Accueil » Le monde du cheval

Addictions : lorsque le cheval aide à guérir

Propos recueillis par Laetitia Bataille

N°4 Octobre 2009
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
L’EAP (Equine Applied Psychotherapy) est aujourd’hui couramment pratiquée aux Etats Unis et en Grande Bretagne. Encore très mal connue en France, cette méthode a pour but d’agir comme un révélateur des causes de différents troubes psychologiques, notamment les addictions.

Marie de Noailles et David Delapalme ont ouvert récemment un cabinet d’addictologie ayant recours, entre autres, à cette forme de thérapie.

Cheval Savoir a tenu à les rencontrer.
Cheval contre les addictions
Une approche nouvelle où les émotions agissent comme des révélateurs… © Coll. Acte-Now

Cheval Savoir : A qui s’adresse votre méthode thérapeutique ?

Marie de Noailles : A toutes les personnes souffrant d’addictions –les plus tristement classiques et lourdes de conséquences étant bien sûr l’alcoolisme et les addictions aux drogues. Mais il existe d’autres addictions moins connues, pouvant s’avérer handicapantes et destructrices : troubles du comportement alimentaire, addiction au jeu, à la dépense inconsidérée…Ce sont autant de “moyens” mis en oeuvre par la personne pour fuir la réalité...
Nous avons différentes approches de traitement. La thérapie assistée par le cheval est l’une des méthodes possibles…

C.S : Cette méthode s’adresse-elle à des cavaliers, à des personnes ayant exprimé le désir de monter à cheval ?

M. de N. : Absolument pas : cette approche thérapeutique ne consiste pas à faire monter les patients à cheval (comme c’est le cas en équithérapie ou en Rééducation par l’Equitation) mais à travailler en compagnie de chevaux, qui vont agir comme des révélateurs et permettre de comprendre les processus qui ont mené à l’addiction, ou qui empèchent le patient d’en sortir.

«Le cheval est très réceptif : pour sa survie, il doit décider très vite s’il peut faire confiance ou s’il doit fuir»

C.S : Parlez-nous du principe de la méthode.

David Delapalme : Le thérapeute demande au patient de faire faire quelque chose au cheval : il va s’agir, par exemple, de choisir un cheval dans le groupe, d’aller le chercher, de l’amener à marcher entre deux barres au sol…Des choses très simples…Tout ce qui va suivre sera éclairant pour le thérapeute : le choix du cheval (allure, robe, corpulence…) la manière dont le patient va aborder sa tâche : va-t-il être inhibé ou hypercatif, négatif ou optimiste ? En cas de difficulté, va-t-il s’énerver, renoncer très vite ou s’entêter, avoir des gestes de violence envers le cheval, rejeter la faute sur d’autres members du groupe ?

C.S : De notre côté, nous transmettons beaucoup de messages aux chevaux –ils refusent d’embarquer dans le van si nous sommes énervés de peur d’arriver en retard à un concours !

M. de N. : Bien sûr ! Le cheval nous décrypte très bien, et cet effet miroir renseigne le thérapeute. Les patients nerveux et angoissés rendent les chevaux nerveux et agoissés…Avec le cheval, on ne peut pas tricher, ni se mentir à soi-même… Souvent le cheval ne coopère pas, les patients sont frustrés, et de cette frustration surgissent aussi des émotions qui peuvent être acueillies, verbalisées, reliées à des événements du vécu familial.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 16-05-2009

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés