Accueil » Interviews

Filipe Figueiredo (Graciosa)
Ecuyer en Chef de l’Ecole Portugaise d’Art Equestre

Propos recueillis par Laetitia Bataille

N°5 Novembre 2009
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Cheval Savoir a rencontré l’Ecuyer en Chef de l’Ecole Portugaise d’Art Equestre, le Dr. Filipe Figueiredo (Graciosa). Eleveur, vétérinaire et homme de cheval exceptionnellement complet, son discours est rafraîchissant.
Filipe Figueiredo Graciosa et Laetitia Bataille
Le Dr.Joao Filipe Figueiredo (Graciosa), Ecuyer en Chef de l’Ecole Portugaise d’Art Equestre, a reçu Cheval Savoir et répond aux questions de Laetitia Bataille. © J.B.

Cheval Savoir : Filipe Graciosa, vous dirigez l’Ecole Portugaise d’Art Equestre, la fameuse "E.P.A.E." et vous avez pratiqué à peu près toutes les formes d’équitation…

Filipe Graciosa : oui, j’ai fait de la compétition de dressage (notamment le Championnat d’Europe à Paris en 1977). J’ai été vétéinaire de courses d’endurance, je suis juge de dressage et juge de modèles et allures, j’ai été souvent président du Jury dans les concours ou les confirmations, notamment en France et en Belgique. J’ai fait des courses, de l’attelage en compétition à un, à deux ou à quatre…Felix Brasseur est un grand ami ! J’ai aussi attelé à cinq, mais pas en compétition sportive puisque cela n’existe pas ! (Rires)

C.S : Quel a été votre cursus équestre ?

F.G. : J’ai beaucoup monté à cheval avant ma naissance ! Ma mère était une cavalière émérite, et nous passions beaucoup de temps dans l’élevage familial.
A sept ans, pour aller à l’école du village, distante de quatre kilomètres, je prenais mon poney. Ma famille avait au village une maison avec des écuries pour les mulets et les chevaux de travail ; j’attachais le poney là, et je le reprenais le soir pour repartir !
Plus tard, quand j’ai eu quatorze ans, j’ai été au collège à Lisbonne et j’ai pu travailler chez le Maître Nuno Oliveira qui était encore à la Quinta do Chafariz ; j’ai travaillé avec lui six ans.
Puis j’ai fait mes études vétérinaires à Lisbonne. Je suis rentré comme responsable du dépôt d’étalons de la Coudelaria Nacional (le Haras National) à dix-neuf ans…
C’est à cette époque, en 1979, qu’a été fondée l’Ecole Portgaise d’Art Equestre.

C.S : Dont vous avez été co-fondateur...

F.G. : Oui, avec trois écuyers de premier plan : le Dr Guillerme Borba, Don José Althayde, Francisco Cancella de Abreu…

«Le chanfrein en avant de la
verticale donne au cheval une expression plus gaie !»

C.S : Qu’est-ce qui a fait naître cette initiative ?

F.G. : C’était une idée déjà ancienne, mise en place par le Dr Ruy d’Andrade (éleveur et zootechnicien célébre, ndlr) de faire revivre la Picaria Real (le manège royal). Il y avait une logique : nous avions déjà le Haras d’Alter, qui vait été fondé en 1748 dans le but précisément de fournir les chevaux pour la Cour et le manège royal. Ces lusitaniens de souche Alter sont particulièrement fins et réceptifs à la haute école.
Nous avions la méthode : notre doctrine est celle exprimée dans le célèbre traité d’équitation de Carlos Manoël d’Andrade Luz da nobre e liberal arte da cavalaria*, datant de 1790.
Mais en revanche, nous n’avions pas de manège -et nous n’en avons toujours pas ! Au début, nous dépannions en montant le soir dans le petit manège du Jockey Club ! Nous avons commencé à former des élèves. En 1996, il y avait quinze écuyers et soixante chevaux.
Puis, nous avons commencé à travailler au Palais de Queluz, où nous sommes toujours : des carrières ont été aménagées près des écuries.

C.S : Il y a pourtant eu un projet d’aménagement de l’actuel musée des Carosses à Belen pour faire un très beau manège...

F.G. : Cela n’a pas pu aboutir. Actuellement, il y a un autre joli projet, celui d’installer l’Ecole sur le site de Belem, mais dans les anciennes écuries militaires situées derrière le musée des Carosses, où il pourrait y avoir 1200 places assises. C’est au centre de Lisbonne, dans un quartier noble qui doit être amélioré du point de vue touristique.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

tessun :
Le 26/12/2009 à 10h33

Un article décidément très superficiel et sans réel contenu pour rendre compte du savoir faire et de l'expérience d'un des personnages qui compte parmi les plus "grands" en matière de dressage à l'heure actuelle. Décevant!!!

laetitia :
Le 29/12/2009 à 23h21

Cher lecteur,
Merci de l'intérêt que vous portez à notre revue, et de votre commentaire (ceux-ci toujours constructifs).
Toutefois, l'interview d'une personnalité est destinée à apporter un éclairage sur la personne, un témoignage vivant de sa vision des choses, de ses souvenirs et de ses idées. En aucun cas, cette interview n'était censée être un cours d'équitation. Mais rassurez-vous, le Dr Filipe Figueiredo Graciosa faisant partie des Conseillers techniques de Cheval Savoir, il interviendra régulièrement dans différentes rubriques notamment "Bloc Notes, " Tribune" et bien sûr, "Vos questions, leurs réponses", en apportant alors des conseils pratiques de grande valeur. N'hésitez pas à lui poser vos questions par l'intermédiaire du magazine !
Très cordialement
Laetitia Bataille
Rédactrice en Chef

isago :
Le 11/03/2010 à 21h11

Un article un peu court pour un homme d'une immense qualité! Nous avons eu , mon mari et moi, le grand privilège de le rencontrer au Portugal où nous allons très souvent et nous avons passé un après midi avec lui et ses chevaux et nos échanges ont été d'un grand enseignement pour nous! C'est un homme simple et agréable et qui adore son métier! Dommage que cet article ne rende pas suffisamment compte de cela.

Article publié le 16-05-2009

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés