Accueil » Savoir Pratique Attelage

La fiabilité du matériel : point clef de la sécurité en randonnée

Un cheval parfaitement mis, un meneur ayant reçu une solide formation dispensée par un enseignant qualifié…ce sont des conditions premières de la sécurité ; mais cette dernière passe aussi par une parfaite fiabilité du matériel.

Une idée reçue, mais fausse, fait de l'attelage une pratique équestre peu contraignante, à la portée de tous. La promotion faite autour de la discipline parle d'une pratique de loisir qui permet de goûter aux joies de la nature en famille ou entre amis. On trouve du matériel à tous les prix, à la portée de toutes les bourses, mais dans certains cas, même avec du neuf, la sécurité n'est pas toujours garantie !
Les soudures des voitures mal conçues cèdent après une dizaine d'utilisations, se pliant en deux à la jonction brancards-caisse, ou encore perdant carrément le siège sur lequel sont assis le meneur et son coéquipier. Les voitures très légères, en tube, ne tiennent pas la route très longtemps, et peuvent se rompre brutalement sans que l'on puisse le prévoir.

matériel d'attelage fiable
Une voiture de marathon, même très basique, peut parfaitement être utilisée en randonnée si elle est de conception solide. On voit ici l'agencement très pensé d'un paquetage consistant sur une simple "deux roues", laissant deux places pour le meneur et son coéquipier, et une place "debout" en cas de nécessité. © L.Bataille

Le cuir des traits, quand il est de mauvaise qualité, casse comme de la laine au bout de quelques tractions, même avec un entretien soigné. Tout cela arrive bien sûr pendant que l'on mène, sous l'effet des forces importantes mises en jeu par la traction, et surtout en randonnée où les chemins sont quelque peu inégaux. Un tel incident surprenant l'équidé autant que le meneur, avec les conséquences que l'on peut facilement imaginer : peur, écarts, affolement, panique pouvant mener à l'accident grave.

En randonnée comme à la maison, c'est le meneur qui est responsable de l'ensemble de l'équipage : cheval, harnais, voiture. Il sait que des harnais mal rangés (laissés à terre) jamais lavés ni graissés, se déforment et se fragilisent, surtout s'ils ne servent pas régulièrement. Il n'est donc pas question de partir en randonnée avec du matériel, remis sommairement au point pour la circonstance. L'état général d'une voiture mal remisée se détériore, quand les brancards ne sont pas tout simplement déformés par un appui mal équilibré, et donc soumis à des forces altérant leur fiabilité.
Le meneur a également pour tâche de vérifier avant le départ un ensemble de détails essentiels qui éviteront, par exemple, de voir l'avant-train-avant coincé par les palonniers d'une paire alors qu'il attèle en simple, de constater que le frein ne fonctionne pas au moment de s'en servir, ou encore de s'apercevoir à la dernière minute qu'une couture du harnais aurait besoin d'une réparation.

Des règles de sécurité élémentaires

En cas de problème, la voiture doit pouvoir être désolidarisée le plus rapidement possible du cheval. Le harnais doit être solide, solidement attaché à une voiture non moins solide. Mais il est essentiel en cas de danger de pouvoir instantanément séparer la voiture du harnais. Le fameux couteau de randonneur, sensé sectionner les traits en cas de danger, relève de l'anecdotique. En pratique, ce genre d'intervention est irréalisable rapidement. Il existe des systèmes vraiment très performants : les porte-brancards de sécurité, les mousquetons de sécurité à l'attache des traits ou des chaînettes de timon… Il est impensable de voir encore, avec les moyens actuels, des personnes bidouiller des nœuds avec des ficelles pour faire tenir les traits au palonnier, voire même des nœuds avec des chaines métalliques (cas réel).
La recherche d'informations doit être constante sur les avancées techniques et technologiques : leur gain en sécurité va de paire avec un gain en confort, pour le cheval, donc pour le meneur -et surtout lorsqu'il s'agit de couvrir de longues distances quotidiennes.

L'adéquation du matériel

Des harnais légers, solides par tous les temps et intempéries, existent dans différentes matières comme le cuir huilé, le nylon, le synthétique, voire même dans des matières combinées entre elle, cuir et synthétique par exemple. Ces harnais conviennent généralement pour le loisir et l'entraînement, et leur entretien, qui est l'une des garanties de leur solidité, est plus aisé. En outre, leur (relative) légèreté est un atout en randonnée, car elle ménage les forces du cheval (et celles de celui qui garnit et dégarnit tous les jours, voire deux fois par jour si l'on fait une halte à midi).
Les pièces les plus fragiles du harnais peuvent être renforcées, doublées par du nylon. C'est souvent le cas des traits, de la bricole, de l'avaloire, et des chaînettes. Certains harnais sont même spécialement conçus pour supporter les efforts du marathon, discipline très contraignante, tout en permettant un confort optimal pour le cheval. Un tel harnais convient très bien pour la randonnée, car il offre une très grande solidité face aux cahots des chemins et une large surface portante, réduisant ainsi les risques de plaies de harnachement.
Les harnais élaborés pour la présentation ne tolèreraient pas une utilisation intensive en randonnée.
Les guides doivent être souples et solides. Elles sont toujours l'objet d'une attention particulière, car c'est le seul élément qui relie le meneur au cheval.
Il existe aujourd'hui chez les revendeurs de véhicules hippomobiles des modèles spécialement étudiés pour la randonnée, offrant de la place pour plusieurs passagers et pour un paquetage important. Faute d'un tel véhicule, une voiture de marathon, certes plus inconfortable, peut faire l'affaire car elle offre solidité, robustesse et bon équilibre face aux inégalités de terrain.

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier