Accueil » Instruction

Dix conseils pour monter plus léger

Par Alain Ventre, BEES 2 et Expert fédéral.


N°46 Septembre 2013
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
La légèreté... tout le monde en parle – et ceux qui savent l’importance qu’elle a dans la bonne équitation en rêvent. Mais elle reste un domaine que l’on imagine inaccessible, réservé à quelques initiés presque du domaine de l’utopie. Pourtant, la légèreté devrait être « normale » dans toutes les disciplines équestres, pourvu que l’on décide une fois pour toutes de « pendre sa boussole et partir dans la bonne direction » comme le dit Alain Ventre, qui donne ici dix conseils de base...
Les plus techniques d’entre eux seront repris dans des articles détaillés...
  • 1) Ne vous laissez pas impressionner ou influencer par des « vérités » non fondées et autres croyances séduisantes (de gourous). Préférez user de votre libre-arbitre pour tout remettre en cause, de votre intuition et de votre bon sens dans la recherche du véritable savoir, acquis au cours de démonstrations.
L’équitation
L’équitation légère est-elle devenue si rare ? Chanfrein en deçà de la verticale, bouche ouverte et contractée en même temps. Et pour la petite histoire, étrier à l'envers ! © Kseniya Abramova - Fotolia.com
  • 2) Eloignez-vous des nombreux tristes sires auxquels un ego surdimensionné octroie le privilège de faire mal pour soumettre. Cherchez à assouplir le cheval au fur et à mesure, en le fléchissant dans le relâchement et le consentement. Donc, abstenez-vous de la coercition, de la force et si possible, de l’emploi des enrênements.
La légèreté peut exister aussi bien dans l’équilibre très assis sur les hanches que dans un équilibre plus horizontal
  • 3) Souvenez-vous que « Passer la commande et attendre la livraison », signifie ne pas exiger de l’autre mais avoir la patience d’être à l’écoute jusqu’à ce qu’il donne. Au début, contentez-vous de peu, félicitez et récompensez beaucoup.

  • 4) Apprenez à libérer les blocages ostéopathiques afin que le cheval emploie harmonieusement ses différentes courbures vertébrales, en combinant toujours le travail longitudinal et latéral.

  • 5) Pour passer les différents caps, il est bon de mettre un mors en caoutchouc souple profilé (enrobé de latex), et de soulager la bouche en reportant l’action de la main sur le chanfrein, pour éviter de lutter contre la mâchoire inférieure.

  • 6) Etirez latéralement le côté extérieur au pli en même temps que vous relâcherez le côté intérieur. Longitudinalement, aussi bien au cours des développements d’allure que du travail rassemblé, vous éduquerez le cheval avant-main grandie, en poussant sur son front pour mieux vous porter, et fléchi-relâché derrière.
Maître Oliveira
Deux photos du Maître Oliveira, montrant que la légèreté peut exister aussi bien dans l’équilibre très assis sur les hanches (piaffer, photo de gauche) que dans un équilibre plus horizontal (allongement au trot, photo de droite). Photos d’archives. © D.R.
  • 7) Pour le bon fonctionnement du cheval, au niveau de la mise en main couplez l’amplitude des foulées et le hors-bord plus ou moins importants, et ainsi vous conserverez une cadence régulière. Markus Ehning est l’un des grands cavaliers qui maîtrise parfaitement le changement d’amplitude et de posture qui y correspond. Ainsi (et c’est particulièrement visible dans les barrages) il passe d’une amplitude de foulée le bassin du cheval est déjà « rentré » préparant la transition vers une foulée courte, par exemple avant rééquilibrage ou un tournant, pour reprendre ensuite une foulée ample, dans une sorte de ballet à trois temps.

  • 8) Pour l’apprentissage du Rassembler, évitez le poids du corps et l’action frontale des rênes. Il n’est jamais inutile de vous initier au travail aux longues rênes et à pied à côté du cheval. Afin d’augmenter le rebond et la flexibilité, commencez par les allures avec un temps de projection (galop) puis de suspension (trot, passage, piaffer). Exercez-vous à dégager les épaules du cheval vers l’avant et à entourer les hanches pour inciter le cheval à refermer le compas arrière.

  • 9) Vous pourrez perfectionner la bonne connexion avec la bouche (cession de mâchoire) et les différents touchers de rênes en accord avec les aides, grâce au travail. Prévenez le cheval et laissez-le préparer sa posture en lui faisant un peu plus déglutir ou franchir le mors, selon que vous vous apprêtiez à lui demander davantage d’équilibre ou de propulsion

  • 10) Pensez toujours à préserver les qualités mentales et physiques du cheval –et même à les mettre en valeur.

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

divakella :
Le 27/09/2013 à 23h56

Quel bonheur que de lire de telles choses !

Article publié le 17-09-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire