Accueil » Editos

Le poney et son psy

Laetitia Bataille

La littérature équestre pour enfants abonde. Tant mieux, ce sont de saines lectures. Une tendance très forte dans la moisson de livres que nous avons reçus en service de presse : l’éthologie ! Elle est omniprésente. Et comme toujours, mise à toutes les sauces.

Le relationnel, le décodage des comportements... étiqueter les motivations de son poney, c’est désormais le must.
Lu dans le communiqué accompagnant un sympathique petit livre, dont la couverture montre une petite fille maquillée avec un poney serein : une « monitrice chuchoteuse » et son poney sillonnent les routes de France et « vont à la rencontre de jeunes cavaliers qui ont un problème avec leur poney ». Consultation d’éthologie, en somme. Il a beaucoup de cavaliers, jeunes ou vieux, qui ont un problème avec leur monture. Mais le communiqué va plus loin, et précise que, dans le livre, « chaque cas pratique est détaillé, afin d’apporter un éclairage sur le comportement du poney en difficulté ».
Reste à savoir pourquoi le poney est « en difficulté. » Dans son pré, il va très bien, merci.

Dans le début des années 70, le regretté Louis de Pas importait en France les premiers poneys, permettant ainsi aux jeunes enfants d’avoir, comme les petits Britanniques, une monture à leur taille. Ce fut alors le boom des poneys clubs. Petit à petit, l’usine à Shetlands est devenue aussi l’usine à passer les « Galops, » motivante pour les enfants, et lucrative au moins pour la FFE.

Certes il y a dans les reprises de Shetlands beaucoup de « tire-dessus-rentre-dedans ». Le modèle inconscient de l’enfant, c’est le cow-boy –modèle mal compris, évidemment, car nous savons que l’équitation western est faite d’actions douces sur un mors sévère. L’embouchure du Shetland, c’est un petit filet, certes, mais il sort régulièrement de la bouche du poney sur le côté ! On fait des jeux, on crie de joie. C’est excellent pour les enfants, en tous cas...

Pendant ce temps, en Chine (voir notre article sur le sujet) des investissements colossaux sont prévus pour l’explosion annoncée des sports équestres dans l’empire du Milieu. Formé très tôt à la pratique du piano et du violon, le petit enfant unique chinois va donc lui aussi « s’éclater » bientôt sur un poney. On ne peut que s’en réjouir ; c’est bon pour la santé, et l’équitation, si elle est bien enseignée, est aussi une très belle pratique... Gageons que l’éducation impitoyablement élitiste de ce pays ne laissera pas beaucoup de place à l’échange étholo-psychologique.

Noël reste la fête de tous les enfants. Souhaitons-leur des montagnes de livres pour rêver d’une relation avec un poney qui n’aurait plus de problèmes. En n’oubliant pas un message équestre de simple bon sens : « Un peu douceur, s’il te plaît ! »

Photo de couverture : © Fotolia

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

-1 commentaire(s) »
Article publié le 13-12-2012

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire