Accueil » Vos Questions, leurs réponses

Attacher un cheval attelé ?

Réponse de Patrick Rebulard, meneur international d’attelages à quatre.


N°49 Déc/Janv. 2014
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Je fais souvent de longues sorties en attelage. Lors d’une halte, je trouve très contraignant de devoir dételer mon cheval pour l’attacher. Est-il envisageable de l’attacher avec sa voiture ? Je précise que mon cheval est sage et bien dressé. Question de M. Jean-Luc C., Perpignan

Attacher un cheval sans le dételer est extrêmement dangereux si on ne prend pas certaines précautions incontournables.

Certes, il est évident que les chevaux d’autrefois, utilisés par exemple pour les livraisons ou les trajets de village à village, étaient souvent attachés avec leur voiture. Mais le contexte aujourd’hui n’est plus le même : les chevaux de sport ou de loisir ne sont pas aussi routinés – ni aussi fatigués – et l’environnement actuel fournit davantage d’occasions de s’effrayer (bruit soudain, avion...) De toute façon, les accidents à l’époque étaient fréquents...

Chevaux d'attelage
Ces chevaux de fiacre sont sages et connaissent leur métier. Mais ce mode d’attache à un parapet en tubulure légère serait absolument à proscrire pour un attelage d’amateur ! © HappyAlex - Fotolia.com

Restons donc dans une démarche classique : un cheval attelé ne doit pas être attaché : s’il tire au renard, s’il s’effraye ou tout simplement s’il se débride ou se dé-licole, il peut partir... avec la voiture, ce qui représente un énorme danger pour lui et pour les autres usagers des routes et chemins. A moins que vous ne restiez en permanence à sa tête pour le surveiller... ce qui rend alors inutile le fait de l’attacher !

Chez soi, il faut installer une aire pour atteler en sécurité, où l’on pourra ancrer la voiture

Nous vous conseillons donc, si vous souhaitez pouvoir vous détendre pendant une pause, de dételer le cheval (sans le dégarnir) et de l’attacher sans la voiture. C’est contraignant.
Mais il y a une autre solution, facile et sûre...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

:
Le 26/12/2013 à 15h11

Merci à Patrick Rebulard d'accentuer la sécurité , le risque d'improvisation. Eh oui , nous ne sommes plus au 19ème siècle. Les chevaux ont fort à faire avec leur environnement. Pour ma part j'attèle deux mérens depuis une quinzaine d'années , même avec un bon maître d'école que je viens hélas de perdre il faut beaucoup anticiper sur les réactions de nos concitoyens. Une péripétie rencontrée lors d'une sortie à 4 , croisement avec un chargeur de chantier sur une petite route.Le chauffeur devait rester stable mais c'était sans compter sur son impatiente, en passant près de mon maître d'école, le souffle chaud l'a inquiété et nous sommes passés en contre bas du chemin entre le poteau EDF et son auban, juste le temps d'aller à la tête des chevaux, à ce moment groom , naturellement je me félicite sans prétention d'avoir eu le bon réflexe.Ma voiture ("Pouvreau") mes harnais de bonne solidité nous ont épargné la cata ..quand aux chevaux bien dressés à la voix ,aux longues rênes, juste vu volé le compte tour.Quant à attacher les chevaux je reste sceptique , bon nombre de déboires s'observe lors de prestations de Père Noël ,en public le risque est multiplié par les réactions "parasites " des novices , leur joie. Je reste aux guides , ne surveillant que les oreilles de mes chevaux .J'utilise les mousquetons de sécurité On peut s'apercevoir que bon nombre oublie que le cheval est un être imprévisible .Je repars avec deux 2 jeunes mérens , j'ai refusé un Père Noël car ils n'ont pas assez de métier, c'est comme la montagne il faut savoir renoncer pour être mieux satisfait.
Lorsque j'attèle je dois dire que j'appréhende toujours tant que les chevaux ne sont pas complètement attelés.Rien n'est acquis. Je m'entoure de précautions que M CAZIER CHARPENTIER m'a enseigné ainsi que M BOXBERGER lors de stage - évite lorsque les voisins s'agitent - choisi des créneaux tranquille surtout pour un bon apprentissage des règles.Attacher la voiture est certes surement sécurisant mais demande un environnement adapté sans doute - Le cheval est souvent très content de partir se détendre sur les chemins c'est un vrai régal de se sentir en sécurité après le fruit de travail antérieur bien orchestré on peut dire rigueur quasiment militaire.Combien de meneurs attachent leurs voitures?. Lors de nos sorties avec M Cazier Charpentier, et Cholet en Isère , les attelages étaient dételés et les chevaux dégarnis après 25Kms un petit repas , une pause et l'après-midi retour . Pas rare de voir des débutants abandonnés à cause d'un évènement public marqué par la faute d'un meneur pas assez formé .M Patrick Rebulard a bien fait de nous brieffer voilà une lacune bien ciblée.L'attelage doit rester un art où les petits "bricolages" d'improvisation ne sont pas de mise.Mener est un art.Ce qui n'empêche à personne de le pratiquer il est nullement dangereux s'il est conduit sous couvert des bonnes règles du savoir.Ce lecteur a bien fait de poser la bonne question.

sourisgrise :
Le 09/01/2014 à 14h42

fallait y penser

Article publié le 21-12-2013

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés