Accueil » On en parle

Coupe des Nations : trois chevaux tués dans un accident de la route

Tragique fin de concours dans l’étape Coupe des Nations Furusiyya/FEI de Lisbonne : le camion de chevaux de Marie Demonte a été accidenté sur la route du retour et trois chevaux ont trouvé la mort.

C’était une étape de Coupe des Nations faste pour l’équipe de France, composée de Marie Demonte, Laurent Goffinet, Caroline Nicolas et Cedric Angot, qui avait remporté cette troisième étape de la division européenne de la Coupe des Nations Furusiyya/FEI à Lisbonne.
Marie Demonte avait emmené ses trois chevaux de tête, Rhune d'Euskadi, Popof du Luc et Ringo de Paban. Tous trois sont morts...

Rhune d’Euskadi
Rhune d’Euskadi (9 ans, par Dollar du Mûrier) sous la selle de Marie Demonte, fait deux parcours sans faute à Lisbonne, offrant la victoire par équipe à la France. Son destin s’est arrêté sur la route du retour.
© FEI/Nuno Pragana

Hélas, sur la route du retour, non loin de Dax dans les Landes, c’est l’accident. Heureusement, Marie Demonte, son jeune fils et la groom sont indemnes. Mais trois chevaux sont tués.
L’un d’eux périt dans l'accident, les deux autres, après avoir été désincarcérés par les pompiers, ont dû être euthanasiés.

Ce drame, qui implique trois chevaux innocents, rappelle tragiquement le danger que représentent ces trajets effectués en fin de journée, parfois sur de très longues distances. La fatigue, qui fait si mauvais ménage avec le volant, s’ajoute à la monotonie de la route – surtout sur les portions d’autoroute. C’est souvent le cavalier professionnel lui-même qui prend le volant, à l’issue d’un concours éprouvant physiquement et nerveusement. Si le concours a été réussi, il peut s’ajouter une composante euphorique qui ajoute encore au danger...

Ces retours tardifs et interminables sont ainsi à l’origine d’accidents gravissimes, comme celui qui vient de se produire, qui miraculeusement a épargné les deux femmes et l’enfant, et n’a fait aucune victime parmi les autres usagers de la route. Mais trois chevaux ont payé de leur vie cette escapade à Lisbonne. Sans doute faut-il réfléchir au principe même de ces participations à des concours trop lointains – et trop fréquents, qui incitent les cavaliers à rentrer le jour même, n’ayant parfois que quelques jours pour préparer le déplacement suivant...

Cheval Savoir assure Marie Demonte de toute sa sympathie dans cet épisode douloureux, qui la prive en outre de ses meilleurs chevaux.

10 commentaire(s) »

Julie [invité] :
Le 04/06/2014 à 01h08

Petite précision, c'est plus souvent les grooms que les cavaliers qui prennent le volant âpre un weekend end de concours!!!!

Alice [invité] :
Le 04/06/2014 à 12h28

Je ne suis pas sûre qu'il soit de très bon goût d'incriminer la cavalière et/ou la groom, ni le choix du sélectionneur d'envoyer Marie Demonte représenter la France lors du CSIO de Lisbonne.
Aucun d'eux ne saurait être responsable de l'accident qui a causé le décès de Rhune, Popof et Ringo ; justement parce que c'était un accident. Les accident arrivent à tout le monde, avec leur lot de hasard, d'injustice et de cruauté, parfois indépendamment des distances, des heures de sommeil et/ou de l'état nerveux du conducteur, sur lesquels vous sembler spéculer sans avoir avoir la moindre preuve.

Un peu de respect et un peu de pudeur pour les victimes de l'accident, Marie, son fils, sa groom, toute son équipe, ses propriétaires, ses amis. S'il vous plait.

laetitia :
Le 04/06/2014 à 13h22

Réponse à Julie : Nous avons personnellement vu très souvent les cavaliers prendre le volant eux-mêmes après un concours.. Sans doute ensuite se relaient-ils avec leur groom pour conduire sur les longs trajets. L'aide du groom est effectivement précieuse...

Cordialement

Laetitia Bataille
Rédactrice en Chef

laetitia :
Le 04/06/2014 à 13h28

Réponse à Alice : Nous n'avons incriminé ni la cavalière, ni sa groom, ni le sélectionneur (il est évident que les cavaliers professionnels doivent aller en concours ! Nous n'avons jamais dit qu'ils devaient rester à la maison...)
Nous avons souligné simplement la lourdeur de ces organisations de concours très rapprochés, le cavalier n'ayant parfois que quelques heures parfois pour ramener un camion de chevaux, et préparer un autre départ -qui peut être à l'autre bout de la planète. Nous posons là une interrogation, rien de plus.
Nous savons comme vous que l'accident est souvent imprévisible, et parfois "indépendant des distances, des heures de sommeil et/ou de l'état nerveux du conducteur". Mais la fatigue est toujours un facteur favorisant. Nous ne "spéculons" pas, nous ne jugeons pas, nous rappelons simplement un des messages-clefs régulièrement martelés par la Prévention Routière.
Quant à la pudeur, nous pensons l'avoir très fortement exprimée en nous réjouissant avant tout que Marie, sa groom et son fils soient indemnes, et en exprimant dans l'article notre très vive sympathie à son égard.

Cordialement

Laetitia Bataille
Rédactrice en Chef

Mathilde [invité] :
Le 05/06/2014 à 10h00

Je trouve le jugement de cet article trop lourd.
Le métier de cavalier professionnel implique les longs trajets,en acceptant cette profession ils acceptent ce qui en découle. Les accidents arrivent comme dans chaque type de transport.
Il ne faut pas généraliser ces faits, ces personnes ont du mérite à mon sens. Ce sont des sportifs comme les autres, il faut aller loin, les organisations sont rapprochées certes mais c'est le cas depuis très longtemps.
Malgré la sympathie que vous pensez dégager à l'égard des personnes impliquées dans cet accident, je trouve votre jugement assez poignant.
On ne va pas se mettre à juger négativement la bonne famille qui part en vacances en campagne et qui blesse ou tue ses enfants dans un accident de la route? Hélas, ce genre d'accident fait partit des aléas de cette société. C'est malheureux et nous apprenons tous de nos erreurs ou des erreurs des autres sans que l'on ai besoin d'apporter des jugements négatifs sur les différents choix effectués. Nous pourrions refaire le monde avec des "Et si...".

laetitia :
Le 05/06/2014 à 13h41

Réponse à Mathilde

Cet article, que j'ai écrit (alors qu'habituellement, les news sont rédigées par la Rédaction) semble décidément être mal compris ce que je respecte. Toutefois, je ne vois pas ce qui dans ce texte, vous donne une impression de "jugement". Vous dites vous-même : "nous apprenons de nos erreurs". Cela a de quoi surprendre ! Justement, je n'ai pas dit ni sous-entendu que qui ce soit (ni Marie, ni sa groom) n'avaient fait d'"erreur" ! J'ai juste tiré la sonnette d'alarme devant les dangers d'un métier et d'un système exigeants. Sans grand espoir, hélas, de "refaire le monde avec des si", comme vous le dites. Mais de faire peut-être bouger un peu les choses.

Cordialement

Laetitia Bataille
Rédactrice en Chef

sarah [invité] :
Le 05/06/2014 à 17h26

ayant eu les circonstances de l'accident, il faut quand meme se rendre a l’évidence qu'il y a eu un écart d'attention ou de distraction lors de la minute avant l'accident, on ne mord pas le rebord de la route sans raison... et quand on transporte des animaux on a le devoir d'etre tres vigilant, je pense que certains chose on ete prise a la legere comme les conditions du trajet et le trajet lui meme. les professionnels doivent regulierement reprendre consience qu'un voyage en camion n'est pas anodins ni facile. c'est une lecon qui finit mal...

Salomé [invité] :
Le 05/06/2014 à 19h14

Moi je connais Marie depuis longtemps et je sais très bien que c'est pas sa faute ni celle de la groom ci les 3 chevaux sont mort et je suis sur quelle n aurait pas voulu que sa arrive vous vous rendais compte perdre c est 3 meilleure chevaux.... C est horrible.....

Patricia [invité] :
Le 05/06/2014 à 20h32

Vous pouvez justifier ce que vous voulez, mais le ton et la façon dont est rédigé cet article est juste déplacé vu la gravité du drame.
Que vous fassiez un article généraliste sur un rappel des principes à respecter sur les longs trajets soit, mais pas à l'occasion d'une telle tragédie.
3 chevaux d'avenir, plus de camion, je pense que c'est déjà bien assez sans en plus en rajouter une couche en mettant en avant une faute d'inatention, car c'est ce que l'on comprend immédiatement en lisant votre article.

roserose [invité] :
Le 12/06/2014 à 17h30

Tout le monde est d'accord pour admettre que cet accident est horrible et non pas parce que ce sont "ses trois meilleurs chevaux" (ça, franchement, me semble pour le coup très peu respectueux) mais bien parce que ce sont des chevaux et que des chevaux que ce soit des champions ou non, nous les aimons.
Je trouve cet article pudique et intéressant : personne ne remet en cause le sérieux de cette cavalière mais si ce terrible accident doit servir à quelque chose c'est effectivement sans doute de nous rappeler à nous, cavaliers (dont je fais partie) qui conduisons nos camions, vans chaque week-en ou presque que l'on est jamais trop vigilants.
Bien entendu, je souhaite le meilleur à cette talentueuse cavalière.

Article publié le 03-06-2014

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire