Accueil » Le monde du cheval

Portugal et traditions équestres

Ce mois-ci, Cheval Savoir vous emmène au Portugal, avec un reportage sur la célèbre foire de Golega, et une interview exclusive de Filipe Figueiredo (Graciosa) Ecuyer en Chef de l’Ecole Portugaise d’Art Equestre.

Pour en savoir plus, notre rubrique “Culture” se met elle aussi à l’heure portugaise.

Le harnachement traditionnel portugais

Parallèlement à l’emploi du harnachement classique dans tous les domaines touchant à l’équitation sportive, le harnachement traditionnel portugais reste très employé.

Portugal et traditions équestres
Le cheval du premier plan porte une selle "à la portugaise" au siège en daim nervuré. © L.Bataille

Les selles

En dehors des selles de sport, trois types de selles traditionnelles sont utilisées au Portugal.

La selle de travail

La selle de campino ("de paysan") était utilisée pour le travail du bétail. Elle est traditionnellement fabriquée avec un arçon en bois, et de la paille de seigle. Elle est toujours recouverte d'une peau de mouton qui augmente le confort et la solidité du cavalier. Elle est encore couramment employée.

La selle à la portugaise

Pour le dressage et la haute école, on utilise la selle a portuguesa, très proche de la selle dite "à la française" ! C’est en effet une selle à piquer, réplique quasi-exacte des selles utilisées pour l'équitation de manège au dix-huitième siècle, et employées à l’époque dans toutes les cours d'Europe.
Elle est issue de la selle a la gineta (déjà décrite par le roi Don Duarte dans son traité d'équitation datant de 1434) et de la selle médiévale, dite selle Bravante, qui possédait des battes extrêmement hautes. L'évolution de l'équitation de guerre fit évoluer la selle médiévale, qui fut allégée, présentant notamment des battes beaucoup moins hautes.
Dans la selle à piquer, le pommeau et le troussequin sont remplacés par des battes arrondies permettant de bien maintenir l'écuyer lors des sauts d'Ecole. Le siège est constitué d’une peau de chamois travaillée de nervures et orné de bordures cloutées. Le cloutage argenté est plus classique et plus sobre que le cloutage doré.
La selle comporte à l'arrière des petites courroies destinées à fixer le xairel (petit tapis croupelin) ainsi que deux autres courroies qui servent à fixer les étriers en position relevée lors du travail à pied.
La selle à piquer s'utilise toujours avec un collier de chasse et une croupière assurant son parfait maintien en place notamment lors de l'exécution des airs relevés.

La selle a Relvas

La selle dite a Relvas porte le nom du célèbre cavalier Carlos Relvas, qui en aurait été l'inventeur au dix-neuvième siècle. Cette selle réalise une sorte de synthèse entre la selle à piquer et la selle anglaise…Elle est faite en daim finement nervuré, et ne comporte pas de battes.
L’Ecole Portugaise d’Art Equestre utilise pour les spectacles des selles à piquer ; pour l'entraînement, les écuyers utilisent des selles a Relvas.

Portugal et traditions équestres
Détail d’une croupière de “demi-courtoisie”, ornée de macarons travaillés. © L.Bataille

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 17-05-2009

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés