Accueil » Editos

Les détenus

Laetitia Bataille

On parle beaucoup des prisons actuellement. Certains les jugent trop vides, d’autres trop pleines. Trop confortables ou pas assez. Certains pays, comme la Suède, remettent en question le principe même de la peine d’emprisonnement, qui sera peut-être un jour dépassée à mesure qu’évoluent la conscience humaine ou les formes de pensée.
En ce qui concerne les équidés, le mot détention est celui qui reste classiquement employé par tous les textes de loi...

Un détenteur d’équidés. Le droit de détention d’équidés.
L’équidé est sous les verrous. Derrière les barreaux... la plupart des boxes en sont d’ailleurs équipés. Pas question même de sortir la tête – ou alors tout juste à travers une grille en U destinée à limiter les effets du tic de l’ours, dont la cause, on le sait, réside précisément dans ce mode de vie anxiogène.

Remettre en question l’équitation en bloc, comme le suggèrent des esprits radicaux ? Mais pourquoi donc ? L’équitation n’est pas forcément, pas automatiquement, pas obligatoirement cruelle ! Certes, on ne devrait plus voir d’embouchures féroces manœuvrées par des mains sans pitié, reliées à des bras musclés... (« La main » terme équestre en vigueur, pourrait être souvent, hélas, remplacé par « le bras ». Jean d’Orgeix lui-même déplorait l’existence d’une « équitation de biceps ».)

Cheval Savoir se bat depuis sa création pour promouvoir les selles bien adaptées, qui ne torturent pas le dos du cheval, l’équitation raisonnée et légère.
Mais ce qui pèche aussi, c’est l’habitat du cheval. Sa détention dans une cellule où il peut tout juste se coucher (ce que, bien souvent, il n’ose faire de peur de se coincer en se relevant) est concentrationnaire.

Pourtant, sa petite prison, c’est son refuge, il n’a qu’une envie c’est d’y retourner après des heures de « meule ». Quelle vie est-ce donc que celà ?

Des efforts sont faits pour proposer des solutions d’habitat aussi adaptées que possible au bien-être du cheval, et qui lui permettent, sinon de courir, du moins de sortir librement se dégourdir les sabots. C’est le cas des boxes « avec courette » imaginés par des architectes canadiens, solution cautionnée par l’un de nos conseillers techniques, Frank Ödberg, professeur émérite à l’université de Gand en Belgique. Nous aurons l’occasion d’en reparler.

Entre l’animal de rente qui doit être... rentable, et l’animal de compagnie que certains voudraient voir partager (comme certains chevaux miniatures américains) le canapé du salon, au mépris de ses réels schémas éthologiques, il existe sûrement une voie : celle du bons sens. Alors que reprennent les cours dans tous les établissements équestres de France et de Navarre, formons simplement le vœu qu’il se fasse une prise de conscience. Ce serait déjà bien.

Photo de couverture : © Alexia Khruscheva – Fotolia.com

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

divakella :
Le 27/09/2013 à 23h44

Merci, merci pour ce texte tellement vrai, tellement plein de bon sens !! J'espère qu'un jour les gens ouvriront les yeux et se rendront compte qu'un cheval qui vit dehors est un cheval heureux, épanoui et que compétition ne rime pas avec incarcération !

bruno [invité] :
Le 28/09/2013 à 21h39

cheval : animal vivant avec ses congénères au milieu de grands espaces.

drory :
Le 19/10/2013 à 17h22

Merci. A quand un article sur les paddocks paradise ?

Article publié le 17-09-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire