Accueil » On en parle

Endurance : un (petit) geste symbolique de la FEI

Par Amélie Tsaag-Valren et Laetitia Bataille


N°56 Septembre 2014
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Le Sheikh Mohammed Bin Mubarak Al Khalifa, deux fois gratifié (en moins de 12 mois) d’un « carton jaune » pour maltraitance de son cheval en course d’endurance, vient d’être disqualifié de la King’s Cup du Bahraïn, qu’il avait gagnée en février dernier. Un geste symbolique de la FEI – juste après les JEM.

Les choses bougent-elles en endurance ? Une récente décision peut le laisser espérer. On aurait toutefois aimé que la FEI prenne ce risque avant les JEM plutôt qu’après... Mais soyons positifs...
Une déplaisante vidéo, prise pendant la King's Cup, un CEI** couru au Bahreïn le 8 février dernier, a mis le feu aux poudres. On y voit le Sheikh Mohammed Bin Mubarak Al Khalifa (par ailleurs vice-premier ministre du Bahreïn), laissant une personne descendue d'une voiture d'assistance frapper violemment son cheval Tarabic Carl pour le remettre au galop.

Cette vidéo, hélas, ne reflète certainement rien de très exceptionnel... Le cheval ne réagit d’ailleurs même pas ! A moins qu'il soit épuisé, ce que la vidéo suggère car le galop n'est pas régulier, avec une frappe quasi simultanée des deux postérieurs.

Indépendamment de l'éthique, on comprend mal l'utilité de frapper un cheval qui n'a pas de poursuivants : comme on le voit sur la deuxième partie de la vidéo, il s'agit de l'arrivée de la course et le cavalier est largement en tête, seul. S'agit-il alors simplement de battre un record de vitesse ?

La circulation de cette vidéo sur Internet a amené la FEI à attribuer à Mohammed Bin Mubarak Al Khalifa un « carton jaune » pour « abus », ce qui n'empêche pas le cavalier d'être déclaré vainqueur de l’épreuve par le jury, et de toucher la récompense de ce qui constitue la plus importante course d'endurance de la saison au Bahreïn. Une autre vidéo permet de se rendre compte que Mohammed Bin Mubarak Al Khalifa a lui-même frappé de nombreuses fois sa monture avec son flot de rênes.

Le 19 septembre, le Sheikh est disqualifié de la King's Cup remportée en février, ce qui l'oblige a rendre sa coupe et ses gains

Fin mai 2014, pendant le tristement célèbre CEI de Compiègne (où une jument du Bahrein a pris le départ dans un état de maigreur bien visible), Mohammed Bin Mubarak Al Khalifa a écopé de nouveau d'un carton jaune pour abus – le deuxième en moins d’un an – ce qui lui vaut deux mois de suspension. 

Face à la légèreté de la sanction, nos confrères du magazine britannique Horse&Hound renvoient l'affaire devant le tribunal de la FEI. La réglementation internationale des courses d'endurance stipule que tout cavalier ayant maltraité sa monture doit être disqualifié. Un vétérinaire y joint un témoignage décisif, Mohammed Bin Mubarak Al Khalifa ayant été surpris plusieurs fois à frapper lui-même son Anglo-arabe bai Tarabic Carl.

Le 19 septembre, le cavalier est disqualifié de la King's Cup, ce qui l'oblige a rendre sa coupe et ses gains.
Une juste sanction. Et aussi un signal envoyé par la FEI. Mais ne nous berçons pas d’illusions... La discipline a grand besoin d’être assainie (lisez notre étude sur le sujet) et le processus amorcé – en supposant qu’il le soit – sera long.

0 commentaire(s) »
Article publié le 24-09-2014

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire