Accueil » Elevage du cheval

Comment faire naître un poulain dun ?

Par Amélie Tsaag Valren et Virginie Népoux, Docteur en biologie


N°53 Mai 2014
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Pour les éleveurs, -amateurs ou non- qui souhaitent obtenir un poulain de robe dun, voici quelques notions de génétique appliquée. Sachant qu’il existe différentes variations de robe dun...

En complément de notre article sur les robes dun, quelques conseils pratiques : comment obtenir un poulain dun ?
C’est assez simple en théorie : il faut que les parents en soient porteurs ou sinon, pas de robe dun ! A noter que dun est bien le nom d’un gène, et non celui d’une robe, puisqu’il existe statistiquement trois ou quatre variations de robe dun avec l’alezan, le bai et le noir, plus le bai brun qui n’est pas décrit.

L’alezan sauvage
L’alezan sauvage, décoloré par le gène dun, se différencie de l’alezan classique par la présence d’une raie de mulet et de marques primitives. Photo de Bruce McKay, licence C.C. by S.A. 2.0

Deux allèles pour un gène

La robe dun est dominante sur la robe non-dun. Le gène dun existe en deux allèles d (non-dun) et D (dun).
L’allèle D désignant la robe dominante, il bénéficie de la majuscule. Il suffit que le cheval porte une seule copie (allèle) D pour que l’expression du gène soit visible en diluant à la fois la couleur de la robe et des crins tout en ajoutant les marques primitives que l’on connaît. Il ne semblerait pas possible de distinguer visuellement les chevaux homozygotes ou hétérozygotes (par la clarté de la couleur du corps par exemple), ce qui signifierait que les nuances de couleur observées entre individus (chez les henson par exemple) sont dues à d’autres gènes. Il existe des tests génétiques pour identifier l’allèle D.

Islandais Alezan dun
Cet Islandais Alezan dun, reconnaissable à sa raie de mulet, peut-être classé en France parmi les alezans clairs, voire les « café au lait ». Photo de Thomas Quine, licence CC. By SA 2.0

Le croisement d’un cheval dun homozygote (DD) avec un non dun (dd) donnera 100% de chevaux dun. Par contre, ces chevaux hétérozygotes (Dd), croisés avec d’autres non dun donneront 50% de dun hétérozygote et 50% de non dun.

Pour obtenir un dun homozygote, il faut croiser deux chevaux dun ensemble. Deux hétérozogtes (Dd) donneront 25% de non dun, 25% de dun homozygote (DD) et 50% de dun hétérozygote (Dd).
La nuance obtenue (alezan dun, bai dun, noir dun dit souris) dépend évidemment de la robe portée par les parents.

Bibliographie

  • A.K. Thiruvenkadan, N. Kandasamy, S. Panneerselvam, Coat colour inheritance in horses. Livestock Science 117, 2008, p. 109-129
  • S. Adalsteinsson, Inheritance of yellow dun and blue dun in the Icelandic toelter horse, J. Hered., 1978, vol. 69, num. 3, p. 146-148

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 27-05-2014

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire