Accueil » Savoir pratique Dressage

Le jeune cheval
Le début de la mise en main : la première décontraction de la mâchoire

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et professeur de Dressage.


N°56
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Je conseille à tous les cavaliers de jeunes chevaux de suivre les articles destinés aux cavaliers débutants. Certaines notions très importantes y seront expliquées les prochains mois, que je ne répèterai pas forcément ici. La cession de mâchoire est à mes yeux un point de départ (puisqu’elle provoque la liberté des muscles et des articulations) et non une finalité.

Niveau de difficulté : Niveau de difficulté

Pour : Donner au cheval une mise en main correcte à partir de la cession de mâchoire.

Moment idéal : Lorsque la bouche est bien mobile et que le cheval commence à donner la cession de mâchoire dès qu’il sent la pression du mors.

Prérequis : Obtenir la cession de mâchoire sans ramené dans le mouvement.

Grâce à la mobilisation de la bouche du cheval, vous devriez sentir le jeune cheval devient beaucoup plus malléable.
En effet, pour céder il doit « lâcher », se laisser aller et ne plus résister. La résistance étant liée à une contraction générale du corps (je traiterai prochainement des relations entre la bouche du cheval et… tout le reste de son corps !) pour que le cheval mobilise sa bouche, il doit se laisser aller. Et à l’inverse, la mobilisation de la bouche a un effet décontractant sur le reste du corps aussi bien que sur le mental, ce qui est assez reconnu et étudié aujourd’hui, même chez les sportifs de haut niveau à qui les sophrologues conseillent de mobiliser la mâchoire avant les compétitions pour détendre le buste et rester calmes !

Pierre Beaupère
© Charly Debray

Il faut bien comprendre que la cession de mâchoire est une porte qui s’ouvre. Elle n’est « rien d’autre » (mais c’est justement tout !) qu’un feu vert pour que les actions, les demandes et les indications du cavalier soient intégrées par le corps du cheval et qu’il soit en mesure d’y réagir. La cession de mâchoire est donc à mes yeux un point de départ (puisqu’elle provoque la liberté des muscles et des articulations) et non une finalité.

Il y a un extrême danger de demander au cheval une attitude que son corps n’est musculairement pas prêt à garder !

Dès lors, nous allons pouvoir...

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 11-09-2014

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés