Accueil » Le monde du cheval

Fraudes sur la retraite des chevaux : les réactions de la FNC et de la FNSEA

Par Amélie Tsaag Valren.


N°45 Juillet/Août 2013
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
L’existence de la « fraude à la retraite », ce scandale impliquant des maquignons qui revendent illégalement des chevaux de selle de réforme à l’abattoir en passant par la Belgique, est soupçonnée depuis bien longtemps par les propriétaires de chevaux âgés. Sa mise en lumière a entraîné des réactions instantanées des différentes instances de la filière, notamment la FNC, la FNSEA et le GHN.
Cheval Savoir a mené l’enquête et analysé ces réactions.

Le monde du cheval est vaste et comporte plusieurs organismes officiels concernant la filière « cheval » dans ses différents aspects : la FNC, la FNSEA, le GHN, l’AVEF ou encore Interbev équins.

Trait comtois
© L. Bataille

En France comme ailleurs, il paraît difficile de représenter équitablement l’ensemble des acteurs de la filière sans en léser certains. Cette difficulté, la FNC (Fédération Nationale du Cheval) la connaît bien, puisqu’elle rassemble en son sein aussi bien des éleveurs de trait lourd que des gérants de centres équestres.

Plutôt que de « perfuser » la filière viande et de « rassurer le consommateur », la FNC ne pourrait-elle pas soutenir la sélection des races de trait pour les loisirs ?

Pourtant, sa prise de position en faveur de la filière viande nous semble en décalage avec les préoccupations réelles des acteurs du monde équestre.

La fiabilité du système d’identification des équidés

Face aux cas de fraudes sur le suivi et la traçabilité des chevaux, la fiabilité du système d’identification par puçage électronique est parfois remise en cause. Pourtant, assure Juliette Leclaire, directrice de la FNC, « le système d’identification des équidés en France est parmi les plus fiables d’Europe ». Lorsqu’il y a fraude, elle se situe au niveau européen.

On se souvient que la fraude à la viande de février impliquait toute une chaîne partie de Roumanie. Ce nouveau scandale implique cette fois une falsification de papiers d’identification en Belgique. Rien qui remette en cause le système français, d’après la FNC.

Qu’en est-il de la création du fichier informatique répertoriant les équidés du sol européen, comme promis depuis des mois ? Le travail est en cours, assure Juliette Leclaire. Mais la FNC travaille aussi avec Interbev équins sur… la création d’un label « viande chevaline française » pour « rassurer le consommateur », comme écrit dans l’un de ses derniers communiqués. Rassurer le consommateur avant de prendre le problème des fraudes à sa source, voilà un étrange sens des priorités…

Le sujet délicat de la filière viande

Depuis la découverte de l’affaire de la « viande de cheval » en février dernier, la FNSEA et la FNC se sont ouvertement mobilisés en faveur de cette filière. Juliette Leclaire assure que cette implication résulte avant tout de l’actualité : « Nos membres sont des professionnels ou des amateurs, éleveurs de Traits lourds, éleveurs de chevaux de sport ou gérants de centres équestres. Seule la filière des courses reste peu représentée. Nous ne défendons pas plus la filière viande que les autres, mais il faut rétablir certaines vérités. Des médias ont parlé d’un nouveau scandale alimentaire d’ampleur européenne. De milliers de chevaux traités par médicaments qui se retrouveraient abattus illégalement. Pour le moment, nous ne disposons d’aucun chiffre officiel ».

Chevaux de trait
© L.Bataille

Une chose est sûre, cette fraude existe. Les cas réellement identifiés se limitent toutefois à une quinzaine. Le chiffre de 3000 chevaux concernés, avancé par le parquet de Marseille, demande des enquêtes complémentaires.

Une autre vérité que tient à rétablir la directrice de la FNC concerne l’image du cheval « impropre à la consommation humaine » qui finirait dans le circuit alimentaire. Elle renvoie immédiatement à un cheval « dopé » ou « piqué » pour le sport, ce qui en plus d’être faux, salit le travail de l’ensemble des acteurs de la filière cheval.
« Les éleveurs de Trait lourds, déjà en difficulté, ne sont pas concernés par cette affaire », conclut-elle.

… Quid des oubliés ?

La vision du cheval de trait par la FNSEA et la FNC semble se résumer à celle de l’élevage pour la viande : le retour des chevaux de trait dans les loisirs et en ville est un grand oublié. Ces initiatives rencontrent pourtant le succès grâce à une poignée d’éleveurs qui font naître des chevaux d’attelage plus légers et qui les éduquent – quand l’hippophagie est au contraire un nid à conflits permanent.

Ces éleveurs sont parfois victimes d’un système qui continue à privilégier le cheval lourd, les juges des concours de race attribuant trop souvent des prix et des agréments d’étalon aux chevaux les plus « gros ». Là-dessus, la FNC assure n’avoir aucun pouvoir de décision : « L’orientation de la sélection du cheval de trait est aux mains des associations d’éleveurs. Si une action peut être entreprise, c’est au niveau local ».

Plutôt que de « perfuser » la filière viande et de « rassurer le consommateur », la FNC ne pourrait-elle pas soutenir la sélection des races de trait pour les loisirs ?

Les acteurs du monde du cheval : divorce consommé ?

Nous avons déjà évoqué dans des précédents articles le décalage de plus en plus grands entre les différents acteurs du monde du cheval. Cette nouvelle affaire le souligne un peu plus. Certes, les propriétaires touchés par la fraude auraient pu se montrer « un peu plus prévoyants », notamment en ce qui concerne les coûts de retraite des équidés, et plus vigilants face aux maquignons et à leurs promesses de « retraite heureuse ». Mais ils sont avant tout des victimes, et en tant que victimes, ils mériteraient peut-être davantage d’écoute de la part d’institutions censées les représenter.

  • 1. FNC : Fédération Nationale du Cheval, branche de la FNSEA qui représente « les acteurs diversifiés dans le cheval ».
  • 2. FNSEA : Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles.
  • 3. GHN : Groupement Hippique National.
  • 4. AVEF : Association des Vétérinaires Equins de France.
  • 5. Interbev Equins : « Interprofession du bétail et des viandes », section de la FNSEA spécialisée dans la viande de cheval.
  • Lisez le journal sans restriction :

    Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
    (31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

    S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

    • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
    • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
    Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

    Ce que vous ne lirez pas ailleurs

    Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

    2 commentaire(s) »

    aec [invité] :
    Le 09/09/2013 à 21h00

    LUTTE CONTRE L'HIPPOPHAGIE

    NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS !

    Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à :
    AEC
    Résidence La Pléiade
    98, rue de Canteleu
    59000 LILLE

    Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier.

    Merci aussi de visiter les sites :

    http://vimeo.com/60651643

    http://aec89.site.voila.fr

    http://www.lapetition.be/en-ligne/parlons-enfin-des-quids-2589.html

    http://www.feracheval.com/petitions.php

    Rejoignez la groupe sur :

    http://www.facebook.com:80/group.php?gid=63542203218

    Faites passer le message à vos amis.

    Amitiés.

    AEC.

    >

    >

    >
    AEC.

    Philippe [invité] :
    Le 11/09/2013 à 11h14

    L'odeur de l'argent est décidément irresistible...

    Article publié le 08-09-2013

    Postez un commentaire !

    Prénom (requis)

    Email (requis)

    Votre commentaire