Accueil » Reportages

La feira de Golega

Il faut avoir vu Golega. Indépendamment du côté “couleur locale” et du spectacle permanent qui se déroule dans les rues, la foire constitue une vitrine complète des traditions équestres du Portugal, et montre surtout une étonnante approche de l’équitation.

Découverte.
La feira de Golega
Les chevaux amenés le matin dans leur stalle doivent faire honneur à chaque élevage

Le spectacle est partout : dans la rue d’abord, où circulent sans arrêt chevaux montés et attelés, partant de leur écurie (chaque maison, à Golega, s’assortit d’une petit cour où s’alignent des boxes) pour rallier la place centrale du village, où se passent les choses sérieuses.
Le centre de la ville est en effet occupé par une vaste place, dont le centre lui-même constitue une immense carrière d’évolution pour les milliers de chevaux qui envahissent la ville durant les dix jours de la foire.
Autour de la carrière centrale, un anneau concentrique, vaste piste sablée : c’est la manga, où chacun est libre d’évoluer à sa guise et à toutes les allures, à cheval ou en attelage, sans inscription, autorisation, ni sélection. A Golega, on suit la coutume vieille de deux siècles : on amène son cheval pour le montrer, peut-être le vendre, et en tous cas s’amuser.
Jusque vers onze heures du matin, un calme relatif semble régner, et la fameuse manga est très peu remplie, à tel point que l’on peut sans problème longer un cheval sur la piste. Il n’en sera pas de même quelques heures plus tard : dès le début de l’après-midi, le rythme va s’accélérer : cavaliers et attelages vont arriver, s’engouffrer dans l’anneau et y tourner pendant plusieurs heures. Jusqu’à une heure avancée de la nuit, le rythme ne s’y ralentira pas.

«Une sorte de reprise géante où personne ne se soucie des distances, et où ne fuse pas le moindre coup de pied…»

La feira do cavalo…cette “foire du cheval” existe à Golega depuis le milieu dix-huitième siècle, époque à laquelle les paysans se retrouvaient dans ce petit village de l’Alentejo, région d’élevage du centre du Portugal, pour acheter et vendre des ânes, des mulets et quelques chevaux utilisés pour à garder les troupeaux de taureaux.
La foire a traditionnellement lieu début novembre -on l’appelle la foire de San Martinho, et c’est bien souvent un été de la Saint Martin qui répand sur la ville une délicieuse tiédeur d’arrière-saison.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 17-05-2009

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés