Accueil » On en parle

Le petit chien enterré vivant est sain et sauf

C’est un cas de maltraitance d’une cruauté sans nom. Un petit Jack Russel a été enterré vivant et n’a été découvert que deux heures plus tard. Le petit animal est sain et sauf, mais la fondation Trente Millions d’Amis, qui nous a transmis l’information, se porte partie civile dans cette affaire qui sera portée devant les Tribunaux.

Le 19 octobre dernier, un ouvrier découvre sur la base de loisirs de la Warenne (08) une butte de terre toute fraîche qui bouge. L’homme gratte un peu et aperçoit en dessous, un petit chien « les yeux révulsés » selon ses déclarations, qui se débat. Les pompiers sont prévenus et interviennent immédiatement pour dégager l’animal.

Ethan
Le petit jack Russel en route pour sa nouvelle famille. © Association Lisa/Fondation Trente Millions d’Amis

Selon les premières constations, indique la Fondation Trente Millions d’Amis, le chien aurait passé plus de deux heures sous la terre. Un temps suffisamment long pour que le vétérinaire décide de le placer sous perfusion et de le maintenir en observation. Le petit Jack Russel est rapidement identifié grâce à sa puce : il s’agit d’un mâle de deux ans, appelé Ethan. Retrouvé, son propriétaire aurait déclaré venir de céder l'animal à un tiers. Fait étrange, la gamelle d’Ethan a été retrouvée enfouie elle aussi à ses côtés et les enquêteurs soupçonnent une tentative d’empoisonnement.

Etat d’hibernation

Or ce serait précisément cet empoisonnement qui pourrait être à l’origine du salut de l’animal. « Ethan, sous l'effet du poison, est tombé dans le coma. Il s'est retrouvé en état d'hibernation avec des besoins en oxygène réduits à leur strict minimum. C'est ce phénomène qui lui a permis de résister et de ne pas mourir étouffé », précisera le vétérinaire au quotidien local L’Union-L’Ardennais.

La Fondation 30 Millions d’Amis s’est associée au dépôt de plainte « pour acte de cruauté » en se constituant partie civile. Elle espère vivement, dès que l’enquête aura permis d’identifier avec précision l’auteur de ce geste ignoble, la tenue d’un procès. L’affaire devrait alors être portée devant le TGI de Charleville-Mézières, dans le département des Ardennes.

Le petit Jack Russell, recueilli par l’association de Sabrina Zorzi Lisa, a été confié à une famille d’accueil et se porte bien.

2 commentaire(s) »

:
Le 14/11/2012 à 23h37

Encore un acte de cruauté envers un animal....de plus en plus de personnes malsaines et dégénérées cotoient nos vies. Obnibulées par la reconnaissance sociale, le matériel, le pouvoir, elles subissent ou absorbent leur mal-être jusqu'à un point limite. Ce sont ces memes personnes qui, un jour, ne pouvant contenir leur colère et se sentant impuissantes face aux reproches de leur patron, frapperont les proches les plus faibles afin de se défouler et compenser. Que d'exemples de ce genre dans notre société de consommation et de "m astuvu"
On jette, on brule , on abandonne , on torture donc pourquoi ne pas.....enterrer!!! C'est parfait pour un être faible d'esprit : déculpabilisé et sentant l'impunité arriver, il se débarasse de ses soucis.....
La condition des animaux reflète notre humanité! Ce genre d'acte ne doit jamais être sous estimé et doit être condamné car la cruauté envers un animal n'est jamais anodin, il est représentatif d'une nécrose de l'Homme.

clio :
Le 19/11/2012 à 20h50

Très juste le commentaire de : du 14/11/2012.
La manière dont nous comportons envers les animaux est un reflet de qui nous sommes.
Le traitement criminel dont a été victime le petit chien dépasse le simple acte de cruauté.
Il s'agit en fait d'un acte PERVERS ce qui est beaucoup plus grave.
Il ne s'agit pas de réaction contre "quelqu'un",mais la prise de conscience que la toute puissance (position sociale, "richesses"
pouvoir etc...)n'existe qu'à l'état de fantasmes sans réalité!

Clio.

Article publié le 14-11-2012

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire