Accueil » Savoir pratique Dressage

Le jeune cheval - Garder à l’esprit la vision globale du dressage de son cheval (V) 
Début de la mise en main : l’image des poulies

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et professeur de Dressage.


N°53 Mai 2014
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Si nous parvenons à décontracter la bouche du poulain, nous aurons la possibilité d’agir sur la décontraction de sa nuque et de son dos ! C’est en comprenant l’action des « poulies » musculaires naturelles que nous pourrons progressivement, centimètre par centimètre, obtenir une mise en main moelleuse et juste.

Niveau de difficulté : Niveau de difficulté

Pour : Comprendre le mécanisme qui mènera à un placer et un équilibre corrects. Notamment le fait que l’encolure et le garrot ne s’effondrent pas lors de la demande du ramené.

Moment idéal : Au trot pour avoir suffisamment de propulsion.

Prérequis : La cage thoracique du cheval doit être très remontée, ce que l’on appelle généralement le garrot remonté.

Si l’humain peut soulever des charges plus lourdes que celles qu’il pourrait soulever directement, c’est grâce à l’utilisation des poulies qui démultiplient la force qu’il va utiliser pour tirer sur une corde. Si je veux que l’action d’abaisser le bout du nez du cheval pour l’amener dans la mise en main ait un effet important sur l’étirement de son dos, qu’il reste fort et puisse me porter sans s’affaisser, il faut que l’élastique de son dos passe par des poulies. Cette image est assez proche de la réalité lorsque l’on s’intéresse aux chaînes musculaires du cheval.

Pierre Beaupère
Cette photo illustre bien l’idée des poulies. © Céline Brabant

Rassurez-vous, je vous épargne le cours d’anatomie (mais vous n’y échapperez pas dans quelques mois !). En effet, il faut imaginer que notre élastique va donc de la bouche du cheval par le chanfrein, entre ses yeux, entre ses oreilles, le long de son encolure, le long de son dos, jusqu’aux jarrets des postérieurs.

Nous ne devons pas accepter que le cheval se mette en main en abaissant l’encolure et la nuque, erreur très courante qui compromet immédiatement tout le reste du dressage

Plaçons une « poulie » au niveau de la nuque, tout en haut, juste derrière ses oreilles. Et une poulie juste sous le garrot. Important : notre élastique coulisse sur le dessus de la poulie des oreilles et SOUS la poulie du garrot. C’est ce qui se rapproche le plus, à mon sens, du fonctionnement des chaînes musculaires qui nous intéresse pour le moment.

Si nous nous représentons notre cheval...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 21-05-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés