Accueil » On en parle

Myopathie atypique : une augmentation inquiétante ces derniers jours

Le Pr Frank Ödberg, Professeur émérite à l’Université de Gand (Belgique) et Conseiller technique de Cheval Savoir, nous a alertés via l'équipe de l'AMAG sur la situation préoccupante que représente actuellement une augmentation significative du nombre de cas de myopathie atypique, du fait de conditions saisonnières propices.

Le nombre de cas de myopathie atypique ne cesse d’augmenter ces derniers jours.
Cette maladie, inconnue en France il y a 10 ans, se développe chez des chevaux au pâturage.

Myopathie atypique
Une maladie qui se développe préférentiellement en automne, chez les chevaux au pâturage. © L.Bataille

A la date du 08 novembre 2013, 154 cas compatibles avec le diagnostic de myopathie atypique ont été communiqués à la Faculté de Médecine vétérinaire de Liège et au RESPE. Ces cas ont été recensés en Belgique (68 cas), en France (31 cas), en Grande Bretagne (8 cas), aux Pays-Bas (21 cas), Suisse (11 cas) République Tchèque (6 cas), Irlande (2 cas) et en Allemagne (7 cas).

En ce qui concerne la France, le nombre de cas continue d'augmenter, puisque le RESPE  (Réseau d'Epidémio-Surveillance en Pathologie Equine) nous informe aujourd'hui 18 novembre avoir recensé 70 suspicions de myopathie atypique dans notre pays : 3 cas dans les Ardennes (08), 2 cas dans le Calvados (14), 1 cas en Charente-Maritime (17), 1 cas en Côte d'Or (21), 5 cas dans l'Eure (27), 1 cas en Haute-Garonne (31), 2 cas dans le Loir-et-Cher (41), 1 cas dans la Loire (42), 12 cas en Haute-Loire (43), 1 cas en Loire-Atlantique (44), 1 cas dans le Maine-et-Loire (49), 1 cas dans la Manche (50), 1 cas dans la Marne (51), 2 cas en Mayenne (53), 1 cas en Meurthe-et-Moselle (54), 2 cas dans le Morbihan (56), 12 cas dans l'Oise (60), 3 cas dans l'Orne (61), 3 cas dans le Pas-de-Calais (62), 2 cas dans les Pyrénées-Atlantiques (64), 2 cas dans le Bas-Rhin (67), 5 cas en Seine-et-Marne (77), 1 cas dans les Vosges (88) et 5 cas dans le Val-d'Oise (95).

La toxine responsable de la myopathie atypique est présente dans les graines de certains érables

Les conditions climatiques saisonnières sont propices à l’émergence de cas de myopathie atypique. En effet, nous savons aujourd’hui que la toxine responsable de la myopathie atypique est présente dans les graines de certains érables dont l'Acer pseudoplatanus (érable sycomore).

Donc, il est primordial d'éviter que les chevaux les ingèrent. Avec le changement de température, les graines commencent à tomber et le risque d'intoxication est important. Dans la limite du possible, il faut limiter l'accès aux pâtures qui contiennent des érables. Attention, le vent disperse les graines : il est important de parcourir votre prairie pour vous assurer qu’elle n’en contient pas.

La feuille de l’érable sycomore
La feuille de l’érable sycomore (acer pseudoplatanus). Photo Wiki Commons

Pour avoir davantage d’informations (en français) sur l’action des graines de sycomore sur la myopathie atypique, vous pouvez lire la communication scientifique publiée par l’Université de Gand.

Transmettez le message !

Merci de transmettre ce message à vos connaissances via votre page Facebook. Invitez aussi vos contacts du milieu équestre à s’inscrire pour recevoir les messages d’alerte via le site officiel géré par des chercheurs de l’Université de Liège : http://www.myopathieatypique.com/

Si vous avez connaissance d’un cas de myopathie atypique, merci de le déclarer :

Si vous manquez de temps, vous pouvez faire une déclaration rapide via le lien (et compléter votre déclaration par la suite) : http://www.myopathieatypique.fr/declarer-un-cas/primo-declaration/

0 commentaire(s) »
Article publié le 18-11-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire