Accueil » Savoir pratique Obstacle

Obstacle : avec ou sans enrênement ?

Par Max Thirouin, cavalier international de CSO.


N°40 Février 2013
4 Commentaire(s)
Imprimer cet article
De nos jours, les enrênements semblent moins employés, et les cavaliers semblent avoir compris l’intérêt d’utiliser l’intelligence du cheval pour obtenir une position équilibrée plus naturelle. Il y a pourtant certains cas où il faut y recourir temporairement. Mais n’oublions jamais que le meilleur enrênement est celui dont on peut se passer le plus rapidement possible.

Je suis au pas avec plusieurs cavaliers sur le paddock du CSI 3 étoiles d’Hardelot. Nous discutons de divers sujets avec Nicolas Delmotte et Michel Robert lorsque celui-ci fait la remarque : aucun de nous ne travaille son cheval avec des rênes allemandes...

La martingale à anneaux
La martingale à anneaux, un enrênement qui peut devenir dangereux s’il est mal ajusté. © L.Bataille

Nous regardons autour de nous et seul un cavalier étranger travaillait son cheval avec cet enrênement. Le nez de son cheval étant exagérément placé bas et quasiment entre ses genoux…
Nous faisons tout les trois cette remarque : « Quelques années plus tôt, un seul cheval travaillait sans enrênement et tous les autres portaient des rênes allemandes, gogues, chambons, martingales fixes et tout type d’enrênement fixe ! La tendance s’est donc aujourd’hui inversée. Les cavaliers travaillent plus dans la légèreté. Je pense aussi qu’ils ont compris l’intérêt d’utiliser l’intelligence du cheval pour obtenir une position équilibrée plus naturelle !

Même si vous pensez pouvoir tout lâcher avant une chute, je vous garantis que tout va très vite et que le déséquilibre du cheval est tel que vous ne pouvez rien faire

Les cavaliers de haut niveau savent aujourd’hui que le meilleur enrênement et celui dont on peut se passer le plus rapidement possible.

Montrer la bonne direction

Martingale fixe, rênes allemandes, rênes Howlett, rênes sur les côtés, rênes sur les côtés croisées sous l’encolure, chambon, gogue fixe, gogue commandé avec rênes...
Ces enrênements que vous connaissez tous doivent être utilisés seulement pour montrer la bonne direction à prendre par le cheval pour retrouver un bon équilibre avec un cavalier sur son dos. Vous devez utiliser les enrênements un peu comme les deux petites roues que l’on positionne sur le vélo d’un enfant pour lui permettre de trouver rapidement et sans danger la bonne position pour faire du vélo.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

4 commentaire(s) »

gnourf :
Le 27/02/2013 à 09h25

J'aime bien votre approche de dire que les enrênements ne servent qu'à empêcher une sortie de cadre et doivent être "inexistants" tant que le cheval reste dans le cadre.
Finalement, c'est comme l'emploi des aides naturelles.

:
Le 28/02/2013 à 10h56

J'ai connu la chute due aux rênes allemandes ; effectuée sur le premier saut, un tout petit verticale (40 cm). Tout est allé très vite, réception en mode galipette pour la ponette et plongeon pour moi. Heureusement Onde est très souple est n'a rien eu de grave. Pour ma part j'ai eu le souffle coupé et très très peur pour ma ponette. cette chute restera gravée dans ma mémoire.

Le point positif de cet accident c'est que ca m'a fait prendre conscience du danger des rênes allemandes et que ca n'était pas THE solution (comme le préconisait mon enseignant de l'époque). J'en ai donc cherché d'autres et on a alors découvert la légèreté. C'est tellement plus agréable de monter dans la décontraction tout en "discutant" avec son poney transformé en félin!

Depuis je fait vraiment une fixette sur les enrênements. cet article me rassure puisque ces accessoires semblent moins ou mieux employés.

laetitia :
Le 28/02/2013 à 13h33

Merci de ce témoignage, qui montre que Max Thirouin a raison d'insister sur le risque de chute dûe aux rêne allemandes.

Cet article témoigne aussi, comme vous l'avez pertinemment résumé, du fait que les enrênements sont "moins ou mieux employés". Nous choisissons des intervenants de qualité, dont les conseils rejoignent ce que nous pensons être juste pour les chevaux et une saine équitation. Nous nous réjouissons que cet article ait correspondu à vos attentes.
Bien cordialement

Laetitia Bataille

sourisgrise :
Le 16/05/2014 à 18h09

Oui cet article est décidément très bien, je viens de le relire

Article publié le 26-02-2013

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés