Accueil » Interviews

Frédéric Pignon et Magali Delgado : « Nous cherchons à utiliser tous les sens dans notre relation au cheval »

Propos recueillis par Annette Rancurel.


N°44 Juin 2013
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
En parallèle à notre reportage consacré à leur enseignement dispensé au cours d’un stage dans les Yvelines, nous avons tenu à rencontrer pour vous Frédéric Pignon et Magali Delgado. Dans une interview croisée, ces deux artistes à la personnalité exceptionnelle ont accordé à Cheval Savoir une grande interview exclusive.

On ne présente pas Frédéric Pignon et Magali Delgado.
Artistes de renommée mondiale, cavaliers, dresseurs, enseignants, ils ont une approche du cheval toute de sensibilité qui subjugue tous ceux qui ont l’occasion de les voir à l’entraînement. Leurs chevaux « consentants », le calme et la douceur de leurs gestes... tout délivre un message de paix intérieure et d’absence totale de lutte.

Frédéric, artiste complet (il a fait l’Ecole des les Beaux Arts) qui peint et sculpte, trouve dans la création des spectacles et dans la relation même avec le cheval une autre manière d’exprimer sa sensibilité. Magali, d’ailleurs, voit dans un cheval bien travaillé une véritable sculpture mettant en valeur une musculature harmonieuse.

Frédéric et Magali
Frédéric et Magali : le travail avec les chevaux... dans la sérénité. © Svetlana Petrova

Magali, cavalière de formation classique, a su concilier l’équitation de dressage de sport (elle monte en compétition quand elle a le temps) et l’expression artistique, qui est à ses yeux essentielle dans toute forme d’équitation d’école, qu’il s’agisse de spectacle ou de sport, dans la recherche constante de la légèreté.

Frédéric et Magali aiment partager leur savoir. Ils dispensent leur enseignement à travers des stages organisés sur demande, et assurent également une formation professionnelle diplomante dans le cadre de la Cité du Cheval à Tarascon (voir notre article à ce sujet). Ils sont tous deux Conseillers techniques de Cheva Savoir.

Annette Rancurel, qui elle-même a beaucoup travaillé sur l’éducation du cheval et son confort (elle signe de nombreux articles techniques dans notre revue) les a rencontrés pour vous.
L.B.

Interview

Cheval Savoir : Frédéric, vous êtes incontestablement un surdoué de la communication avec le cheval ; êtes-vous « tombé dedans » très jeune ? Avez-vous appris tôt à monter à cheval ?

Frédéric Pignon : Oui et non ! Aussi loin que je me souvienne, des chevaux et de nombreux autres animaux faisaient partie de la famille. Mais je n’ai pris que très tardivement des cours d’équitation. Il se trouve que je montais à cheval, en fait sous les conseils de mon père mais souvent livré à moi-même ! C’était le souhait de mon père que je vive avec les animaux d’abord pour bien les connaître. Cela m’a sans doute permis de développer une certaine capacité d’écoute intuitive, qui de nos jours se perd.

Je recours maintenant même à mon odorat pour lire les chevaux ; chaque cheval a une odeur différente, mais aussi chaque état émotionnel

C.S. Effectivement la plupart des cavaliers sont loin d’avoir ce parcours atypique sans parler de votre détour par les Beaux Arts ! (Frédéric est aussi peintre et sculpteur, ndlr). Que pouvez-vous leur proposer comme recette pour mettre en place cette « écoute intuitive »?

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 14-06-2013

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés