Accueil » Culture équestre

Lutins d'écurie et autres farceurs

Par Amélie Tsaag Valren
Responsable du Pôle des mythes et légendes de la Fédération Française Médiévale, membre de la Société de Mythologie Française.



N°36 Octobre 2012
12 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Il existe entre les lutins et les chevaux des liens très étroits, à tel point que dans l'imaginaire collectif, lorsqu'un lutin prend forme animale, c'est presque toujours celle-là. Mais d’où peut venir ce lien entre chevaux et lutins ?
Petit voyage au pays des légendes oubliées...

« Perturbateurs de l'univers
Qui faites votre délice
De mettre tout à l'envers ;
Esprits enclins à la malice. »

- Les Bains de la Porte Saint-Bernard, Scène VI


« Il existe entre les lutins et les chevaux des liens très étroits. Si étroits que, dans les chansons de geste médiévales comme dans le plus moderne folklore, lorsque le lutin prend forme animale, il adopte presque toujours celle-là ». Si cette phrase paraît étrange1, c'est que le lutin est aujourd'hui devenu un amusant fabricant de jouets au service du Père Noël : seuls les enfants sont encore autorisés à croire en son existence sans être moqués.

Lutin à cheval
Dessin John Bauer (1882-1918) représentant un lutin à cheval.

En vérité, le lutin s'est reconverti en fabricant de jouets après avoir été, des siècles durant, l'invisible servant des écuries, le familier des nobles montures comme des tractionneurs de labeur, qu'il taquine ou soigne selon son humeur. Mieux, il se rencontre alors, dit-on, plus d'un étonnant cheval-fée ou lutin déguisé en équidé, au détour des chemins campagnards. Ces croyances populaires, pas seulement connues des enfants, ont disparu sans bruit au début du siècle dernier, combattues par les enseignants, les scientifiques et... le progrès.

Personne ne les a mieux contées que Pétrus Barbygère, « l'elficologue » (comprenons par là le spécialiste du petit peuple invisible, celui des fées, des elfes et des lutins). Que l'on ne rie point d'une telle spécialité, apprise sur les chemins de traverse et non les bancs des universités, dans les pays scandinaves et les îles britanniques, ce savoir est bien plus respecté qu'au pays du rationalisme et des Lumières !

Avec les lutins, mieux vaut éviter d'éventer de dangereux secrets, que ce soit à propos de leur origine, de leur rôle ou des pouvoirs dont ils disposent...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

12 commentaire(s) »

radoflip :
Le 11/10/2012 à 15h09

Ahh haha, voici un article qui met un peu de malice et d'originalité dans ce magazine;-)
Parfois, en entrant à l'écurie le matin, il m'arrive de retrouver mon cheval blanc étrangement "propre"...
J'ai déjà pu remarquer également que certains jours, ses beaux crins espagnols sont plus ondulés que d'habitude ou sont ornés d'une sorte de noeud tressé... (la faute à Rado qui s'est gratté??)

Y aurait-il un lutin caché qui oeuvre la nuit?? Qui sait...

Soyez gentils, proposez-nous encore des contes et légendes...

valren :
Le 12/10/2012 à 00h17

Avec grand plaisir ! C'est, en fait, ma spécialité. Avez-vous lu la légende de lou Drapé dans le numéro d'été ? http://www.cheval-savoir.com/974-lou-drape-cheval-fantome-aigues-mortes  

Il y a aussi l'histoire récente de la licorne le mois dernier : http://www.cheval-savoir.com/1025-licorne-lewis-carroll-petit-poney-histoire-decheance-symbolique

Et quelques éléments de légende dans le double article du cheval noir : http://www.cheval-savoir.com/866-histoire-symbolique-culturelle-cheval-noir  

... beaucoup d'autres sont à venir. J'écris d'ailleurs un ouvrage sur ce thème.

Encore merci !

grandelo :
Le 12/10/2012 à 12h04

Merci pour cet article plein d'humour, ça fait du bien à lire !

valren :
Le 12/10/2012 à 18h48

Merci Grandelo ! Plus j'écris ici, plus je me rend compte que mes articles "de conteuse" ont beaucoup plus de succès que les articles de recherche scientifique.

L'avantage de ceux-là, c'est que je m'amuse énormément en les écrivant !

radoflip :
Le 15/10/2012 à 08h50

Je pense que les articles scientifiques ont leur utilité ! Nous en avons besoin pour faire chaque jour de nouvelles decouvertes et progresser...
Mais de temps en temps une pause qui permet de s'évader nous aide à garder un peu de rêve dans notre quotidien !!!
Surtout continuez à écrire ...
Je suis une grande amoureuse du célèbre Pegase ... faites moi rêver prochainement ... trouvez moi de passionnantes choses sur le beau cheval ailé :-)

valren :
Le 15/10/2012 à 10h22

Je connais très bien le mythe de Pégase, j'ai fait une longue recherche dessus. Il reste bien des choses à conter et à analyser !

laetitia :
Le 15/10/2012 à 21h15

Comme le dit très justement Radoflip, les articles scientifiques ont aussi leur utilité et nous recevons beaucoup de témoignages de satisfaction à ce sujet par mail. Mais comme Radoflip et bien d'autres, j'ai un grand "faible" pour le talent de conteur de Valren !

Laetitia Bataille

nellyvalere :
Le 17/10/2012 à 15h49

Moi aussi!
Pour Pégase, et en attendant Valren sur le sujet, vous pouvez relire "le mors en or" dans la série "Culture" de C S, élucubration très personnelle de votre humble servante...

valren :
Le 17/10/2012 à 16h27

Là : http://www.cheval-savoir.com/281-le-mors-en-or pour le mors en or.

D'ailleurs, ce n'est probablement pas le bon endroit pour, mais je connecte toute tradition populaire en rapport avec le cheval. Les crinières retrouvées nouées, les herbes d'égarement, les fontaines qui rendent aux juments leur fécondité (en Bretagne pour ce dernier cas)...

valren :
Le 17/10/2012 à 16h28

"collecte", pas "connecte", labsus néanmoins révélateur !

eleonore :
Le 17/10/2012 à 18h30

Elucubration, Nelly? moi je trouve que votre interprétation est suffisemment pertinente pour les amoureux de l'accordage entre chevaux et cavaliers par l'intermédiaire du mors: si le mors est pris comme outil de décontraction et non de contention, c'est bien un mors "en or", comme on le dit d'une excellente chose... et la phrase de Baucher tombe pile, de surcroit! au-delà du conte, et grâce au mythe, nous sommes donc de plain pied dans la pratique équestre!
Je pense que tous ces contes peuvent nous y ramener, puisqu'ils en viennent! merci, Valren.

dust :
Le 06/11/2012 à 10h31

cet article ne peut que réjouir mon âme de Bretagne qui vagabonde avec les esprits de la forêt de Brocéliande...et en ce moment très pluvieux ,faute de monter à cheval physiquement,c'est en pensées que je vole avec les lutins!!!

Article publié le 07-10-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés