Accueil » Protection Animale

Assurer son cheval, c’est le protéger

Les assurances : vaste sujet, dans lequel professionnels et cavaliers amateurs cherchent à démêler l’indispensable du superflu en fonction des différents cas de figure, et des diverses activités équestres. Pour nous, à Cheval Savoir, une chose est essentielle : la protection. Et l’assurance constitue une part évidente et moderne de cette protection équine. Encore faut-il assurer son cheval à bon escient. Décryptage.

La quasi totalité des cavaliers propriétaires ou détenteurs d’un cheval sont conscients de la nécessité de s'assurer en responsabilité civile afin d'être couvert en cas de dommages causés par l'animal à des tiers.

Mais l’assurance couvrant la mortalité et ses soins vétérinaires soulève parfois des réticences, sauf lorsqu’il s’agit de chevaux de grande valeur vénale. Pour le cavalier-propriétaire lambda, l’assurance est toujours trop chère – ou inutile, jusqu’au jour où...

Accident
© artfocus - Fotolia.com

Heureusement, le cheval n’est pas un animal particulièrement fragile, et la plupart des problèmes qui surviennent découlent… d’une erreur humaine. Le fait que le cheval mène une vie « civilisée » peut, si l’on est pas vigilant, induire des pathologies digestives, et la pratique du sport équestre implique des risques, notamment lorsqu’il y a transport. Le transport en van ou en camion est en lui-même, chez les jeunes chevaux, un grand pourvoyeur de bobos et d’accidents notamment pendant les moments critiques de l’embarquement et du débarquement.

La première pathologie en fréquence est la boiterie, souvent consécutive à une mauvaise gestion de l’équitation. Viennent en second les maladies digestives parmi lesquelles les coliques (souvent en raison d’erreurs d’entretien), puis les maladies respiratoires du type emphysème (dues à de mauvaises conditions d’hébergement). Le reste est assez rare. Très logiquement, les animaux de compétition sont davantage exposés que les chevaux qui restent au pré : il est fréquent qu’un cheval au pré bien entretenu ne souffre d’aucun problème de santé de sa naissance jusqu’à sa mort naturelle – le risque zéro n’existant évidemment pas.

Quelles sont les pathologies que l’on peut assurer ?

La majorité des propriétaires n’a plus les moyens d’assumer certains soins vétérinaires –surtout en cette période de crise. Les frais représentent pour les chevaux des coûts très importants, bien plus que pour un chien ou un chat. Souvent, ces coûts sont ignorés ou mal évalués – contrairement à ce qui se passe dans des pays comme la Suisse, la France n’impose aucun « examen de compétences » au propriétaire pour la détention d’équidés.

Les coliques –première source de mortalité chez les chevaux de selle- sont de nature à poser un énorme problème financier doublé d’un cas de conscience

Il existe certes des pathologies graves, notamment les fractures des membres ou de l’omoplate, quasi impossibles à soigner en raison de la difficulté de supprimer l’appui. Mais si la fracture du canon reste un cas d’école imposant en général l’euthanasie, il faut savoir que certaines petites factures, notamment au niveau du pied, peuvent guérir avec de la patience –et des soins diligents. Les fêlures, elles, se soignent très bien.

Certaines pathologies, notamment les coliques –première source de mortalité chez les chevaux de selle- sont de nature à poser un énorme problème financier doublé d’un cas de conscience : certaines peuvent se compliquer et mettre en jeu la vie du cheval.

Les coliques : pouvoir faire le choix d’opérer

Les professionnels du cheval se...

Merci à M. Jeangirard, de la Société Cavalassur
www.cavalassur.com

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

anne :
Le 19/04/2014 à 10h53

Belle publicité!

laetitia :
Le 07/05/2014 à 19h39

Chère Anne,

Comme vous le savez, Cheval Savoir a le souci d'informer, et s'adresse, pour rédiger ses articles, aux spécialistes de chaque domaine. Il était normal que notre interlocuteur en matière d'assurances, à qui nous faisons confiance, soit cité et remercié (à la fin de l'article uniquement) comme nous le faisons pour tous nos intervenants.
Bien cordialement
Laetitia Bataille
Rédactrice en Chef

Article publié le 18-04-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés