Accueil » On en parle

Finale de la Coupe des Nations Furusiyya/FEI™ à Barcelone : la France championne !

Patrice Delaveau, Simon Delestre et Aymeric de Ponnat ont permis à la France de remporter dimanche la première et historique finale de la nouvelle Coupe des Nations Furusiyya/FEI™, devant le Brésil et l’Irlande.

Un lieu mythique – le Real Polo Club de Barcelone. Une épreuve de prestige, première finale de cette Coupe des Nations qui depuis cette année se nomme officiellement Coupe des Nations Furusiyya/FEI™ du fait d’un partenariat signé entre la fédération Equestre Internationale et le Saudi Equestrian Fund (lire notre article à ce sujet).

Dix huit nations sélectionnées au cours de 22 étapes à travers le Monde. Une très grande absente : l’équipe d’Allemagne, qui avait déclaré forfait lors du CHIO de Saint Gall, du fait des mauvais conditions de terrain, acceptant alors délibérément d’être exclus de cette finale faute de points. (Lire notre article)
L’Espagne, en tant que nation-hôte, avait accès de droit à cette finale.

L’équipe de France victorieuse
L’équipe de France victorieuse, autour de son sélectionneur invisible et modeste... De gauche à droite : Pénélope Leprévost, Aymeric de Ponnat, Philippe Guerdat sélectionneur national, Simon Delestre, Patrice Delaveau, Eugénie Angot. © FEI/Tomas Holcbecher

A l’issue de l’épreuve qualificative du premier jour, huit pays restent en lice, dont la France.
Patrice Delaveau avec Orient Express*HDC a été le seul cavalier sans faute ! Mais c’est le Brésil qui mène la danse à ce stade, avec les parcours sans faute de Rodrigo Pessoa (revenant en force avec la jument Cadjanine Z) et d’Alvaro de Miranda avec Rahmannshof’s Bogeno, Marlon Zanotelli (Clouwni), n’ayant qu’un point de pénalité. L’équipe brésilienne est donc en pôle position, malgré la mésaventure d’Eduardo Menezes qui voit se défaire la bride cheval Calavda, et se voit contraint de sauter en marche ! Un épisode qui n’est pas sans rappeler le courage de Simon Delestre lors des JO de Londres...

Les capitaines des équipes
Les capitaines des équipes posent devant la fabuleuse église de la Sagrada Familia, dont la construction ne sera totalement achevée qu’en 2026. © FEI/Tomas Holcbecher

Dimanche, c’est l’épreuve-verdict. Les choses commencent moyennement pour la France puisque Patrice Delaveau fait une faute et que Pénélope Leprévost abandonne pour ménager Nayana. Notons que Roger-Yves Bost, Champion d’Europe en titre, était forfait pour ce championnat, du fait d’un problème de sa jument Castle Forbes Myrtille Paulois.

Simon Delestre, avec Qlassic Bois Margot, fait lui aussi quatre points Aymeric de Ponnat avec Armitages donneront le premier sans faute de l’épreuve. Les cavaliers brésiliens semblent très près de la victoire. Il s’en faudra d’une barre que fera tomber « Doda » de Miranda pour que la France remporte cette victoire, devant son challenger le Brésil, et l’Irlande, qui remporte le bronze.

Philippe Guerdat sélectionneur national, se réjouit de cette victoire et tient à remercier les cavaliers qui n’étaient pas présents à Barcelone, « notamment à Kevin Staut et Roger-Yves Bost qui nous ont permis, durant toute la saison, de nous qualifier pour cette finale »

Toute la Rédaction de Cheval Savoir adresse ses chaleureuses félicitations à toute l'équipe.

Patrice Delaveau, de son côté, signe une autre victoire durant ce concours de Barcelone : avec Carinjo*HDC, il remporte le Grand Prix du CSI5*, devant Michael Whitaker (Elie van de Kolmen) et Elizabeth Madden (CortesC). Dans cette épreuve, Simon Delestre est également classé (septième) avec Ryan des Hayettes.

3 commentaire(s) »

Marie [invité] :
Le 01/10/2013 à 17h37

Trop forts

Théo [invité] :
Le 02/10/2013 à 11h38

Sans Pénélope le vendredi nous ne serions pas arrivé à la finale de dimanche donc c'est une victoire d'équipe, et pas seulement de Patrice, Aymeric et Simon ! Très dure pour elle ce début d'article, ça fait plaisir à lire !

laetitia :
Le 02/10/2013 à 23h14

Vous avez tout à fait raison, cette victoire est celle de toute l'équipe, et sans le parcours de Pénélope vendredi, nos cavaliers n'auraient pas eu accès à la finale. Pénélope Leptévost fait partie des cavaliers que nous aimons beaucoup (lisez son interview dans notre numéro de février 2011) et son abandon dans la finale est un témoignage de plus de son grand respect du cheval.
La rédaction

Article publié le 01-10-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire