Accueil » Races Equines

Le Franches-Montagnes : objectif loisirs atteint

Par Amélie Tsaag Valren


N°48 Novembre 2013
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Parmi les chevaux de loisirs, le Franches-Montagnes fait figure d’exemple à suivre. Cheval de traction agricole ou cheval militaire au gré des demandes, il est reconverti dès les années 1970. Une réussite totale, ou presque, qui permet à cette race nationale suisse de partir à la conquête du monde. Les tests comportementaux mis en place par le Haras national d’Avenches en 2001 sont parmi les plus sélectifs. Cheval Savoir a mené l’enquête… jusque chez les Helvètes.

Doucement mais sûrement, le Franches-Montagnes grignote du terrain en séduisant meneurs et cavaliers de loisir. Ce « petit Suisse » – il a conquis en premier lieu la Franche-Comté depuis son pays natal – n’avait à priori aucune raison de gagner la France, où co-existent déjà neuf races de trait et de multiples chevaux de selle.

Le Franches-Montagnes modèle d'attelage
Natif des Aiges, un modèle d’attelage. La tête et l’encolure sont plus lourdes que chez les chevaux de selle. Photo de Ludovic Péron, licence C.C by SA 3.0

S’il a subi une courte « sélection boucherie » au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, cette orientation a vite été abandonnée au profit de celle des loisirs. Sa sélection rigoureuse sur le modèle, le caractère et les aptitudes constituent désormais un atout précieux, notamment en attelage de loisir et de tradition.

Le Franches-Montagnes est recherché en France, où la combinaison d’une sélection sur le caractère et d’une formation à l’attelage reste trop rare

Un cheval difficile à classer

Plus qu’aucun autre cheval, c'est l’enfant de ses éleveurs, qui l’ont adapté en fonction du marché. Sa naissance ne remonte pas au-delà des années 1850.

Loin du « cheval de terroir » allégé et remis au goût du jour (comme peuvent l’être le Haflinger, le Mérens ou le Fjord), le Franches-Montagnes est un demi-sang qui porte dans ses fibres des influences variées : Pur-Sang, Anglo-normand, Hanovrien, Oldenbourg, Comtois… et plus récemment, demi-sang suédois et demi-sang suisse. Il est d’ailleurs difficile à « classer » : ni tout à fait cheval de selle, ni encore cheval de trait.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 21-11-2013

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés