Accueil » Connaissance du cheval

Les origines de la relation homme/cheval (II) 
L’apprivoiser : pourquoi et comment ?

Le mois dernier, nous avons brossé le portrait physique des premiers chevaux domestiques. Ce mois-ci, nous allons rechercher les raisons de cette domestication.
L’hippophagie est-elle, comme on l’entend souvent dire, à l’origine de la relation homme-cheval ? Probablement pas ! De nombreuses pistes, nous allons le voir, montrent que le cheval a certainement été apprivoisé pour être monté et pour le lait des juments, plutôt que pour être mangé...

Nous avons vu que les premiers chevaux domestiques toisaient le mètre trente, portaient des robes baies sauvages ou souris, et ressemblaient à des « poneys ». Pourquoi, et surtout comment l'homme les a-t-il apprivoisés ? L’idée de changer les chevaux sauvages en « réserves de viande sur pieds » est beaucoup défendue dans les ouvrages grand public, on lit même que « c’est grâce à l’hippophagie que la relation homme-cheval est née, et dure depuis plus de sept millénaires ! ».

Islandais
Très tôt, l’homme étudie les interactions entre équidés dans les troupeaux. Ici des chevaux islandais. Photo d’Eric Christensen, licence C.C. 3.0

Cette idée est contredite depuis des années par de sérieuses études, les éléments découverts parmi la culture Botaï l’éloignent davantage encore. Aux origines, le cheval est vraisemblablement apprivoisé pour être monté et pour le lait des juments… plutôt que pour être mangé ou attelé !

En l’absence de ses congénères, le cheval se rapproche de l’homme pour satisfaire son besoin de compagnie et sa curiosité naturelle finit toujours par l’emporter

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

valren :
Le 12/11/2012 à 12h08

Je me permet une précision par rapport à un commentaire que j'ai reçu par mail :

Le fait d'avoir apprivoisé des poulains orphelins après avoir abattu leur mère peut paraître très cruel en ce début de XXIe siècle, mais à l'époque dont nous parlons dans cet article (approximativement le VIIe millénaire avant notre ère), il n'y avait pas chez les hommes de volonté d'être cruel par ses actes, seulement la volonté de survivre. L'espérance de vie moyenne d'un homme devait à peine dépasser 40 ans, la mortalité était énorme, et les premiers apprivoisements se sont produits chez des chasseurs-cueilleurs (la domestication accompagnant la diffusion de l'agriculture et de l'élevage)

Article publié le 07-11-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés