Accueil » Tribune Cheval Savoir

Plaidoyer contre la muserolle serrée

Par Isa Danne, cavalière professionnelle.


N°37 Novembre 2012
9 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Le propre de notre rubrique « Tribune », c’est d’offrir à nos Conseillers techniques un espace où ils peuvent librement exprimer leurs opinions, leurs espoirs ou même parfois... leur colère.

Ce mois-ci Isa Danne nous a proposé un vibrant plaidoyer contre l’emploi intempestif de la muserolle serrée.
Laissons-lui la parole...

Il est une particularité de l’équitation moderne que je ne saurais accepter (entre toutes) c’est l’utilisation qui est faite de la muserolle.

Muserolle
© L.Bataille

On voit des muserolles complètement fermées, que ce soit en club (c’est une demande quasi-systématique des enseignants aujourd’hui) ou en concours, où carrément sont apparues des muserolles de type « pull-back » qui se ferment en coulissant et permettent de serrer si fort que le souffle m’en est coupé (de mon point de vue, ce sont des engins de torture !) On a aussi les fameuses muserolles combinées, que tant de cavaliers trouvent esthétiques…

Trop serrée, la muserolle ne sert qu’à cacher la misère. Dans la douleur et le silence

Que fait-on des deux doigts réglementaires qu’il faudrait pouvoir passer entre la muserolle et le nez du cheval ?
C’est à ce demander comment les écuyers classiques faisaient avant pour éduquer leurs chevaux sans tout cela ?

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

9 commentaire(s) »

happymeal :
Le 14/11/2012 à 09h29

On ne peut qu'adhérer totalement à cette réflexion. Elle est un élément clef d'une réflexion plus large sur le cheval partenaire versus cheval esclave... je ne peux m'empêcher de penser au "spade bit" des Vaqueros de l'Oregon et du nord de la Californie, un "engin" très ouvragé mais qui fait avoir une moue de dégout à la plupart des équitants... c'est pourtant un petit chef-d'œuvre d'équilibrage, qui n'atterrit dans la bouche du cheval qu'au terme d'une longue préparation du cheval avec le hackamore californien (rien à voir avec le hackamore mécanique). Dans cette tradition Vaquero de la légèreté, le cheval porte son spade bit, qui n'agit que par bascule d'avant en arrière, bouche fermée. Sans aucune muserolle pour lui tenir fermée. Et la disgrâce du Vaquero, lors des compétitions qui les opposent parfois, c'est que le cheval ouvre la bouche parce qu'il aura eu une action de main trop forte. Mais au moins le cheval a-t-il la possibilité d'ouvrir sa bouche si il en ressent le besoin.

isabella :
Le 15/11/2012 à 12h42

Merci pour cette mise au point !

J'aime d'autant moins serrer la muserolle que, parfois, les moniteurs la serrent tant que mon brave cheval de manège ne sait même plus entrouvrir la bouche pour prendre une friandise en fin de travail.

Mais comment, en tant qu'apprentie cavalière, résister aux injonctions des moniteurs ?

Quand je demande pourquoi il faut serrer si fort la muserolle, on me répond étrangement :

- "Parce que sinon le mors balance dans la bouche du cheval ce qui n'est pas confortable pour lui."

ou encore

- "Une muserolle qui n'est pas assez serrée peut blesser le cheval parce qu'elle frotte contre sa peau."

Et pourquoi une muserolle combinée ou croisée ?

- "Parce qu'on gagne en précision." me dit-on

Mais toutes ces réponses sont-elles correctes ?

:
Le 15/11/2012 à 17h08

Bonjour Isabella,

Pour moi il est aisé de contourner les conseils des professionnels qui vous encadrent.

-Si le mors bouge latéralement dans la bouche du cheval alors il suffit soit de le remplacer par un mors à aiguille ou mettre une muserolle portugaise (muserolle qui passe dans le montant de filet). Cela permet sans devoir serrer la muserolle de garder le mors centré.
Un mord qui quitte sa place dans la bouche du cheval ce retrouve dans cette situation parce que de l’autre coté il y a un cavalier qui tire sur les rênes… donc peut être qu’il faudrait revoir les bases !

-Une muserolle bien entretenue et ajustée ne blesse pas. Dans le cas d'un cheval avec une peau plus délicate que la moyenne alors on peut toujours placer un manchon de mouton autour ou ne pas mettre de muserolle.

-La précision ne tient pas à la muserolle, heureusement, mais bien au travail du cavalier et au dialogue qu'il a établi avec son cheval.

Alors de mon point de vu, oui toutes ces réponses sont incorrectes !

Pour ce qui est de résister, le meilleur moyen serait de ne pas associer votre progression à des personnes incompétentes.
Pensez honnêtement à votre cheval et imaginez que toute votre relation pourrait s'en trouver grandi ! Il est des solutions simples à de nombreux « problèmes » équestres souvent liés à une simple incompréhension du cavalier ou/et de l’encadrant, le cheval à ce niveau ne reflète que ses incompréhensions !

Amitié cavalière

Isa Danne

Adeline :
Le 15/11/2012 à 22h59

La meilleure et la seule muserolle que je recommenderai pour un cheval fin et un cavalier qui aspire à un partenariat le plus equitable avec celui-ci est le moins mechant de tout les bitless que vous trouverez pour une modique somme de $49 et 99 cents;
Le Hackamore Jump Bridle- The Bitless Bridle il s'agit dun simple cavesson qui va comme un chausson ...

laetitia :
Le 16/11/2012 à 12h03

Réponse à Adeline

Vous soulevez la question de la "bitless bridle", qui peut intéresser de nombreux lecteurs et nécessite une réponse approfondie et complète. C'est avec plaisir qu'Isa Danne vous répondra en détail dans la rubrique Vos questions du prochain numéro.
Merci de votre témoignage.
Cordialement

La Rédaction

windy :
Le 24/11/2012 à 13h53

je viens de voir une site americain parlant du bitless bridle, et là je suis trés intéréssée, ce materiel est d'ailleur cautionné par le docteur Strasser, donc un atout de plus.
j'attends avec impatience l'avis de cheval savoir sur ce nouveau mors, avant d'en acheter un,( je suppose que l'on en trouve qu'au US comme tous les produits pour les chevaux pieds nus).

je me deciderais de l'achat qu"en etant sur de son efficacité à tout point de vue, notre vie est quand meme en jeu, surtout quand on fait beaucoup d'exterieur toute l'année.

danne :
Le 27/11/2012 à 18h08

Bonsoir Windy,

L'article arrive pour décembre et c'est une très bonne idée de patienter pour votre achat :)

Isa Danne

odile :
Le 30/11/2012 à 11h24

Je ne montais jamais avec une muserolle mais mon dernier cheval fuit tellement la main en ouvrant la bouche que je n'avais plus de contrôle. Je le montais pourtant rênes peu tendues mais dès que je demande un changement de direction, c'est l'enfer ! (grand coup de tête jusqu'à se déséquilibrer). Il se bat contre la main alors que je demande très peu de contact. Je l'accompagne le plus possible dans les mouvements d'encolure dès que j'ajuste mes rênes. Du coup, au bout d'un an et demi j'ai décidé de lui mettre une muserolle croisée normalement ajustée (2 doigts) et depuis il accepte mieux de céder dans sa bouche. Je le monte toujours les rênes peu tendues. La muserolle simple ne changeait rien à mon problème. Maintenant, j'espère bientôt pouvoir la lui enlever car je n'en suis pas adepte.

prince :
Le 13/07/2016 à 17h13

J'avoue que mon cheval m'obéit très bien sans muserolle et n'ouvre pas la bouche en grand .... l'idée du baillon est d'un autre nom ; mon cheval il est vrai est docile.... et plus je m'impose de séances de musculation et d'étirement et plus nous sommes en symbiose. Moins je bouge, plus je suis exigeante avec mon tracé et plus mon cheval est précis.

Je rejoins les observations d'Isa Danne la précision vient du cavalier, pas d'une muserolle serrée.

Article publié le 13-11-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés