Accueil » Connaissance du cheval

Les robes du cheval : le gène dun

Par Amélie Tsaag Valren et Virginie Népoux, Docteur en biologie


N°53 Mai 2014
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Si les chevaux présentent une palette de robes aussi variée, c’est en grande partie grâce aux nombreux gènes dits « modificateurs » qui agissent sur les robes « de base » pour les transformer ! Parmi ceux-ci, le gène dun, ou gène « sauvage », fait partie des « diluants » et est volontiers associé aux chevaux dits primitifs.

Dans notre grande série consacrée à l’étude des robes du cheval, nous avons vu jusqu’à présent les robes dites « de base » avec toutes leurs variantes, dans les articles consacrés au noir pangaré, au bai, à l’alezan.

Il est temps de se pencher maintenant sur les gènes « modificateurs » qui, en s’ajoutant aux gènes de la robe de base, peuvent venir en transformer la couleur. Lorsqu’ils éclaircissent la robe, ces gènes modificateurs sont dits « diluants ».

Robes des chevaux
© Fotolia

Parmi les gènes de dilution, celui qui est probablement le plus ancien et l’un des plus connus aussi n’est autre que le gène dun, ou « gène sauvage » en français. Il est à l’origine de la robe souris, de l’« alezan sauvage » et du bai sauvage, fameuse robe du Fjord classée improprement en France avec les isabelle…

La présence d’une raie de mulet ne signifie pas obligatoirement que le cheval soit porteur du gène dun !

De nombreux gènes dits « modificateurs » agissent sur les robes « de base » (noir, bai, noir pangaré/bai-brun et alezan sous toutes leurs variantes). Le gène dun, ou gène sauvage, est volontiers associé aux chevaux dits « primitifs ». Il est très simple à identifier visuellement. Les marques dites « primitives » en sont indissociables : à part la raie de mulet dans certains cas, elles n’apparaissent qu’avec le gène dun.

Bien qu’il soit du plus grand intérêt en élevage, le gène dun ...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 27-05-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés