Accueil » Savoir pratique Dressage

Le cheval avancé - Construire ses séances pour en tirer le meilleur parti (VI) : Deux pistes et flexions

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et professeur de Dressage.


N°54 Juin 2014
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Après un travail plus énergique et des transitions à l’intérieur de l’allure, nous avons fait une pause rênes longues. Ne pas oublier lorsque l’on travaille les transitions à l’intérieur de l’allure, que le cheval doit rester disponible pour des transitions entre les allures. Il est temps de reprendre les rênes et de commencer le travail de deux pistes.

Niveau de difficulté : Niveau de difficulté

Pour : Décrocher les épaules de la base de l’encolure et leur donner plus de liberté. Excellent aussi pour l’équilibre et pour sentir que le postérieur extérieur, en se chargeant, libère l’épaule intérieure.

Moment idéal : Après le travail de décontraction et avant le travail de deux pistes, à condition que le cheval connaisse déjà bien les épaules en dedans.

Prérequis : Que la mise en main et l’équilibre général soient déjà très corrects en temps normal, que le cheval cède bien à l’éperon et qu’il soit léger lorsqu’il est droit.

Avant toute chose, et à moins de chevaux très raides qui ne connaissent pas du tout le travail latéral (auquel cas je saute cette étape dans un premier temps), il faut vérifier la qualité des simples flexions. Je veux être certain que le cavalier peut fléchir l’encolure indépendamment du reste du corps.

Pierre Beaupère
© Céline Brabant

Pour les cavaliers versés dans l’équitation très fine, qui sont précis dans l’action de leurs éperons, on obtiendra la flexion par l’éperon intérieur avec cession de mâchoire avant la flexion. C’est la cession de mâchoire qui « amène » la flexion. Utiliser le placer droit fléchi, où le corps du cheval reste bien droit alors que son encolure est fléchie. Le cheval ne peut absolument pas être sur deux pistes et l’encolure doit se fléchir harmonieusement.

Lorsque vous regardez la ligne de l’encolure, il est important de constater que la base de l’encolure, les 10 à 20 premiers centimètres (pas plus !) devant le garrot, restent droits puis que le reste de l’encolure suit une ligne courbe régulière et harmonieuse. Il faut d’autre part avoir la sensation que la ganache « rentre » à l’intérieur de l’encolure du côté où le cheval est fléchi.

Il y a une grande différence entre tenir les hanches et les pousser !

Il me semble très important, surtout quand le cheval est très léger, de sentir que le cheval est aussi léger sur les deux rênes, pas uniquement sur la rêne intérieure.

Si le cheval bascule la tête de côté

Dans le cas (extrêmement fréquent) où une oreille est...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 18-06-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés