Accueil » Editos

Ulrike Prunthaller a payé pour tous les autres

Laetitia Bataille

La cavalière de dressage Ulrike Prunthaller a été récemment mise à pied est condamnée à une forte amende pour mauvais traitements sur son cheval.
Son cas, hélas, n’est pas une exception. Il représente plutôt la face émergée de l’iceberg monstrueux qui fait l’objet d’une omerta –ou d’un déni ?- général.
Après avoir passé dans quelques écuries fort connues du monde du dressage, une jeune stagiaire arrivant dans les écuries de Pierre Beaupère lui a demandé si certaines méthodes qu’elle avait vu employer étaient « normales ». Un cheval enfermé dans le noir complet pendant une semaine afin qu’une fois sur la piste, confronté au grand jour, il ait les oreilles bien en avant... est-ce normal ? Des chevaux laissés une nuit entière au box avec un enrênement leur mettant le nez dans le poitrail, est-ce normal ? A quoi cela sert-il ? à punir ? à éduquer ? Un cavalier (fort connu) qui monte avec des batteries derrière la selle permettant d’utilise des éperons électriques... c’est normal ?

Le Colonel Carde, pour sa part, m’a rapporté l’histoire d’un entraîneur renommé qui se vantait d’avoir une méthode radicale pour soumettre définitivement et sans histoires les chevaux trop difficiles nouvellement arrivés dans ses écuries : le petit tour en van sur une route bien sinueuse. Ce qui permettait au cheval de rencontrer à chaque tournant les fils électriques placés tout autour de l’habitacle.

Du lavage de cerveau aux tortures physiques, les méthodes « d’entraînement » employées par certains dépassent l’imaginable.
Le cas d'Ulrike Prunthaller (et de son entraîneur Frederich Atschko, lui aussi condamné) n’est donc que la face émergée d’un immense iceberg. Plus facile, en effet de condamner une cavalière relativement peu connue que de s’attaquer à certaines vedettes du Top Ten de la discipline...

La Fédération Equestre Internationale s’est penchée sur le sort des chevaux de dressage. On se souvient des polémiques autour de la rollkur et, plus récemment, la mise en place de la blood rule. Oui, la Fédération a pris la question en compte : elle a rappelé que l’article 401 de son règlement de dressage stipule que l’entraînement du cheval doit conduire à en faire un « athlète heureux ».

Pourtant, l’inacceptable persiste. Alors, y a-t-il une forme de déni ? Une difficulté à faire face à la bassesse humaine ? Existe-t-il un manque de communication, les informations ne « remontant » pas jusqu’aux instances dirigeantes ?

Ulrike Prunthaller, en tous cas, a constitué une cible facile pour donner bonne conscience... au Tribunal d’Innsbrück, dont relève le cas de cette cavalière autrichienne.

Photo de couverture : © Ekaterina Druz.

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

7 commentaire(s) »

danne :
Le 09/03/2013 à 07h38

Bonjour à tous,

Il vient un temps ou il faut s’engager et militer pour la bonne cause !!
Merci à laetitia Bataille !

Isa Danne

brunokito :
Le 09/03/2013 à 12h44

Enfin est le premier mot qui vient a mon esprit.
Enfin les punitions tombent
Enfin les mentalites changent
Enfin les langues se delient
Enfin les autorites bougent.
Enfin le debut du changement

soso :
Le 22/03/2013 à 09h24

J'adore les chevaux!
mais je ne m'interresais pas au monde de la compétition. j'y suis plus attentive depuis peu, et je constate avec amertume que là où il y a des enjeux financiers...on retrouve des dérives et des traitements que je qualifie d'inadmissible sur des animaux qui ont à la base un si grand coeur, et se donnent déjà tellement pour nous contenter, nous cavalier!
il est temps que les langues se délient et que ces mauvais traitements cessent!

lipica :
Le 22/04/2013 à 21h51

Et bien moi, naïve, qui suis à mille lieues lieues d'imaginer qu'on puisse avoir un esprit aussi tordu pour torturer un cheval pour arriver à ses fins... Grrrrrrr ça m'écoeure!
Contente que des sanctions tombent en effet... ça fera peutêtre un peu réfléchir!
Pour ma part, une cavalière de mon écurie pratique le rollkur... d'abord, je trouve ça moche ensuite j'ai mal aux cervicales rien qu'à regarder ce cheval... ensuite, je ne me suis pas faite une amie lorsque j'ai critiqué ouvertement ce "magnifique placé" (qui n'en n'est pas un) devant lequel le tout un chacun tombe en pamoison...
Mais j'assume...

Cyndie [invité] :
Le 07/01/2014 à 08h27

C'est triste que des cavaliers utilisé comme modèle par des millions de gens, soient capable de telle horreur envers leur chevaux !
9 mois de suspension ? C'est si peu, le cheval a enduré tellement de chose que 9 mois c'est juste rien ! Un arrêt total avec interdiction de s'approcher d'un animal je trouverai ça plus cohérent
4000 euros d'amende? Autant ne pas lui en mettre! Elle a tout de même mal traité son cheval durant plus de 4 ans, le cheval mériterai d'appartenir a quelqu'un d'autre et surtout quelqu'un de responsable, aimant les chevaux !
C'est vraiment triste d'en arriver la, toujours faire plus pour gagner plus, être plus exigeant, la fédération Equestre y est pour quelque chose, les programmes sont de plus en plus dur, on demande toujours plus aux chevaux! Cela n'excuse pas le geste mais l'explique quand même !

Serge [invité] :
Le 13/05/2014 à 09h42

Tant que des gens monteront sur le dos d'un cheval pour briller dans la lumière, plutôt que pour y faire briller leur cheval...

estelle [invité] :
Le 09/10/2015 à 16h50

Je ne suis pas cavalière mais j'aime et je respecte les chevaux. Je découvre les horreurs pratiqués sur ces animaux innocents, qui ont une intelligence, une personnalité, une volonté propre et qui ont bien le droit d'en avoir une. La condamnation de cette tortionnaire est en effet la partie émergée de l'iceberg. On vient de décréter en France que l'animaux était un "être sensible". Mobilisons nous, soyons attentifs, le sadisme humain n'est jamais loin, toujours prêt à ressurgir, on ne le vaincra jamais alors il n'y a que la loi, la vigilance, l'application RÉELLE de la loi pour empêcher ces horreurs. Et bien entendu, il y a aussi l'éducation, à la base, à l'origine, et aussi l'amour de la nature que l'on apprend à un enfant. Dans quel monde de brute vivons nous encore ? Il y aura un jour une revanche de cette nature maltraitée par l'homme. Une revanche terrible, inéluctable. Il faut que les personnes de bonne volonté se mobilisent. Actuellement l'excellent et efficace association ONE VOICE dénonce les pratiques de dressage dans les centres de dressage pour chien. Une honte, animaux "cassés" sous prétexte d'obéissance, humiliés, ces techniques sont des ordures.

Article publié le 06-03-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire