Accueil » Shopping équestre

Un outil pour évaluer l’adéquation de la selle

De nombreux problèmes équestres proviennent de l’inconfort que procure au cheval une selle mal adaptée à sa morphologie. C’est un sujet que nous avons maintes fois abordé dans Cheval Savoir.
La récente mise sur le marché en France d’un outil d’évaluation des pressions exercées sur le dos du cheval nous a interpellés.

De nombreux problèmes équestres, affectant la pratique sportive mais aussi, et surtout, l’intégrité physique du cheval, peuvent être tout simplement dus à une selle mal adaptée. De la simple lésion de garrot qui révèle immédiatement la cause de sa survenue à des pathologies moins directes, nombreuses sont les conséquences d’un inconfort, voire d’une douleur générée par la selle.

Une selle mal adaptée peut en effet provoquer des douleurs cervicales, lombaires, un manque d’impulsion,
limitation de l’amplitude, rétivité, ruades (notamment à l’obstacle) rétivité, refus de la mise en main, refus du galop ou de l’incurvation à une main donnée. Pendant le travail, des signes révélateurs comme les oreilles couchées au galop ou la queue « en hélicoptère » sont également révélateurs de l’inconfort et de la souffrance.

Le Port Lewis Impression Pad
Le Port Lewis Impression Pad se place tout simplement sous la selle, et révèle ensuite les zones de sur-pression préjudiciables au cheval. © Equinologie

Sur le plan local, les poils blancs, plaies ou gonfles apparaissent, ainsi que des atrophies musculaire ou le fameux 
« dos froid »
générant une agitation au sanglage, et à terme, une hypersensibilité au pansage.

Un meilleur confort du cheval améliore les performances équestres

Annette Rancurel, Présidente de la Société Equinologie et collaboratrice de Cheval Savoir, a travaillé depuis de nombreuses années sur ce sujet de l’adéquation des selles. Elle nous a même donné, en rubrique « Savoir pratique Bricolage » le moyen de fabriquer nous-mêmes un pad permettant d’évaluer les zones où les pressions exercées sur le dos du cheval sont plus importantes. Ce pad artisanal conserve tout son intérêt pour un cavalier mais ne peut apporter de mesures aussi fines qu’un pad « professionnel ».

La société Equinologie propose aujourd’hui un outil novateur et fiable, le Port Lewis Impression Pad. Conçu et fabriqué au Canada et maintenant commercialisé en France, ce Pad se place entre la selle et le cheval.

Une sorte de moulage en trois dimensions

Le pad est constitué de deux poches de vinyle de forme ergonomique, remplies d’une pâte spéciale.
Après une séquence de travail monté aux trois allures, le pad fournit une sorte de moulage en trois dimensions dont l’analyse permet d’identifier facilement les zones de sur-pression.

La facilité d’utilisation de ce pad le rend accessible à tous, revendeurs de, enseignants ou cavaliers. Son prix peut sembler élevé, mais sera vite amorti si l’achat concerne un club ou un groupe de cavaliers qui peuvent investir en commun pour le bien de leurs chevaux, ou encore pour les professionnels de l’équitation qui montent beaucoup de chevaux et doivent avoir plusieurs selles.

Pad
Ici, le pad révèle que la selle employée est de bonne conception, mais pourrait être encore mieux adaptée à l’arrière. © Equinologie

« Les cavaliers prennent enfin conscience de l’importance de la bonne adéquation de leur selle à la morphologie du dos du cheval », explique Annette Rancurel. « Les outils d’imagerie électronique comme le tapis à capteurs de pression sont inégalables pour l’analyse en temps réel, mais la mise en œuvre de ces moyens coûteux exige une vraie expertise, alors qu’avec le Port Lewis Impression Pad, chacun peut réaliser ses propres mesures, aussi souvent que nécessaire ».

Equinologie a revisité à la lumière des récentes recherches les techniques d’adaptation de la selle, ou saddle fitting, et œuvre depuis son premier achat d’un Impression Pad en 2004 à les transmettre afin d’améliorer les performances équestres par un meilleur confort du cheval.

Port Lewis Impression Pad
Commercialisé en France par Equinologie
299 euros TTC
Renseignements : contact@equinologie.fr

Articles liés:

  • L’impact du poids du cavalier
  • Que penser des arçons interchangeables ?
  • Tapis, pads, amortisseurs
  • Lisez le journal sans restriction :

    Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
    (31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

    S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

    • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
    • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
    Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

    Ce que vous ne lirez pas ailleurs

    Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

    3 commentaire(s) »

    emilie :
    Le 07/10/2013 à 21h12

    Bonjour,
    pourquoi l'asymétrie éventuelle du cavalier n'influencerait-elle pas ces résultats ? C'est-à-dire que la selle soit correcte mais que le cavalier ne s'assoit pas de manière symétrique comme c'est mon cas, par exemple à cause d'une scoliose ou d'une simple dissymétrie de tonicité. Du coup, c'est le poids du cavalier mal réparti qui influencerait les mesures ou la répartition de la pâte. Et pourrait aussi à long terme déformer la selle... Qu'en pensez-vous ?

    annette :
    Le 18/10/2013 à 19h09

    Absolument Emilie.
    L'asymétrie fait partie de la vie et il ne faut pas s'en obséder, mais quand même il est de notre responsabilité de l'identifier et d'y travailler. Il y a de quoi en débattre longuement mais aussi des recherches à ce sujet et des propositions d'actions concrètes.
    Pour alimenter votre propos, par exemple oui une selle à panneaux laine peut s'asymétriser et entretenir un cercle vicieux, et oui une selle à panneaux mousse même relativement bien conçue et bien adaptée peut presque traverser la colonne vertébrale, le bord de la gouttière appuyant ou frottant sur la colonne et devenir source d'inconfort.
    Si on y ajoute la potentielle et statistiquement probable asymétrie du cheval , cela se complique mais le Lewis est l'un des outils de mesure des plus simples pour évaluer la résultante de nos efforts de correction.

    bernadette :
    Le 20/10/2013 à 12h42

    Bonjour,
    Merci pour cet article, très intéressant. Pour avoir essayé ce pad, je suis convaincue de son utilité, et il figure sur la liste de mes prochains achats.

    alexia [invité] :
    Le 25/05/2014 à 19h31

    Bonjour!
    Mr Roche ostéopathe en Savoie a fait l'acquisition de ce Pad et j'ai pu tester ma selle qui ne correspondait malheureusement pas à mon cheval... J'ai donc tout changé (même la marque) et je suis repartie sur une selle Prestige sur mesure pour le dos de mon compagnon ( la dame de la sellerie a pris les mesures du garrot et tous les 5 cm pour faire le moulage parfait)
    Or depuis que j'ai cette nouvelle selle je sens que le cheval bouge mieux cependant il fait systématiquement des gonfles, "boutons" au niveau de la colonne et toujours au même endroit... J'ai tout essayé: changer de tapis, bien sangler pour pas que la selle bouge dès le départ, anti slip en gel sur la peau...
    Le seul truc qui ne fait pas ça est un bon amortisseur (j'ai essayé celui du canada ogilvry que possède ma soeur)mais le plus surprenant est que j'ai fait revenir Mr Roche pour refaire un test PLIP et le résultat était super la selle ne faisait pas de surpressions juste une légère au niveau du trapèze gauche mais rien à signaler au niveau de la colonne et des dites gonfles!:/ à quoi cela pourrait donc être du?
    merci pour votre réponse!:)

    Article publié le 27-09-2013

    Postez un commentaire !

    Prénom (requis)

    Email (requis)

    Votre commentaire