Accueil » On en parle

Rotterdam : la France gagne la Coupe des Nations et Delaveau le Grand Prix !

Satisfactions pour les cavaliers français à Rotterdam ce week-end : la France remporte l’étape de la Coupe des Nations Furusiya/FEU, et Patrice Delaveau gagne le Grand Prix avec Orient Express revenu au top de sa forme...

C’était la cinquième étape de la Coupe des Nations Furusiyya FEI™ de Jumping présentée par Longines, pour la division 1 européenne. L’équipe de France venait ici glaner des points pour la finale et y a pleinement réussi, puisqu’elle est actuellement en tête du classement, et assurée de se rendre à Barcelone en octobre.

L’équipe de France
L’équipe de France sur le podium, entourant le sélectionneur national Philippe Guerdat. © Dirk Caremans/FEI

Pour ce CHIO traditionnellement très sélectif, le sélectionneur national, Philippe Guerdat, avait aligné ses couples-vedette : Pénélope Leprévost avec Flora de Mariposa, Patrice Delaveau avec Carinjo*HDC, Kevin Staut avec Rêveur de Hurtebise et Roger-Yves Bost avec Castle Forbes Myrtille Paulois.

Pénélope Leprévost
Pénélope Leprévost précise et efficace sur Flora de Mariposa. © Dirk Caremans/FEI

Le barrage s’est joué entre la France et les Pays-Bas. Pénélope signe un barrage splendide, Bosty est sans faute, Kevin Staut fait quatre points avec Rêveur. Une petite faute de Gerco Shröder assure la victoire à la France... au grand dam du public néerlandais. L'Allemagne est troisième devant la Grande-Bretagne, le Brésil, la Suisse, l'Irlande et les États-Unis.

Des chutes spectaculaires

Les choses n’avaient pas été de tout repos dans cette Coupe des Nations, puisque les cavaliers allemands (notamment Ludger Beerbaum) accumulent les pénalités, que le cavalier irlandais Denis Lynch chute très lourdement avec sa jument Coulisa, et que Carinjo tombe lui aussi – une chute dont son cavalier n’arrive pas à élucider la cause... « Il était très bien dans la première manche » explique Patrice, « donc je ne sais pas ce qui s’est passé. Il avait fait tomber une barre avant d’entrer dans le triple, ce qui l’a sans doute déconcentré. » Le lendemain, le cheval boitait, s’étant fait mal à l’arrière du genou, mais les radios n’ont heureusement montré aucun fêlure.

Coulisa, elle, est plus sérieusement blessée : aux dernières nouvelles, elle devra être opérée et respecter une convalescence de huit mois au moins.

Orient Express flamboyant dans le Grand Prix

Dans le Grand Prix de clôture de l’événement, Patrice Delaveau monte cette fois Orient Express*HDC, revenu sur le devant de la scène après une période de méforme.
On se souvient que Patrice Delveau avait été forfait pour les Jeux Olympiques de Londres, à la suite d’une blessure d’Orient Express. Patrice Delaveau nous avait expliqué à l’époque qu’il comptait bien voir Orient revenir au plus haut niveau un jour. C’est chose faire : le puissant étalon a montré que sa motivation et son talent étaient intacts, et Patrice a signé ce jour-là un des ses « grands » barrages. A une vitesse supersonique, il a pulvérisé le chronomètre et laissé ses challengers –Daniel Deusser avec Cornet d’Amour (deuxièmes) et Paul Estermann avec Castlefield Eclipse (troisièmes) plus d’une seconde derrière lui.

Orient Express a donné toute sa mesure. Dans une interview exclusive accordée à Cheval Savoir, Patrice Delaveau nous avait dit de lui : « C’est un cheval incroyablement rapide, et en même temps très souple. Il a quatre roues motrices, parfois il fonce, il descend de vingt centimètres, il s’aplatit littéralement avec un pouvoir d’accélération incroyable… on sent rarement cela sur un cheval ! »
C’est exactement ce que Patrice a ressenti à Rotterdam, où, il a retrouvé son crack...

0 commentaire(s) »
Article publié le 26-06-2014

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire