Accueil » Interviews

Claude Cesario : « A partir du moment où le cheval accepte le dialogue, c’est émouvant, j’ai souvent les yeux humides »

Claude Cesario fait partie de ceux qui pratiquent et défendent l’art équestre classique, et pour qui l’importance de la légèreté est plus qu’un choix : une évidence. Nous avons souhaité rencontrer ce défenseur de l’art équestre, qui, avec une grande simplicité, nous parle du bonheur que donne la complicité avec un cheval.

Claude Cesario, qui dirige les Ecuries du Mézair, se consacre à l’enseignement de la belle équitation de tradition, et n’hésite pas à se déplacer pour ses élèves à travers la France et la Belgique. Dans ses écurie près de Nîmes, il répond à nos questions avec avec une grande simplicité où perce une grande culture équestre.

Interview 
Propos recueillis par Sébastien Pesquerel*

Cheval Savoir : Les Ecuries du Mézair... c’est déjà tout un programme... en tout cas un message très clair : c’est d’équitation classique qu’il s’agit.
Qu’est ce qui vous a poussé vers ce type d’équitation ? Et quel a été votre cheminement ?

Claude Cesario : J'avais 7 ans quand j'ai rencontré un vieux monsieur qui m'a appris les bonnes bases. On nous apportait des entiers difficiles et on devait les rééduquer. On avait pour habitude de débourrer et dresser nos chevaux.
A cet âge-là, je montais des petits chevaux barbes, qui revenaient d’Algérie... Ils étaient tous entiers, pas commodes, mais je dois dire que je devais avoir un certain « feeling» et une bonne dose d’inconscience ; cela se passait très bien !

Claude Cesario
Claude Cesario : une personnalité vouée à l'enseignement de l'art équestre. © Ishann Photography

C.S. Avez-vous eu d’autres maîtres ? Ou bien êtres vous très autodidacte ?

C.C. J’ai aussi eu la chance de travailler avec des anciens écuyers de Saumur et même d’intégrer leur écurie pendant mes vacances. Nous travaillions des chevaux de races différentes et dans les trois disciplines avec toujours une préférence pour l’éducation et la gymnastique. Je lis beaucoup de vieux livres que les Maîtres de l’équitation on laissés derrière eux.

Si je n'arrive pas à faire un exercice c'est que je n'ai pas su me faire comprendre. Donc c’est à moi à trouver la solution

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

vivou :
Le 11/02/2014 à 07h07

Voilà un beau respect du cheval.
Ce que je vois assez souvent ne me convient pas.
Je vais afficher certaines de vos phrases dans l'écurie.
Merci.
Viviane

laetitia :
Le 11/02/2014 à 23h02

Merci Viviane ! En affichant les phrases qui vous ont plu, n'oubliez pas de citer Cheval Savoir...et Claude !

La Rédaction

Article publié le 05-02-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés