Accueil » Le monde du cheval

Le loup s’en prend aussi aux chevaux

Par Amélie Tsaag-Valren


N°48 Novembre 2013
13 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Presque exterminé au XXe siècle et désormais protégé, le loup regagne chaque année du terrain en France, depuis le sud-est. Cette cohabitation avec le prédateur que les contes nous ont appris à craindre n’est pas sans poser de problèmes aux éleveurs, comme en témoigne la récente attaque d’une meute sur un troupeau de chevaux en semi-liberté à Auron.

La tension autour du loup vient de monter d'un cran : mi-octobre dernier, Jacques Ruguccini, éleveur de Mérens, a vu son troupeau de 30 chevaux attaqué. Ses Mérens stationnent à Auron (Alpes-Maritimes), dans l'arrière-pays niçois, sur le domaine skiable hors saison. Depuis quelques années, il surprend les hurlements des loups dès la nuit tombée. La meute a fait une victime, un jeune Mérens en phase de dressage pour les loisirs, et a blessé un autre cheval : l’agent chargé du constat a confirmé l’attaque de plusieurs loups. Les prédateurs ont poussé l'équidé dans les filets de protection de la piste de ski, où il s'est empêtré, avant de le dévorer.

 Chevaux
© Jo-Fotolia.com

Le nombre de loups recensés sur le territoire français a augmenté - la croissance de leur population serait d'environ 19% sur l'année, pour environ 300 à 400 bêtes. Les controverses augmentent avec, et parmi les éleveurs - particulièrement d'ovins - le ras-le-bol est général. Jacques Ruguccini a perdu un poulain en juin, l’une de ses juments a été attaquée en 2011. Il a pourtant mis en place les mesures de protection préconisées : des clôtures électriques et des chiens Patous, qui n’ont pas suffit à les arrêter. Cette nouvelle perte met en péril la survie de son élevage. Il a investi du temps pour son Mérens, qui devait être vendu à une cavalière de loisir.

Les chevaux, même de race rustique et vivant en semi-liberté, ont souvent perdu leur instinct de survie face au loup qu’ils ne côtoyaient plus depuis des décennies

Il est bien connu que le loup peut s’en prendre aux poulains et aux poneys. La mort d’un cheval adulte représente un fait relativement rare. Un fait effrayant, lié à l’accroissement du nombre de meutes et au terrain qu’elles regagnent chaque année. Les chevaux, même les races rustiques qui vivent en semi-liberté, ont souvent perdu leur instinct de survie face au loup qu’ils ne côtoient plus depuis des décennies. De plus, la présence de chiens dans l’entourage des cavaliers peut conribuer à leur faire perdre leur méfiance naturelle.

Les meutes se montrent, d'après plusieurs témoignages concordants, de plus en plus hardies. Elles opèrent même en plein jour et ne craignent plus de s'en prendre aux chiens Patous, pourtant sélectionnés pour protéger les troupeaux. Plusieurs attaques sur des troupeaux entourés de clôtures électriques sont également recensées.

Loup
Photo de Gunnar Ries, Wikimedia Commons, licence C.C by SA 3.0

Le loup est une espèce protégée. Un certain nombre de « prélèvements » est autorisé (en suscitant la controverse). Si le risque de croiser une meute lors d’une randonnée en forêt reste faible voire inexistant, une sérieuse réflexion concernant ce prédateur a été menée entre éleveurs et protecteurs de la faune sauvage, sans véritable résultat… chaque partie campe sur ses positions. En attendant, la tension monte et si d'autres chevaux finissent dévorés, les éleveurs pourraient bien se radicaliser.

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

13 commentaire(s) »

Robert [invité] :
Le 22/11/2013 à 10h04

Il y a eu également une jument pur sang arabe d'endurance et son poulain en Lozère, sur le Causse Méjean.
Des ânes à Esparron (05) et à Sisteron (04) (que certains intègrent au troupeau pour donner l'alerte et le défendre).
D'autres chevaux aussi (rarement répertoriés car non remboursés chez le particulier).
Et tous les poneys qui ont déjà fait les frais y compris chez moi, en zone résidentielle à 30 km de la mer.
Les filets électriques et les patous ne suffisent pas et récemment en Italie les loups ont franchi une clôture de 2m plus barbelé.

yeti05 [invité] :
Le 23/11/2013 à 17h25

Votre Journal, remarquable par ailleurs,n'ose pas publer de photos de chevaux prédatés, pour celà vous pouvez vous rendre sur ce blog:

http://federationdesacteursruraux.blogspot.fr/2013/11/le-loup-sen-prend-aussi-aux-chevaux.html

Des ânes aussi comme l'écrivait justement Robert, aussi à Larche 04, La Batie Monsaléon, ou même des vaches, des veaux, des chien, même ceux censés protéger les troupeaux etc ...

ouragan [invité] :
Le 24/11/2013 à 19h11

sur cheval mag, ils ont osé mettre la photo de Grisette:
http://www.chevalmag.com/chevalmag/Actualites/Divers/Une-ponette-victime-des-loups
en espagne voici une sélection d'articles avec photos les plus nette
http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/Loups/Europe/Espagne/Cantabriques/Galice/Attaques-loups-chevaux-Galice.pdf

en Russie, 313 chevaux et + de 16000 rennes

Dans les écoles on montre à nos enfants des photos de louveteaux qui tètent leur mères. Magnifique photos qui sont destinés a promouvoir l'image du loup , toujours accompagnés d'un discours qui occulte les problèmes liés aux prédations sur les animaux domestiques, qui cache les aspect négatifs de la vie sociale et biologique du loup! dans les recommandations pour la connaissance du loup a l'école, il est bien précisé "les enfants sont malléable". Une idée très personnelle, mais au combien dangereuse (l'histoire nous l'a appris) de l'enseignement qui doit être promulgué aux jeunes élèves à des fins idéologiques qui ne tiennent pas compte de la réalité!
http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/06/le-loup-un-animal-merveilleux.html

ouragan [invité] :
Le 25/11/2013 à 17h53

Robert,
si vous détenez des infos sur ces attaques d'équins, vous pouvez me les communiquez par l’intermédiaire d'un commentaire sur :
http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr

Laetitia [invité] :
Le 29/11/2013 à 15h29

Chers lecteurs

Le choix de ne pas montrer de photos "sanglantes" est délibéré. Nous pensons que l'important est l'émotion suscitée : ne pensez-vous que la photo du poney serein dans sa montagne, qui court le risque d'être prédaté, est aussi évocatrice qu'une photo à sensation ? C'est en tous cas l'option que nous choisissons dans tous nos articles de protection animale, sur l'hippophagie notamment.

Bien cordialement

Laetitia Bataille
Rédactrice en Chef

Deb [invité] :
Le 01/12/2013 à 02h30

(Des soucis avec mon compte donc je reposte ici en invité)

Bonsoir,

Je me permet d'y mettre mon grain de sel. Au vu des commentaires, je ne vais peut être pas me faire des amis en tapant ces lignes.

En fait, j'ai la nette impression que l'on parle beaucoup du loup parce que cela fait vendre du papier. Mais les journaux écrivent peu sur les autres causes de mortalité (toutes bêtes confondues : chevaux brebis, vaches) beaucoup plus courantes : maladie, chute dans les ravins, parasitisme, attaques de chiens errants.

Ne pas oublier que certaine attaques de grands prédateurs sur des chevaux ont finalement été écarté après enquête (l’indemnisation étant tout de même intervenue en application « large » du principe du bénéfice du doute).

Le cas des merens du haras Picard du Sant attaqués par un ours >> http://www.buvettedesalpages.be/2012/03/randonner-a-cheval-au-loup-a-l-ours.html

Ne crions donc pas trop rapidement au loup.

Je ne suis ni une pro-loup, ni une anti-loup. Je considère ce prédateur faisant parti d'un biotope. Il participe au bon fonctionnement de la chaine alimentaire en éliminant les sujets les plus faibles.

Et si les tirs doivent de nouveau être au menu, et quitte à être impartiale, je préconise aussi les tirs sur les chiens porté sur la viande fraiche, ces chiens dont les propriétaires les laissent divaguer on ne sais où, au risque qu'ils aillent se tailler un steak sur des chevaux ou des brebis.

Un chien qui a pris goût à la chasse recommencera tôt ou tard, si l'occasion se présente à lui de nouveau. Il doit être donc éliminé, à défaut de ne pas pouvoir être géré correctement par son maitre.

Je recommande sinon le lien d'une association FERUS (www.ferus.fr), qui œuvre au niveau nationale pour la préservation du loup, de l'ours et du lynx, et qui fait un travail remarquable sur le terrain afin de mieux connaître ces grand prédateurs. Cette association collabore avec des éleveurs via le programme PastoralLoup.

Pour conclure, saison de chasse oblige, j'aurais plutôt tendance à me méfier du gaillard imprudent à la gâchette facile et prenant le troupeau de chevaux pour une horde de cerf, qu'une hypothétique attaque de loup.

Amicalement

:
Le 06/12/2013 à 09h30

Je suis complètement d'accord avec Deb.
Je suis d'ailleurs surprise que Cheval Savoir n'ait pas publié un article un peu plus "scientifique" sur cette histoire de loup. En France, le loup fait peur. Depuis qu'on est enfant, on nous raconte des histoires du grand méchant loup... En Italie et en Espagne, il y a bien plus de loup qu'en France et il n'y a pas autant de "problèmes".
Ce qu'il faut se demander, c'est pourquoi les loups chassent les animaux domestiques et ensuite régler la cause.
M'est avis que si nous n'avions pas envahit la plupart des espaces sauvages avec nos vaches, moutons, chevaux, etc. et que si les chasseurs ne faisaient pas autant de dégâts dans les forêts, les loups mangeraient davantage de lapins et autres herbivores sauvages...
Rappelons-nous que les loups étaient là bien avant nous. Nous leur avons volé leur territoire. Une habitude humaine cela dit. Il n'y a qu'à étudier l'histoire de la colonisation de l'Amérique pour s'en convaincre : Indigène ou loup, même combat :(
Bref, même s'il est évidemment triste que des chevaux soient tués par des loups, il me parait important d’identifier les vrais responsables (politiques, chasseurs, éleveurs, etc.) afin de trouver des solutions éthiques (non, massacrer les individus qui nous "gênent" n'est pas éthique).
Lire à ce sujet : http://loup.fne.asso.fr/fr/sur-les-traces-des-predateurs/loup/argumentaire.html

Ouragan : à l'école on enseigne aux enfants que les chasseurs sont des protecteurs de la nature (http://www.lpo.fr/actualit%C3%A9/la-lpo-dit-non-aux-chasseurs-dans-les-%C3%A9coles), que Total est une entreprise d'énergie renouvelable et que le nucléaire ne crée pas de déchets (http://www.cynopsis.ch/articles/le-loup-au-naturel.html).
De plus tes connaissances sur les loups ont besoin d'une grosse mise à jour. Les sources que tu postes ne sont absolument pas fiables, c'est de la désinformation pure, n'importe qui peut créer un blog et raconter ce qu'il veut, hein ^^
Des vraies informations scientifiques ici : http://www.cynopsis.ch/articles/le-loup-au-naturel.html
Un passage intéressant : "en treize étés passés au milieu des loups sauvages D. Mesh n’a pu observer aucun combat de dominance"

dragonelly :
Le 06/12/2013 à 09h36

Dommage qu'on ne puisse pas éditer ses messages :(

Une erreur s'est glissée dans mon message précédent, un lien était mauvais :

(...) que Total est une entreprise d'énergie renouvelable et que le nucléaire ne crée pas de déchets (http://www.rue89.com/2013/07/11/total-depense-millions-entrer-les-cartables-enfants-244117).

Le lien est rectifié :)

valren :
Le 07/12/2013 à 12h07

Bonjour,

A la base c'est un article d'actualité autour de la prédation d'un troupeau de Mérens, pas une enquête concernant le loup en France "de manière générale". J'ai demandé un interlocuteur à l'association FERUS, mais personne n'a répondu. Auquel cas l'article aurait exposé d'autres points de vue.

dragonelly :
Le 08/12/2013 à 19h07

Bonsoir Amélie,

Je vous remercie pour ces éclaircissements. Il est effectivement dommage que l'association FERUS n'ait pas répondu à votre demande.
Je pense les contacter de mon côté pour essayer d'obtenir une explication à ce silence...

debpictures :
Le 11/12/2013 à 10h25

Valren : j'ai envoyé un message privé à un des membres. ;)

Louis [invité] :
Le 23/10/2014 à 01h44

En un an, Ferus ou un de ses membres n'ont pas répondu ?
Ils n'ont peut-être rien à dire face à la réalité ?

didier [invité] :
Le 28/07/2017 à 12h02

Ferus essaye de nier la problématique du loup et ne propose hélas que des solutions dépassées qui ne règlent pas les problèmes

Article publié le 19-11-2013

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire