Accueil » Elevage du cheval

La gestion du poulain : conseils et astuces

Les naissances s’échelonnent pendant tout le printemps. En mai, de nombreux poulains ont déjà deux mois – l’âge de beaucoup d’enjeux : la socialisation (si souvent négligée) la santé (c’est le moment où l’immunité maternelle diminue) la croissance (à surveiller de près)... Aide-mémoire, conseils et astuces pour gérer les poulains de la naissance sevrage.

Après la naissance, les soins de routine ont été effectués, le poulain a commencé à téter et a évacué son premier crottin, le méconium. Le poulain au bout de quelques jours, galope et joue –c’est le signe de sa bonne santé.

Poulain
© Ingairis - Fotolia.com

Les premières socialisations

La socialisation doit se faire naturellement, un petit peu chaque jour et très progressivement. Il est souhaitable de la commencer le plus tôt possible –en respectant toutefois un petit délai. En effet, le poulain après sa naissance n’est pas méfiant. Résistez toutefois au plaisir de caresser ce petit corps laineux, car une odeur étrangère peut empêcher la reconnaissance du poulain par sa mère. En revanche, une fois le lien mère poulain solidement établi, ne négligez pas d’entreprendre un début de socialisation du foal, car au bout de quelques jours, il sera devenu très méfiant et ne se laissera plus approcher. En prenant vos précautions car la jument (même très gentille avant d’être mère) peut se révéler ombrageuse.
Il ne s’agit pas à cet âge d’inculquer quoi que ce soit, mais d’habituer le poulain être touché. Tous les apprentissages en seront facilités.

Astuce : Mettez des gants : ils masqueront un peu votre odeur, et pourront même s’imprégner légèrement de celle de la jument, si vous avez pensé à la caresser avant !

Un petit licol doux

Mettez le plus tôt possible un petit licol très doux. Certains licols de poulain sont munis d’une petite courroie permettant de saisir facilement le poulain sans trop approcher la main. A défaut, fixez une petite corde solide de 30 centimètres de long à l’anneau du licol situé sous le maxillaire.

Astuce : L’idéal est un petit licol en sangle de tissu – pas en cuir ni en nylon, trop épais et trop rigides.

Une fois le foal licolé, vous pourrez petit à petit l’habituer à être tenu, pendant quelques secondes, puis pendant un peu plus longtemps. En évitant le stade où il aurait tendance à se débattre...

Premières leçons...

Le poulain suit naturellement sa mère. Une petite longe attachée au licol du foal et passant dans l’anneau du licol de la mère vous permettra de faire marcher le foal à côté de sa mère (vous tiendrez les deux longes à la fois). Ce sont les prémices de la marche en main, qui sera inculquée ainsi tout doucement.

Premiers pas
Au bout d’un moment, vous n’aurez plus besoin de passer la longe dans l’anneau du licol de la mère et le foal commencera l’apprentissage de la marche en main proprement dite. © Thierryplouchard - Fotolia.com

Vous pourrez aussi saisir négligemment un antérieur du foal pendant qu’il tête et le relâcher aussitôt.
En toutes circonstances (manipulation, transport, mise à l’écurie pour soins...) veillez à ce que la mère et le poulain puissent toujours se voir et se flairer.

Aucune éducation ne peut inciter le poulain à vous éviter si son instinct le pousse vers l’avant, pour rejoindre sa mère notamment

Néanmoins, ne lui demandez pas l’impossible : aucune socialisation ne peut impliquer une séparation d’avec la mère à cet âge, même pour une minute. Panique garantie –et inutile.

Le respect

La socialisation doit aller de pair avec l’acquisition du respect de l’homme. Certains poulains sont naturellement plus familiers, d’autres très méfiants. Dès que le foal commence à se socialiser, pensez à poser quelques limites : ne laissez pas le foal vous mordiller ou vous bousculer.

Mais ne lui demandez pas de vous éviter si vous vous trouvez sur sa route quand il « fonce » : aucune « éducation » ne peut inciter le poulain à s’arrêter ou à bifurquer si son instinct (de survie, de peur, de jeu...) le pousse vers l’avant, pour rejoindre sa mère notamment. Un poulain d’un mois peut très bien vous renverser.

Diversifier l’alimentation

Certains préconisent de commencer très tôt la diversification alimentaire en donnant une petite portion de granulés spéciaux pour poulains comportant vitamines et minéraux. Veillez simplement à ne pas en donner à l’excès : si la mère a suffisamment de lait, l’allaitement maternel peut suffire pendant les trois premiers mois notamment chez les poulains de races rustiques (poneys notamment). La poignée d’aliment est plutôt un adjuvant de la socialisation.

Evolution du poulain
De la naissance à six mois, le poulain multiplie son poids par cinq ou six ! © Pictureguy32 - Fotolia.com

Astuce : Pour éviter que la mère ne mange la ration de son poulain, attachez la jument pendant que le petit mange au seau. Mais attention : ne les séparez pas ! La simple paroi d’un box peut créer une impression de séparation, même si la jument et son poulain peuvent se voir. Le mieux est d’utiliser une mangeoire sélective.

La croissance

De la naissance à six mois, un poulain normal prend 1,5 kg à 2 kg par jour (suivant les races) multiplie son poids par cinq ou six.
La croissance est dissociée ce qui donne au poulain cet aspect « haut sur jambes ». Ce n’est que vers six mois que sa morphologie commence à se rapprocher de celle du cheval adulte. Cette croissance ultra-rapide des premiers mois connaît un léger fléchissement au moment du sevrage, ce qui est normal, et se régularise ensuite dans un rythme de croissance plus lent. Effectuer le sevrage au moment optimal et en respectant la physiologie permet de minimiser cet impact sur la courbe de croissance.

Dans tous les cas, ne suralimentez pas le poulain, cela augmente le risque d’ostéochondrose à l’âge adulte.

Les aplombs

Les aplombs doivent être étroitement surveillés pour détecter précocement toute déviation ou toute difficulté dans la locomotion.
On conseille de parer les pieds les poulains entre quatre et six semaines. Certains maréchaux préfèrent se montrer moins interventionnistes, et le parage systématique chez le jeune poulain est aujourd’hui discuté.

Certaines défectuosités spectaculaires au début, se corrigent d’elles-mêmes grâce à l’hyperlaxité tendineuse qui existe naturellement chez les sujets jeunes. Si le problème persiste, un bon maréchal-ferrant pourra faire rentrer les choses dans l’ordre avant la soudure des cartilages de croissance. Ceci est à voir au cas par cas, et l’avis du maréchal.

Surveillez la santé 

Un poulain doit être vu tous les jours – comme le reste du troupeau. Tout changement dans le comportement habituel du poulain et/ou de sa mère doit vous alerter.

Le poulain en bonne santé
Le poulain en bonne santé joue et galope. Tout changement de comportement doit vous alerter.
© Christian Müller - Fotolia.com

Un poulain en bonne santé est toujours très joueur et curieux.
Le jeu est très important ; il est nécessaire qu’il puisse avoir lieu dans de bonnes conditions : herbage de dimensions suffisantes pour que le poulain ne soit pas trop souvent obligé de s’arrêter en pleine vitesse, clôtures en bon état et sans danger (pas de barbelés évidemment).

En dehors du jeu, le poulain a un emploi du temps simple : il passe aussi beaucoup d’heures à dormir, et tête très fréquemment, surtout durant les premières semaines.

Un poulain qui s’éloigne davantage de sa mère à l’âge où c’est inhabituel révèle qu’il tête moins : ce manque d’appétit doit vous alerter, de même qu’un poulain qui joue moins, qui est triste. Un examen (avec prise de température) doit être fait immédiatement, le vétérinaire contacté. A deux mois, le poulain est notamment vulnérable à la rhodococcose, surtout si le temps est sec (terrains poussiéreux).

Quand vermifuger ?

Le premier vermifuge devra être administré à l’âge de six semaines. Evidemment à cet âge-là, l’opération peut s’avérer délicate. Vous pouvez administrer le produit en basculant légèrement la tête du poulain, lui-même maintenu par un aide qui place une main sur le thorax du foal et l’autre sous sa croupe, poulain maintenu pas la base de la queue, toujours avec beaucoup de douceur.

Astuce : Vous pouvez aussi essayer de mettre à profit le réflexe de succion qui est encore très vif à un mois et demi : présentez au foal le tube de vermifuge avec un peu de produit sorti. Il peut essayer de « têter » le tube, et qui sait ? apprécier ce nouveau goût si l’on a soin de pousser le piston très légèrement au fur et à mesure. Cette petite ruse peut faciliter les vermifugations futures, et en tous cas éviter les associations négatives entre le goût du produit et une contention mal vécue.

Les vaccinations du poulain

En attendant qu’il ait acquis sa propre immunité, le foal est protégé par le colostrum (premier lait) très riche en anticorps de toutes sortes, et en particulier les anticorps antitétaniques. L’immunité ainsi transférée est efficace, à condition que le foal ait bien pris le colostrum, en quantité suffisante et à temps (le colostrum n’est efficace que 24 heures).
La vaccination antitétanique se fera vers cinq/six mois –la faire plus tôt est inutile. Lire ici.

Vers l’âge de six mois devra intervenir le sevrage... Bien préparé, celui-ci ne posera pas de problème à condition que l’on respecte à la fois la psychologie et la physiologie. Lisez nos conseils ici

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier