Accueil » Journal d'un dressage

Teimoso, tantôt joueur, tantôt studieux...

Par Catherine Henriquet, cavalière internationale de dressage


N°39 Janvier 2013
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
C’est l’hiver, il fait froid et Teimoso est parfois très vif en extérieur !
Parallèlement continue le travail méthodique, à la longe, en selle et à pied. Recherche du perfectionnement du contact, des transitions et des départs au galop, préparation les changements de pied... Et effectivement, le premier changement de pied a eu lieu !

En extérieur Teimoso devient de plus en plus joueur en prenant comme prétexte la présence du chien (qui nous accompagne toujours depuis leurs débuts) en courant dans les sous-bois. Il fait d’un seul coup une embardée violente d’un côté ou de l’autre, suivie de quelques bonds. Je le contrôle immédiatement en le mettant en épaule en dedans sans qu’il échappe au pli et en tenant bien ma jambe intérieure. Des demi-arrêts à répétition l’empêchent de fuir. A chaque sortie, j’anticipe ses réactions et les limite au mieux afin qu’il n’apprenne pas à déstabiliser le cavalier.

Tenir un arrêt droit et calme
Tenir un arrêt droit et calme, contact léger... avec ce jeune cheval très généreux et impulsif. © Jean-Philippe Léon

Je ne commence pas les séances tous les jours de façon identique. Soit je promène Teimoso, soit je le détends en piste avec le travail en extension d’encolure déjà expliqué précédemment, soit je le longe puis je le prends au travail à pied.

Extensions et flexions d’encolure doivent être obtenues sans altération de la cadence et de la direction

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

educaval :
Le 24/01/2013 à 16h00

Les lecteurs de CS ne sont certainement pas tous des cavaliers émérites (malheureusement!). Partant de ce postulat, il me semble qu'il serait bon que Catherine Henriquet explique le pourquoi des enrênements à la longe et la manière de les régler. Nous vivons une époque où l'enrênement est devenu banal (autorisé en "compétition", sans que les juges se soucient qu'il soit bien ou mal réglé et utilisé dans le seul but de donner une attitude que les cavaliers ne sont pas capables d'obtenir de leurs chevaux. ce qui est normal, les chevaux n'étant pas souvent éduqués et les cavaliers manquant encore de technicité).
Il ne faut pas que les cavaliers considèrent que l'enrênement fait partie de l'éducation des chevaux. Il est du devoir de CS , comme tout média qui se respecte, de véhiculer les bonnes et belles techniques d'éducation du cheval. Yves KATZ, BEES2

laetitia :
Le 25/01/2013 à 14h03

Vous avez raison, Educaval, de souligner que les enrênements, lorsqu’ils sont employés à mauvais escient ou par des cavaliers inexpérimentés, peuvent constituer un « rasoir entre les mains d’un singe » ! Je pense que Catherine a certainement prévu de nous expliquer dans un prochain article pourquoi et comment elle se sert parfois de ces enrênements avec Teimoso à ce stade de son travail. Ses précisions (sur les réglages notamment) permettront aux cavaliers infiniment moins compétents qu’elle d’éviter les pièges que tendent si souvent les enrênements mal utilisés. Attendons les éclaircissements de Catherine et ses conseils...Cette série d’articles n’en est qu’à son début !

Laetitia Bataille
Rédactrice en Chef

Article publié le 23-01-2013

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés