que l’on sache les écouter…
Nous débutons aujourd’hui un dossier destiné à faire le point sur le sanglage et les problèmes qu’il pose trop souvent. Un dossier très vaste, sur lequel se penchent nos spécialistes.

Certains chevaux redoutent l’instant du sanglage, souvent associé pour eux à un moment extrêmement désagréable, parfois douloureux, et précurseur, ils le savent bien, d’une autre souffrance possible, dûe à une selle mal adaptée.
Bien qu’étroitement lié, le problème de la bonne adaptation de la selle au cheval est un autre sujet, dont nous avons déjà parlé dans Cheval Savoir, et dont nous aurons l’occasion de reparler, tant ce sujet est vaste et en constante évolution à mesure que la science progresse dans une meilleure connaissance du “saddle fitting”.

Le sanglage
Le sanglage... un acte banal, mais qui n’est pas anodin. © L.Bataille

Car la selle demeure malgré tout un corps étranger sur le dos du cheval, un corps étranger qui y est plus ou moins incrusté selon le poids du cavalier, sa posture à cheval et ses différents mouvements –volontaires ou parasites.
Le sanglage, par définition, accentue l’impact de la selle. Lorsque l’on sangle, la selle “descend” provoquant un contact plus étroit (et potentiellement plus douloureux) avec le dos du cheval.

Il existe beaucoup d’idées fausses au sujet des sangles élastiques

Article lié :

  • Le sanglage (II)
  • Pour lire la suite de cet article :

    Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
    (31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

    S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

    • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
    • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
    Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

    Ce que vous ne lirez pas ailleurs

    Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

    5 commentaire(s) »

    educaval :
    Le 05/10/2012 à 15h56

    Pour les cavaliers qui ne sortent pas en CSO ou en CCE, le sanglage doit être limité afin de ne pas gêner , comme cela a été écrit,capacités respiratoires , jeu de la selle et impact sur le dos du cheval.Une selle bien adaptée, un cavalier ayant un bon équilibre et liant autorisent un sanglage minimum. Et le problème du montoir est résolu si le cavalier utilise une aide au montoir (souche, plot,Etc...)afin que la selle ne tourne pas et qu'il n'y ait aucune traumatisme au niveau du garrot. Dans un travail d'éducation du cheval, je me laisse la possibilité de passer mes doigts entre la sangle et le ventre du cheval. Il en est de la sangle comme de la muserolle.
    Equestrement, Yves KATZ, BEES2

    laurent :
    Le 05/10/2012 à 21h59

    Butet fait aussi des sangles possédant des élastiques de chaque coté en tout cas pour les sangles bavette.

    line :
    Le 13/10/2012 à 17h02

    Bonjour,
    Très instructif cet article. Qu'en est-il de la sangle en attelage ? Merci de m'éclairer.
    Line

    odile :
    Le 15/10/2012 à 13h22

    Je pratique l'endurance et, selon certains, je ne sangle pas assez ! Je ne vois pas où est le problème : la selle ne tourne pas, n'avance ni ne recule ! Le plus important pour moi est de laisser la selle se mettre en place seule en partant à pied pendant quelques centaines de mètres. Là je ressangle un peu et hop en selle. Evidemment je vérifie en cours d'entraînement mais généralement je n'ai rien à faire. En effet, ma seule contrainte est de trouver de quoi m'aider à monter (souche, muret...). Ce qui est sûr c'est que mon cheval trouve cette solution bien plus agréable que ce qu'il a connu auparavant ;-)

    laetitia :
    Le 15/10/2012 à 21h17

    Réponse à Line
    Le sanglage dans le domaine de l'attelage effectivement très important ; ce sujet est traité dans le deuxième volet de cette étude, qui paraîtra prochainement !

    La Rédaction

    Article publié le 05-10-2012

    Postez un commentaire !

    Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
    Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés