Accueil » On en parle

Viande de cheval : Spanghero accusé !

Les premières conclusions de l’enquête sur le « horsegate » viennent d’être rendues publiques.
La société française Spanghero est officiellement sur le banc des accusés et va devoir expliquer l’existence d’une facture portant sur 42 tonnes de viande équine qu’elle a achetées début janvier.

Nos confrères du Parisien ont révélé ce 14 février au matin avoir consulté trois factures qui mettent en cause Spanghero et le trader de viande chypriote « Draap », dont le nom est un charmant palindrome de « paard », soit « cheval » en néerlandais.
Le gérant de la société chypriote, M. Fasen, a été condamné voici un an pour escroquerie, après avoir fait passer des chevaux sud-américains pour du bœuf halal… Mais c’est bien Spanghero que l’enquête de la répression des fraudes pointe du doigt.

Chevaux
Des chevaux de provenance douteuse peuvent être dans un état sanitaire douteux... © D.R.

Benoît Hamon, Ministre délégué à économie sociale et solidaire, est certain que la société ne pouvait ignorer revendre du cheval au lieu de bœuf et annonce sa poursuite pour « tromperie économique ». Cette société vient de perdre son agrément pour la transformation de viande. Les Roumains semblent hors de cause : ils ont vendu de la viande de cheval étiquetée comme telle… Ce qui n’empêche pas les chevaux de travail locaux, envoyés par milliers « au couteau », de souffrir de nombreuses maladies…

De bien embarrassantes factures...

Les responsables de Spanghero affirment que la société « n’a pas d’activité avec de la viande de cheval ». Reste à expliquer ces embarrassantes factures, qu’ils nient leur appartenir, et la réception bien attestée de marchandise portant un étiquetage « cheval ».

D’autres plats cuisinés à la viande de cheval ont été découverts en Allemagne, en Norvège et en Suisse. Comme nous le supposions dans notre article publié samedi, Findus est « la partie émergée d’un iceberg » dont les ramifications mafieuses sont à chercher dans l’Europe toute entière. Le Premier Ministre britannique, David Cameron, a confirmé les craintes exprimées dans CS par le Dr Jacques Laurent (voir notre article) concernant les risques sanitaires liés à la consommation d’une viande clandestine.
Par ailleurs, une autre affaire implique six chevaux traités à la phénylbutazone, qui ont bien failli entrer dans la chaîne alimentaire… Trois d'entre elles sont arrivées en France mais seront détruites. La phenylbutazone, un antidouleur, est potentiellement nocif.

1 commentaire(s) »

etrier [invité] :
Le 02/03/2013 à 22h27

Tout équidé peut entrer à l'abattoir très facilement, la preuve :il suffit de posséder son carnet et le feuillet de traitement médicamenteux tamponné par un vétérinaire, pas besoin de justifier de la propriété.

Vous voulez un exemple concret tout récent de Février 2013 !
un double poney non destiné à la consommation, a été subtilisé par un maquignon le 02/02/2013, il l'a revendu à un boucher chevalin, ce double poney a été abattu le 04/02/2013 avec un feuillet traitement médicamenteux falsifié.

La boucherie en question vante la qualité de sa viande et l'achat sur pied des équidés ?!, Sachez que le boucher ne voit pas l'animal à l'entrée de l'abattoir, tout ce qu'il voit c'est sa sortie de la chaîne d'abattage sous forme de carcasse coupée en deux avec le ticket de pesée qui reprend le poids à chaud et le poids à froid et le numéro de transpondeur et le numéro SIRE. Soit ces carcasses lui sont livrées ou il va les chercher.

Vous pensez-bien que le boucher à d'autres choses à faire que de déchiffrer les numéros SIRE pour savoir à quel type d'équidés cela correspond, pur-sang, trotteur, ONC.

Comment savoir si ce double-poney n'avait pas reçu de substances pharmaceutiques, puisque le feuillet présenté, est falsifié avec une date précédent de deux mois la subtilisation de l'équidé ?

Comme quoi on nous fait croire ce que l'on veut !

Plus de détails, sur la qualité de la viande de cette boucherie sur le site de La Voix du Nord, un article relatif aux Lasagnes du 15/02/2013

Article publié le 14-02-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire