Accueil » Vos Questions, leurs réponses

Je n’ai pas de jambes !

Réponse de Isa Danne, cavalière professionnelle de dressage.


N°36 Octobre 2012
12 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Mon moniteur me dit sans cesse que je n’ai « pas de jambes ». Je mets des éperons à bouts arrondis, je répugne à passer à des éperons plus sévères, j’ai l’impression que c’est un engrenage ? Comment faire ?

Laure T., Balbec.

Pratiquement tous les cavaliers qui viennent me voir pour une première séance à cheval ou sur simulateur, se présentent en me disant « Je n’ai pas de jambes ». C’est présenté comme une faiblesse physique et irrémédiable de leur part !

Une fois encore, les professionnels sont souvent en cause : un manque de connaissances ou de pédagogie les pousse à brimer leurs cavaliers sur ce sujet, en leurs disant le fameux « tu n’a pas de jambes !»

Pas de jambes
« Pas de jambes »... le problème de très nombreux cavaliers... © L.Bataille

Or, l’équitation classique ne réclame pas cette force dont on vous parle ! Les bases reposent sur l’éducation du cheval et du cavalier dans la finesse.
Quelle communication nous permettent nos jambes ?

Parfois le cavalier n’est pas prêt à assumer l’impulsion véritable

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

12 commentaire(s) »

:
Le 15/10/2012 à 23h20

Je me permets de répondre ici à une question posée par une cavalière sur mon facebook au sujet de l'article:
"Parfois le cavalier n’est pas prêt à assumer l’impulsion véritable. Ce passage m'intrigue, de quoi parlez vous au juste ?"

Voici donc ma réponse:

L'impulsion véritable est tellement ardente et les cavaliers si peu habitués à sentir le cheval vibrants sous leurs fesses ! Cela fait peur à beaucoup de cavaliers qui perçoivent cette énergie comme un risque pour leur stabilité, voir leur sécurité et inconsciemment (ou consciemment) ils ne veulent pas obtenir du cheval cette véritable impulsion parce qu'ils ne savent pas la gérer. Concervant ainsi dans la mollesse et la dureté leurs chevaux !!

valren :
Le 16/10/2012 à 13h54

Je tiens à féliciter l'auteur de cet article synthétique qui a bien éclairé mes lanternes ;)

ellebasi :
Le 17/10/2012 à 13h11

"si tu n'as pas de jambes, travaille donc tes fesses !"(et ton équilibre) Je rejoins Isa Danne , c'est souvent d'un manque d'équilibre que vient le mal . J'avais la même impression autrefois, et en travaillant mon assiette et mon équilibre , l'impulsion venant maintenant de mon bassin et non plus du contact avec les talons , je n'ai plus besoin de jambes, ou si peu qu'un petit geste suffit pour donner l'impulsion nécessaire ..

danne :
Le 18/10/2012 à 07h08

Bonjour Ellebasi,

je ne suis pas sur que nous parlions de la même chose. Pour moi l'impulsion vient du cheval et non de mon corps.
Ce dont vous parlez c'est de pousser avec le bassin (si je comprends bien),dans un prochain article sur le balancier global j'en parle justement ! Vous déplacez le problème entre une jambe mal utilisée et une assiette qui pousse.
L'impulsion doit être une constante, on demande 1 fois à notre cheval ce que l'on souhaite: pas, trot, galop ... et ensuite le cheval doit maintenir seul et avec énergique cette allure.
Très important, il ne faut pas confondre porter son cheval dans les jambes (ce qui n'est pas correct) et être présent dans les jambes ! le cavalier doit utiliser ses jambes. Ce dont je parle c'est le niveau de finesse et de réactivité exigées par le cavalier, c'est cette exigeance qui changera tout... soit vous aurez un cheval qui colle à la jambe, soit un cheval hystérique parce que vous avez été trop dur dans vos eigeances, soit un cheval fin qui répond sans détour à vos demandes !

Amitié cavalière
Isa Danne

danne :
Le 18/10/2012 à 07h10

Et merci à Valren et Ellebasi de votre interêt !
Ainsi qu'a tous les autres lecteurs !

Isa Danne

:
Le 18/10/2012 à 20h32

oui, je comprends bien ce que vous dites , je me suis exprimée un peu vite, mais c'est vrai que travailler son équilibre permet de se décontracter et donc ne pas se raccrocher au cheval par ses jambes ou ses mains quand le cheval répond avec une bonne impulsion . J'utilise mes jambes pour demander le départ, mais ensuite, le seul jeu du bassin permet d'entretenir le mouvement, de l'accélérer ou de le ralentir sans avoir à recourir de nouveau aux jambes ou au stick, sauf en cas de perte d'impulsion passagère.
ps : votre trotteur est magnifique ! ma jument est aussi une trotteuse, très jolie aussi mais pas aussi qualiteuse..
amicalement

danne :
Le 19/10/2012 à 08h42

Bonjour Ellebasi,

Oui les TF sont des chevaux très interessant ! Il faut que tu comprenne une chose, Nagano, personne n'en voulait au sortir des courses, j'ai même eu des profesionnels qui m'ont conseillé de m'en débarasser ! Mais j'ai travailler, beaucoup travailler pour qu'il face tout ce que tu vois... il n'est pas une exeption, ce sont des années de travail pour le transformer physiquement, pour régler de gros problèmes d'équilibre ! Sa force est son mental !

Pour en revenir à notre discussion sur l'impulsion, j'avais bien compris ta manière de fonctionner. Mais je ne suis pas en accord avec l'utilisation du rein (qui reviend à pousser) pour maintenir ou créer plus d'impulsion.
Car ce que tu identifie comme de l'impulsion de mon point de vue n'en ai pas puisque c'est toi qui en est le moteur ! Pour moi le bassin ne doit pas bouger, ni le rein... et l'impulsion doit venir uniquement du cheval qui répond de manière très franche à une demande qui vient des jambes !

Amitié cavalière

Isa Danne

ellebasi :
Le 20/10/2012 à 21h56

ah, oui, pour les années de travail, je veux bien te croire, ça fait 4 ans que je travaille avec ma jument, et son équilibre et sa musculature se sont bien améliorés, même s'il reste beaucoup de chemin à faire encore, mais ça vaut le coup d'être patient , ce sont des chevaux avec un coeur énorme !
pour l'impulsion, je me rend compte qu'en fait j'utilise mon bassin surtout au pas (elle avait beaucoup de mal à allonger son pas au début, maintenant elle commence à mieux engager, mais son pas s'éteint assez facilement si elle n'est pas sollicitée ) . Au trot et au galop, elle conserve son impulsion sans que je bouge . Merci en tout cas de tes précisions, ça m'a aidé à revenir sur ma pratique ..
amicalement
Isabelle

danne :
Le 21/10/2012 à 07h43

Bonjour Ellebasi,

Je suis ravie si cette discution et l'article t'on permis de faire un pas de plus dans ton travail !

Amitié cavalière
Isa Danne

stephanovich :
Le 24/10/2012 à 20h11

Bonjour,
une question me vient à l'esprit: alors pourquoi dit on "il faut plus de jambe pour employer tel cheval, presque pas pour un autre?
Un cheval de part son propre tempérament n'est il pas en lui même la cause? il est vrai que je parle de chevaux de cso mais le fond
est une constante.

Stéphane

danne :
Le 24/10/2012 à 20h46

Bonjour Stéphane,

Il y a plusieurs axes de réflexions, qui concernent tous les chevaux de CSO, dressage, CCE, endurance ou autre, il n'y a aucune différence:
Un cheval, par nature, peut être plus ou moins sensible, vif, lourd ... c’est certain.
Mais le cavalier à un impact positif ou négatif sur cette nature, si il éduque sont cheval pour qu'il soit fin ou pas !
De plus un cheval peut avoir plus ou moins de facilité à mobiliser sont corps, ses hanches en particulier. Les raisons sont sa morphologie et ses dyssimétries.

Tout ceci pour dire que ce qui va permettre au cheval de devenir fin et réactif c'est son éducation, donc ce que le cavalier fera dans ce sens !

Le travail selon les principes de l'équitation classique à été réfléchi, mûri justement pour équilibrer le corps du cheval afin qu'il puisse fonctionner le plus justement possible ! C'est une base pour le cheval, on peut dresser en haute école, si besoin est, un cheval destiner au CSO si cela lui permet d'améliorer sont fonctionnement pour sa discipline.
Jean d'Orgeix disait que le CSO c'est le moment du saut mais qu'entre les barres c'est du dressage !

Amitié cavalière

Isa Danne

:
Le 27/09/2013 à 17h47

Tout a fait d'accord en ce qui me concerne avec la généralité des propos de Isa DANNE...et comme elle, j'aurai tendance a séparer "l'impulsion" de la "mise en avant"

L'impulsion est avant tout affaire de "mental" de la part du cheval...La mise en avant" c'est au cavalier de s'en occuper...

Je pense que pour cette "mise en avant qui se veut "engagée" et a base de légèreté, le cheval a besoin d'une propulsion "vers l'avant bien sur mais surtout vers le haut, un "équilibre vertical"...sans cet équilibre "vertical" la véritable "mise en avant" est morte car il ne s'agit plus alors que de la précipitation...

Et cet équilibre, ce sont des posterieurs SOUS la masse par effet du relèvement de la base de l'encolure et de l'abaissement des hanches obtenu par les actions DE MAINS de bas en haut (légers 1/2 arrêts) et vers les épaules du cavalier, mains qui GARDENT et NE TIENNENT PAS...

C'est un report de poids de l'avant vers l'arrière....les jambes c'est pour plus tard, quand le relèvement de l'avant main sera obtenu AVEC la cession (mobilité) de mâchoire...et alors sera mis en oeuvre les remarques et conseils que Isa Danne dispense tout le long de ses propos initiaux....

Baucher..Beudant..d'Orgeix (et d'autres) l'ont dit: "l'équilibre prioritaire sur le mouvement"...

Article publié le 15-10-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés