Accueil » Tribune Cheval Savoir

Le travail à la longe : un dialogue

Dans cette rubrique, les Conseillers techniques de la revue s’expriment librement sur le sujet de leur choix, qu’il soit lié ou non à l’actualité. Ce mois-ci, loin de toute polémique, Maria-Pia Lobo de Vasconcellos a choisi de nous livrer son sentiment sur le travail à la longe.

Le travail à la longe est aussi important que le travail monté.
Beaucoup de gens pensent que longer un cheval consiste à le laisser tourner au pas, au trot et au galop, quelques minutes de chaque côté et puis c’est tout. Ils se trompent lourdement. Le travail à la longe peut constituer un véritable dialogue.

Le travail à la longe du cheval

C’est lors du travail à la longe que nous allons faire faire au jeune cheval ses premiers pas vers l’obéissance, et créer les premiers signes de confiance mutuelle. C’est là aussi que nous allons pouvoir commencer à corriger les éventuels défauts “mécaniques” ou physiques. Et plus encore.

Bien longer un cheval est aussi important que de bien le monter.

Tout d’abord, nous devons penser que le cercle ne doit être ni trop grand et trop serré. Le cheval doit être en contact permanent avec le longeur. Il est extrèmement important d’avoir ce lien “physique” : le cheval le sent, et est alors beaucoup plus attentif au travail.

Observer le rein, le dos, la musculature de l’encolure

Il est essentiel aussi que nous soyons concentrés pendant que nous longeons. L’on voit parfois des personnes qui travaillent un cheval en téléphonant avec leur portable, ou en parlant avec quelqu’un qui passe. Personnellement, quand je veux travailler bien, je n’arrive pas faire autre chose en même temps. Mes yeux sont toujours posés sur le cheval ; je regarde avant tout la manière dont il s’emploie, comment travaillent le rein, le dos, les postérieurs, comment se présente la muscultature de l’encolure, si l’incurvation est bonne...Cela ne me laisse pas le temps de faire autre chose. Et je ne me rends même pas compte si quelqu’un est à mes côtés et m’observe ! Je sais que je dois souvent passer pour mal élevée, mais les gens peuvent penser ce qu’ils veulent...

Sur le cercle, l’on peut réussir à faire beauoup de choses quand le cheval est confirmé : épaule en dedans, tête au mur, etc.

L’on arrive un jour au point où, si l’on retire la longe, le cheval se comporte comme si elle était toujours mise : il fait tout ce que nous lui demandons, comprenant le moindre de nos gestes. Lorsque l’on obtient cela, le plaisir de travailler est immense !

C’est le résultat d’une bonne communication, et le signe que nous avons atteint l’un des buts de notre plan de dressage.


O Trabalho de Guia
Maria-Pia Lobo de Vasconcellos

Trabalhar um cavalo bem à guia é tão importante quanto trabalhar bem um cavalo montado.

Muitas pessoas pensão que trabalhar à guia é deixar o cavalo andar à volta a passo trote e galope, uns minutos para cada lado e já está. Estão redondamente enganadas !

Na guia é onde conseguimos ensinar ao cavalo os primeiros passos para ser obediente, os primeiros sinais de confiança mútua, onde vemos e começamos a corrigir a sua mecânica e os seus defeitos físicos, e muito mais.

Primeiro, devemos pensar que o círculo não deve ser nem demasiado largo nem demasiado apertado - o cavalo tem de estar em contacto permanente com a pessoa que o está a trabalhar, é importantíssimo haver esta ligação física! E o cavalo sente-a, estando muito mais atento no trabalho.!

É essencial haver concentração no trabalho, SÉRIO, de guia. Por vezes vemos pessoas a trabalharem um cavalo e a falarem ao telemóvel, ou a combinarem algo com alguém que passa etc. Eu, pessoalmente, quando quero trabalhar bem, não consigo fazer outra coisa ao mesmo tempo. Os meus olhos estão sempre postos no cavalo, sobretudo na maneira como ele se está a empregar, ou seja, como trabalha o rim, o dorso, os posteriores, qual a posição da musculatura do pescoço, a encurvação etc. Não me dá tempo de fazer outra coisa! E até deixo de ver quem está à minha volta a observar-me! Sei que muitas vezes devo passar por malcriada, mas, podem crer que é sem crer!

Na guia não se trabalha só por direito ou em círculo, consegue-se ir muito mais longe, quando o cavalo está confirmado! Espáduas a dentro, cabeça ao muro etc.

Chega-se ao ponto de, se retirarmos a guia o cavalo se comportar como se a tivesse posta, e, fazer tudo o que lhe mandamos. Com um simples gesto ele percebe o nosso objectivo! Quando chegamos a este resultado o prazer de trabalhar é enorme.!

É O RESULTADO DE UMA BOA COMUNICAÇÃO E DE UMA DAS
METAS DO NOSSO PLANO TER SIDO ALCANÇADA!

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 17-05-2009

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire