Accueil » Editos

Langue bleue, langue de bois

description

Une vidéo a été envoyée à la Rédaction de Cheval-Savoir, montrant le cavalier suédois Patrik Kittel lors de la “détente” (ironie du mot !) de son cheval Scandic lors de la Coupe du Monde de dressage à Odense, au Danemark.

Parallèlement, nous apprenions courant octobre par dépêche AFP que SAR la Princesse Haya de Jordanie, Présidente de la FEI (Fédération Equestre Internationale) avait ordonné que toute la lumière soit faite sur ces méthodes d’entraînement. Vous trouverez la traduction intégrale de ce texte, ainsi que la vidéo intitulée “Blue tongue” (la “langue bleue”) dans notre rubrique actualités.
Car la politique de la langue de bois, qui régissait le débat (ou plutôt l’absence de débat officiel) semble laisser place à des mesures énergiques basées sur l’observation, l’analyse et l’honnêteté des conclusions. Un livre récemment paru, écrit par Gerd Heuschmann, s’intitule “Dressage moderne, un jeu de massacre ?” Il fait suite à l’ouvrage publié par Philippe Karl dénonçant déjà les “Dérives du dressage moderne”.

Vous le savez, votre magazine a, dès son premier numéro, choisi son camp : celui de la défense animale, de l’encouragement des méthodes “douces” et aussi naturelles que possible. Nous aimons l’art en général et l’art équestre en particulier.

Nous ne pouvions rester siencieux devant ce nouveau rebondissement de l’affaire qui occupe de nombreux esprits, et que l’on peut résumer par un seul mot : “rollkur”.
Qu’est-ce que le rollkur ? Il s’agit d’une méthode d’entraînement basée sur l’hyper-flexion de l’encolure, position antinaturelle pour le cheval, et génératrice de stress (on peut d’ailleurs voir les épaules et le poitrail de certains chevaux maculés de salive que l’animal ne peut pas avaler). Beaucoup de personnes, mal informées, interprètent cette hyper-salivation comme le signe d’une bouche “fraîche” preuve d’une équitation de légèreté !

L’hyperflexion est utilisée par de très nombreux cavaliers de dressage de compétition, mais -on le sait moins- par des cavaliers de CSO également.

Il existe une différence fondamentale entre l’hyperflexion et l’extension d’encolure (Pierre Beaupère expliquait d’ailleurs dans le numéro 3 de Cheval Savoir la différence entre “bas et rond” et “bas et long”).

Une cavalière bien connue à qui il était demandé à quoi servait la rollkur, a répondu “à récolter des médailles”. D’abord, ce n’est pas une condition nécessaire à la réussite : Filipe Graciosa, Ecuyer en Chef de l’Ecole de Lisbonne, interviewé ce mois-ci par Cheval Savoir, répond clairement sur ce point. D’autre part, si cette torture était réellement nécessaire au succès sportif, elle n’en resterait pas moins inadmissible car elle bafoue le respect de l’animal et est en désaccord total avec l’article de la FEI qui stipule que le cheval doit travailler dans le bien-être.

Cheval Savoir a ouvert le mois dernier ses pages à vos réactions et commentaires en ligne: n’hésitez pas à soutenir la bonne cause en vous exprimant dans nos colonnes.

Photo de couverture : Carina Mac Laughlan

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier