Accueil » Vos Questions, leurs réponses

Tapis, pads, amortisseurs et autres compensateurs

Réponse d’Annette Rancurel, Ingénieur en technologie de l'information.


N°37 Novembre 2012
20 Commentaire(s)
Imprimer cet article
En réponse aux nombreuses questions posées, en « commentaires » ou par courrier, à la suite de l’article paru dans le numéro d’octobre de Cheval Savoir sur les arçons interchangeables, notre spécialiste Annette Rancurel répond sur le sujet –plus complexe qu’on ne croit- des pads, tapis, amortisseurs et autres interfaces. Et démontre que l’enfer est parfois pavé de bonnes intentions...

En dehors de la recherche légitime du confort du cavalier, il y a une prise de conscience croissante des conséquences d’une selle inadaptée sur le bien-être du cheval, ses performances et la qualité de la relation cheval/cavalier.

L’amortisseur
L’amortisseur : le choix adapté n’est pas toujours évident. © A.Rancurel

C’est ainsi que le marché du cheval propose depuis longtemps sous le nom d’amortisseurs, de pads, de correcteurs, et... des interfaces supposées protéger le dos du cheval des chocs infligés par l’ensemble selle/cavalier.

Sous des appellations diverses et variées, cette armada de produits devrait répondre au besoin prioritaire d’éliminer les zones de surpression et pour le moins de ne pas en créer !

Le comportement des matériaux en dynamique : certains induisent du rebond ou du flottement pour le cavalier

Mais le mieux est parfois l’ennemi du bien : ces dispositifs peuvent comporter des inconvénients qui les rendent plus nocifs que bénéfiques faute d’une conception juste ou d’un choix suffisamment raisonné.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

20 commentaire(s) »

educaval :
Le 16/11/2012 à 16h46

S'il est nécessaire parfois de prévoir un amortisseur, rappelons nous sans cesse le conte de la Princesse au petit pois... et demandons nous en priorité si notre fixité, notre équilibre,notre liant sont des qualités équestres parfaitement acquises!
Equestrement, yves KATZ,BEES2

patsy :
Le 18/11/2012 à 09h28

Ne suivez pas aveuglément les modes mais soyez plutôt à l’écoute de votre cheval.

arthus :
Le 18/11/2012 à 20h46

Bon... Ptet ben qu'oui, ptet ben qu'non ...Pour finir, on ne sait pas très bien si les amortisseurs sont, selon l'auteur, une bonne ou une mauvaise chose. Quant à essayer un amortisseur avant de l'acheter....

alix :
Le 25/11/2012 à 19h43

Le saddle fitting est malheureusement mal connu en France. Ne pas oublier que le tapis est fait pour protéger la selle de la sueur du cheval et non pas protéger le cheval d'une selle mal adaptée. Ou alors a minima.

educaval :
Le 25/11/2012 à 20h25

Alix,
ne vous excusez pas; Votre commentaire est suffisamment juste ,qu'il est bon de le répéter pour qu'il soit compris!
Yves KATZ,BEES2

lamiralnelson :
Le 28/11/2012 à 15h13

Article très intéressant. Mais je reste sur ma faim concernant les amortisseurs "gel". Qu'en pensez vous ? Merci

:
Le 29/11/2012 à 13h29

Mon expérience de terrain rejoint les conclusions des chercheurs en matière de sellerie comme de médecine humaine: il y a peu de situations dans lesquelles le gel soit utile, au moins en ce qui concerne les produits les plus courants.

- Si l'objectif est d'éliminer des pics de pression, le gel ne fonctionne pas. Il pourrait par contre amortir les chocs.
- Souvent de forme non ergonomique, il a tendance à s'étirer sur la colonne vertébrale et à donner la carte de pressions ci dessus même avec une selle adaptée , et donc à la gâcher.
- Dans le cas d'une selle trop large, d'autres modes de correction sont plus appropriés, en termes de forme comme de matériaux (modernes ou traditionnels).

Lors de mes consultations, si un cavalier utilise un gel, on effectue les mesures de pression avec et sans, ce qui valide généralement ces considérations.
Annette

alix :
Le 29/11/2012 à 13h40

Bonjour
Et que dire des tapis complètement ouverts sur la ligne du dos ? Les auriez-vous testés au niveau des pressions SVP ?
Merci
Alix

odile :
Le 30/11/2012 à 11h31

Peut-on envisager à la place de l'amortisseur, un tapis plus épais comme j'en vois en endurance (les coolback : laine ou matière synthétique hippoallergénique de 5cm d'épaisseur) ? Au niveau sensation pour le cavalier, je sais pas trop ce que ça donne...
Merci pour le conseil sur les amortisseurs en gel... je vais mettre le mien au placard je crois ;-)

:
Le 01/12/2012 à 16h25

Oui Alix, bonne idée sur le plan de l'ergonomie qu'un tapis ouvert sur la ligne de dos. Restent néanmoins tous les autres points à vérifier en fonction de la situation , mode d'assemblage, coutures, composition et épaisseur des matériaux qui le composent, etc ... Et oui j'en ai testé, par exemple un mouton ouvert sur la ligne de dos , qui en l'occurrence ajoutait encore du confort à des Wintec qui allaient déjà plutôt bien. Annette

annette :
Le 01/12/2012 à 16h50

Odile, comme toujours, çà dépend!
A quel objectif un tapis épais pourrait-il répondre ?
Il est nécessaire dans le cas de certaines selles, comme des selles Western dont les panneaux sont dépourvus de matelassures.
Dans le cas de l'endurance, la prise de conscience de l'importance de la selle est plus répandue, et un tapis épais peut isoler de certaines imperfections de la selle; mais parfois au prix d'en créer d'autres. Il a au moins le mérite d'augmenter la surface portante, l'isolement des sensations étant peut-être un moindre mal dans ce contexte exclusivement de lignes droites.
Dans le cas des selles anglaises et de l'équitation classique, une telle épaisseur risque de déséquilibrer une selle équilibrée, de combler sa gouttière et donc de compresser le garrot des chevaux fins, et d'induire de l'instabilité latérale dans le cas des chevaux ronds. Quand au gel, on peut toujours lancer un concours d'idées de reconversion, et par exemple l'utiliser pour protéger son postérieur lors des chutes en snowboard ...
Annette

odile :
Le 01/12/2012 à 21h47

Merci Annette. Comme je le précise à ta réponse suite à l'article des arçons interchangeable je vais bien mettre mon amortisseur néoprène au placard ! L'épaisseur du tapis me semblait bien pouvoir être un trompe-l'oeil. Je sais que la plupart l'utilise car il absorbe mieux la sueur et cela évite d'en changer pendant la course. Par contre je vais me pencher vers les tapis ouvert sur la ligne de dos. En tout cas article super intéressant et il était nécessaire d'en savoir un peu plus. Ma selle de cross su le dos de mon hongre a été vérifiée par mon ostéo et une véto qui le suit en shiatsu. A priori elle ne colle pas assez derrière. Je vais continuer ma recherche.

odile :
Le 01/12/2012 à 21h50

En fait j'utilise l'amortisseur car l'entraînement nécessite de nombreuses heures sur la selle et que l'on s'imagine que cela soulage le cheval. Idiot alors que j'ai pratiqué la rando sans en utiliser ;-) question d'imitation sans doute... alors que je suis peu encline à suivre la "mode". Au moins je vais réparer mon erreur.

schizo :
Le 03/12/2012 à 13h06

Ce qui manque, c'est un article "technique" sur les amortisseurs : avantages (à quoi ça peut servir) et inconvénients (l'enfer est pavé de bonnes intentions...) selon les matières, les formes, les épaisseurs, les disciplines ou pratiques équestres et les différentes morphologies des chevaux.
Dans le doute depuis l'apparition déjà lointaine des premiers amortisseurs "techniques" du commerce, j'en suis revenu au tapis en peau de mouton (tapis complet, pas amortisseur). C'est cher, délicat à entretenir mais mon cheval a l'air d'apprécier et je m'y sens bien !

alix :
Le 04/12/2012 à 22h57

Merci pour toutes ces infos et avis.
Je me renseigne sur le feutre en ce moment (le vrai, le bon, 100% laine, pas aiguilleté). Je trouve cette matière inégalée au niveau confort et amorti si besoin est. Pour le trouver, je ne vois que les US, rien en France selon mes recherches.

:
Le 05/12/2012 à 10h34

Même raisonnement :
- partir de l'objectif : quel est le contexte et que cherchez vous à améliorer ? Si vous souhaitez amortir les chocs, effectivement le vrai feutre comme matériau répond.
- le matériau est une chose, la mise en oeuvre et l'ergonomie en est une autre. Eviter en tous cas ceux sont trop épais, rigides et coupés tout droit; ainsi que d'autres plus souples qui comportent des coutures volumineuses mal placées autour du garrot. Le tapis électronique ne servant d'ailleurs qu'à quantifier la nocivité de ces dispositifs, le bon sens suffisant pour les évaluer qualitativement (avec la check list ci-dessus)...
Certains autres pads qui incorporent du feutre me semblent prometteurs, affaire à suivre.

annette :
Le 05/12/2012 à 10h49

Schizo, ce n'est pas un article technique qui manque, c'est un ouvrage technique ! Le nombre de combinaisons possibles type de selle/morphologie de cheval/matériaux/formes ... est presque infini, d'autant plus que j'ai écris intentionnellement ci dessus " des pads qui incorporent du feutre ..." car l'avenir est à la combinaison de matériaux de différentes caractéristiques.
Mon atelier est plein de matériaux en test , issus du médical, de la podologie, des sacs à dos high tech , de l'aéronautique, de l'automobile ...
En attendant, oui le "mouton tapis complet-pas amortisseur" (si forme ergonomique) reste paradoxalement assez souvent une valeur sûre !
Annette

cathie :
Le 23/12/2012 à 18h28

Mon ostéopathe prétend que seuls les tapis en peau de renne présentent un réel pouvoir amortissant.
Qu'en pensez-vous ?

cathie :
Le 23/12/2012 à 18h28

Mon ostéopathe prétend que seuls les tapis en peau de renne présentent un réel pouvoir amortissant.
Qu'en pensez-vous ?

:
Le 23/12/2012 à 19h19

La peau de renne a effectivement un pouvoir amortissant, tout comme la peau de mouton et bien d'autres matériaux modernes. Mais son intérêt majeur est de distribuer les pressions, en fonctionnant comme un coussin d'air grâce à l'épaisseur des poils.
Utilisée poil du renne contre poil du cheval, elle favorise aussi la guérison d'éventuelles petites plaies ou granulomes liés au frottement d'une selle inadaptée.
Néanmoins son absence de forme ergonomique limite son utilisation telle quelle.
Des chercheurs (Vienne, etc ...) et moi-même ont mesuré l'apport de la peau de renne dans différentes situations, la conclusion est toujours que le pad universel n'existe pas, chaque combinaison cheval/pad/selle/cavalier est unique.

Article publié le 16-11-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés