Accueil » On en parle

Massacre des Brumbies : cela recommence !

Depuis le 23 mai, le gouvernement australien recommence à éliminer les troupeaux de chevaux sauvages du continent, les Brumbies. On se souvient des massacres par hélicoptère réalisés dans les années 80. L’histoire se renouvelle, une fois de plus...

Depuis deux semaines, le massacre des chevaux sauvages d’Australie a repris. Les Brumbies descendent des montures des premiers colons de l'île-continent. Destinés originellement au travail de ranch et à la cavalerie australienne, ils étaient relâchés dès que l'homme n'avait plus besoin de leurs services. Ils ont rapidement retrouvé la vie sauvage et... se sont reproduits dans de nombreuses régions de l'Australie.

L'abattage des Brumbies dans les années 1980 était particulièrement violent. Rien n'a changé, ces chevaux continuent d'être tués à l'aide d'hélicoptères (ou par raids au sol, avec des motos notamment). La viande collectée sur les chevaux abattus sert ensuite à fabriquer... de la pâtée pour chiens, quand les cadavres ne sont pas simplement abandonnés sur le sol, où ils déstabilisent les chaînes alimentaires et polluent les points d'eau. Cette situation indigne avait déjà suscité une vague d'émotion à l'époque.

Les bumbies
Les Brumbies vivent à l’état sauvage dans les vastes espaces d’Australie. Photo de Geoffrey Rhodes, licence C.C. 2.0

Cette fois encore, malgré la controverse que suscite ce problème et l'horreur que peut représenter un abattage aérien qui laisse de jeunes poulains orphelins (et entraîne des chutes et des fractures condamnant les chevaux survivants à une lente agonie), le gouvernement ne semble pas près d'abandonner cette terrible mesure. Elle concerne une dizaine de milliers de chevaux, en dépit de la résistance farouche des associations de protection. Les Brumbies sont considérés comme un témoignage vivant de l'histoire australienne, mais contrairement aux Mustangs américains, qui bénéficient du Wild Horse Protection Act depuis 1959, le gouvernement australien ne voit ses Brumbies que comme une nuisance. Curieuse forme de reconnaissance, alors qu'au sortir de la Première Guerre mondiale, ces chevaux faisaient la gloire de la cavalerie du pays

La nécessité de diminuer la population des Brumbies n'oblige pas à réaliser des chasses par hélicoptère, qui entraînent chez ces chevaux d'immenses souffrances

Ces chevaux importés jadis pour satisfaire les besoins humains sont désormais classifiés comme "invasifs" (des ânes et des chameaux sont eux aussi concernés). Ils "concurrencent" la faune locale pour l'accès à l'eau et à la nourriture. Enfin, la population de Brumbies serait, d'après les représentants du gouvernement australien, devenue si nombreuse que des centaines de chevaux meurent déjà de faim et de soif tout en détruisant durablement les terres. Même en admettant que ces informations soient exactes, la nécessité de diminuer la population des Brumbies n'oblige pas le gouvernement australien à mener ces chasses par hélicoptères, qui entraînent chez les chevaux sauvages d'immenses souffrances. Les vidéos collectées sur les sites de protection sont difficilement soutenables. 

Une consigne a été passée aux habitants de l'Outback du centre australien, pour éviter une vaste région au sud-ouest d'Alice Springs où les premiers chevaux ont d'ores et déjà été abattus. L'opération devrait être terminée pour mi-juin...

Une pétition

Il est possible de soutenir les défenseurs des Brumbies en signant la pétition (en anglais)
Informations complémentaires sur : http://www.savethebrumbies.org/

8 commentaire(s) »

dragonelly :
Le 05/06/2013 à 15h24

Il serait intéressant de comparer les populations des chevaux aux populations d'animaux (notamment bovins) élevés sur ces mêmes terres et qui concurrencent eux aussi la faune locale, sans parler de la pollution...
Les animaux libres gênent les hommes. Ces derniers ne supportent les animaux qu'esclaves...

Denise [invité] :
Le 10/06/2013 à 16h19

Pourquoi n'existe-t-il pas un endroit de rêve pour eux qui ont aidé l'humain de si près!!...Quel manque de reconnaissance envers ces braves bêtes oubliées dans l'histoire!!...

Véronique [invité] :
Le 13/06/2013 à 18h36

Profondément dégoutée par ces hommes indignes qui ne méritent pas leur statut d'homo-sapiens.
Ils mériteraient qu'on leur réserve le même sort.

Charlotte [invité] :
Le 01/07/2013 à 13h51

Ces hommes me répugnent. On dit qu'il faut tuer les races invasives car elles détruisent tout. La race la plus invasive et qui tue le monde, personne n'a cherché à l'exterminer. C'est l'homme, cette race. S'ils veulent qu'il y est moins de Brumbies, pourquoi ne capturent ils pas les entiers pour les castrer et ensuite les relâcher? ça leur laisserai la vie sauve et leur nombre serait réduit mais sans qu'ils souffrent. L'espèce invasive la plus abrutie est sans aucuns doutes l'Homme.

laet [invité] :
Le 03/08/2013 à 20h26

Les troupeaux sont importants et permettent de lutter contre la désertification très présente en Australie !

http://www.ted.com/talks/lang/fr/allan_savory_how_to_green_the_world_s_deserts_and_reverse_climate_change.html

Catheline [invité] :
Le 16/10/2015 à 13h46

Désolée, j'ai malencontreusement cliqué sur "signaler un abus " , c'est totalement involontaire. Il devrait y avoir confirmation avant que cela soit enregistré .

Catheline [invité] :
Le 16/10/2015 à 13h49

Dragonelly, je suis tout à fait d'accord avec vous. Qu'est-ce que quelques centaines de chevaux face aux dizaines ( si pas centaines ) de milliers de vaches - moutons des éleveurs ?

dragonelly :
Le 16/10/2015 à 21h27

Plus de 2 ans après, je ne m'attendais plus à avoir de réponses lol

Merci Catheline ;)

Les temps changent, nous sommes en train de remettre en question notre rapport aux animaux. Espérons qu'une relation plus éthique soit adoptée et ce, quelle que soit l'espèce :)

Article publié le 05-06-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire