Accueil » Interviews

Laura Maria Gruss :
« Je ne vois pas pourquoi mon âge serait une difficulté... »

Propos recueillis par Laure Vargas.


N°46 Septembre 2013
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Ce mois-ci la rédaction de Cheval Savoir s'est glissée dans les coulisses d'un des plus grands cirques français, le Cirque Arlette Gruss. Nous sommes allés à la rencontre d'une jeune fille d'à peine 13 ans, Laura Maria Gruss, héritière d'un don et d’un savoir-faire pour le dressage des chevaux.

La petite fille d'Arlette Gruss, Laura Maria Gruss, fille de Gilbert et Linda Gruss, est née le 17 Novembre 1999, à la même date, 79 ans après la naissance de sa « Nona » Arlette. C'est une artiste grandissante qui voue une passion au dressage équestre. Dans les traces de son oncle, Lucien Gruss, et de son père, Gilbert Gruss, Laura Maria a fait ses premiers spectacles très jeune et déjà à cette époque ses prestations étaient très professionnelles.

Laura Maria
Laura Maria, cabré remarquable ! © L.Vargas

Le spectacle présenté cette année par le Cirque Arlette Gruss, Symphonik, nous fait toujours autant rêver, c'est un monde imaginaire où l'on redevient un enfant l'espace d'une soirée.
Dans cette édition 2013, Laura Maria présente « Les chevaux dans le vent », une somptueuse valse équestre emplie de douceur et de légèreté. Du haut de ses 13 ans, elle fait face à 6 étalons Lusitaniens en restant souriante mais ferme avec ses chevaux.

Interview

Propos recueillis par Laure Vargas.

Laura Maria Gruss

Cheval Savoir : A quel âge avez-vous fait votre premier spectacle ?

Laura Maria Gruss : A huit ans, avec des shetlands.

C.S. C'est ce que vous rêviez de faire depuis que vous étiez toute petite ?

L.M.G. Oui !

C.S. Combien de spectacle avez-vous présenté ?

L.M.G. Je ne sais pas (rires)

C.S. Vous ne les comptez plus ?

L.M.G. Non, même dans une année on ne compte pas, il y a plusieurs représentations dans chaque destination, je fais toujours les chevaux.

C.S. Votre parcours, uniquement chez Gruss ?

L.M.G. Oui uniquement en famille.

C.S. Faut-il beaucoup d'autorité pour gérer autant d'étalons sur une même piste ?

L.M.G. Il faut de l'autorité oui, mais surtout de la patience quand on les dresse tout en ayant la voix juste.

C.S. C'est-à-dire ?

L.M.G. Quand un cheval fait quelque chose de pas bien il ne faut pas non plus « hurler », il faut avoir une voix ferme. Ensuite quand ils font les choses bien il faut bien les récompenser avec une gourmandise et on leur dit « bravo, c'est bien ! ».

C.S. On vous entend souvent sur la piste parler à vos chevaux, c'est un dressage uniquement à la voix ?

L.M.G. Oui, c'est surtout ça qui est important. Je leur parle en anglais et allemand pour les ordres, ce sont des mots souvent plus courts et, pour l'allemand, plus secs. Et je les félicite souvent en français, c'est plus doux.

Les chevaux font moins les malins avec Lucien qu’avec moi !

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »

hippo :
Le 07/10/2013 à 12h39

Pourquoi les chevaux de cirque ont-ils presque toujours ces enrênements fixes? Je les trouve tellement plus beau libres.

Article publié le 06-10-2013

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés