Accueil » Bloc Notes

Protéger son cheval des conséquences de la chaleur

Par Dominique Lambert-Lefranc et le Dr. Jacques Laurent.


N°54 Juin 2014
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
La sensibilité du cheval à la chaleur est supérieure à la nôtre ! En outre, les besoins en eau sont souvent plus importants qu'on ne croit, même au pré. Le travail, ainsi que les transports, deviennent source de danger si le cheval souffre trop de la température extérieure, notamment lorsque celle-ci est associée à une atmosphère humide « limitant » la sudation. « Bloc-notes » des points à garder en mémoire...

Les raisons de la déshydratation

  • Le cheval est un animal particulièrement sensible au déséquilibre hydrique, du fait de son statut de sportif quasi permanent, et de la longueur de son tractus intestinal, qui le rend sensible aux coliques de stase (favorisées par le manque d'eau), mais surtout par une régulation thermique étroitement dépendante des échanges de chaleur avec l’air ambiant ? Ces échanges se réalisent par la peau, la sueur, la ventilation et le rein.
Chaleur
Chaleur, temps orageux et humidité imposent un travail modéré très modéré. © ots-photo - Fotolia.com
  • Les besoins en eau sont fonction du bilan des entrées et des sorties (lire notre étude ici).
  • Un cheval doit boire entre 20 et 50 litres d'eau par jour, parfois bien davantage s'il fait chaud, s'il transpire et si son alimentation est sèche (foin, granulés...)
  • C'est au niveau du flanc que l’on voit si un cheval manque d’eau. Pour détecter cela, placez-vous face au cheval : si son flanc est légèrement creux (en jargon cavalier, on dit que le cheval est « clos ») : il a soif !
L’humidité est sans doute une des causes favorisantes de la mort d’une jument lors de la course d’endurance en forêt de Compiègne
  • Si le temps est très chaud et humide, le cheval peut, lorsqu'il travaille de façon intense, perdre trois à quatre litres de sueur par heure, ce chiffre pouvant doubler s'il s'agit d'efforts très intenses. L’humidité rend plus difficile les échanges thermiques. C’est sans doute une des causes favorisantes de la mort d’une jument lors de la course d’endurance de Compiègne qui se déroulait en forêt, milieu humide.
  • La déshydratation se détecte aussi par un geste simple :

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

:
Le 01/07/2015 à 23h47

Qu'en est - il de la douche sur la zone des reins? Lorsque le cheval a très chaud, on nous dit souvent de ne pas faire sur cette zone... est-ce vrai? Si oui, Pourquoi?

ingrid :
Le 02/07/2015 à 10h35

Pour la zone des reins, ne serait ce pas parce que l'eau froide agit en vasoconstricteur, donc, les vaisseaux sanguins perfusent moins de liquide et par voie de conséquence,les reins font plus difficilement leur travail de drainage et d'élimination des toxines....si important après l'effort.

Article publié le 21-07-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés