Accueil » On en parle

Coupe des Nations Furusiyya/FEITM :
l’Allemagne n’ira pas en finale...

C’est lors du concours de Sait Gall, en Suisse, que l’équipe allemande a pris la décision de ne pas participer à cette étape, du fait des conditions climatiques désastreuses provoquées par les intempéries. Cette décision, prise dans un souci des préserver l’intégrité physique des chevaux, sera lourde de conséquences : l’Allemagne ne participera sans doute pas à la finale de la Coupe des Nations Furusiyya FEI/TM 2013...

Le terrain était détrempé, glissant, dangereux indéniablement. Certaines nations ont envisagé de ne pas prendre le départ ; aucune, finalement, n’a pris cette décision, évidemment lourde de conséquences puisque la non-participation à une étape en dehors d’un cas de force majeure implique que l’équipe ne puisse plus comptabiliser de points au cours des étapes suivantes, se fermant ainsi l’accès à la finale. C’est pourtant le choix qu'a fait l’équipe d’Allemagne. Qui assume.

Ludger Beerbaum
Ludger Beerbaum, vainqueur du Grand Prix du Saut Hermès 2013. L’Allemagne n’a plus rien à prouver...
© L.Bataille

Le chef d'Equipe Otto Becker explique cette décision, prise en commun avec ses cavaliers : « Nous avons fait le choix de nous retirer de la compétition dans un souci de protection de nos chevaux. Nous ne voulions prendre aucun risque étant donné l’état du terrain. Le règlement de la FEI stipule que seules des circonstances exceptionnelle permettent de déclarer forfait dans une étape de la Coupe des Nations. Avant le départ de l’épreuve, les représentants de la FEI n’ont pas estimé que ces conditions exceptionnelles étaient remplies. Nous savions donc avant de prendre notre décision que nous n’aurions pas de points dans les autres étapes auxquelles nous sommes censés participer, et qu’en conséquence, nous ne pourrions avoir accès à la Finale ».

L’Allemagne sera probablement rétrogradée en deuxième division l’an prochain

« Cela signifie aussi », ajoute Otto Becker, « que nous serons probablement rétrogradés en deuxième division l’an prochain, ce dont nous étions totalement conscients lorsque nous avons décidé de ne pas prendre le départ ».

Ludger Beerbaum, le cavalier pilier de l’équipe allemande, a lui aussi ratifié ce choix, et estime même que c’est « une honte que les autres nations n'aient pas porté plainte ».
« Le fait que la seconde manche ait été annulée prouve bien que notre décision était justifiée », explique le « Boss », « nous ne la regrettons pas et nous ferions la même chose si cette situation se représentait. La santé des chevaux a toujours été notre principale préoccupation ».

Un parcours modifié

Cette étape suisse de la Coupe des Nations s’est finalement courue sur un parcours modifié –la rivière et le triple ayant été supprimés et la hauteur maximale ramenée à 1,45 m – versant de l’eau au moulin des cavaliers allemands. C’est l’équipe anglaise qui gagne cette étape.

« La finale n’aura pas la même valeur si une grande nation comme l’Allemagne n’y participe pas » a encore fait remarquer Ludger Beerbaum.
Mais en matière d’équitation de CSO, l’Allemagne, qui aligne le plus grand nombre de cavaliers du plus haut niveau, n’a rien à prouver. Elle vient de prouver, en revanche, qu’en matière de protection du cheval, elle savait prendre ses responsabilités.

1 commentaire(s) »

Martine [invité] :
Le 08/06/2013 à 21h49

Je suis touchée que la santé des chevaux passent avant n'importe quelle médaille, bravo pour ce choix Ludger Berrbaum.

Article publié le 08-06-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire